Les bonnes nouvelles de la semaine : Dreamsettler, Kirby et Chants of Sennaar

Sommes-nous soulagé·es que cette interminable campagne s’achève enfin, sommes-nous inquiet·es de son résultat et des conséquences à venir, sommes-nous lassé·es par cette mascarade ou sommes-nous juste terrifié·es par ce nouveau rapport du GIEC ? Oui. Mais avant d’aller mettre sa petite enveloppe moche dans la petite boîte moche dans sa petite mairie moche, c’est l’heure des belles nouvelles. Aujourd’hui au menu : Jay Tholen et No More Robots présentent les suites de Hypnospace Outlaw, une piste de Kirby gagne un Grammy Award et Focus Entertainment s’associe à Rundisc pour produire Chants of Sennaar.

Deux nouveaux jeux dans l’univers d’Hypnospace Outlaw

Chez TPP, on avait franchement bien aimé Hypnospace Outlaw, ce simulateur parodique nostalgico-fantasmé (oui) d’internet des années 1990. On y incarnait un policier du Web, auquel on se connectait via un casque VR rétrofuturiste, afin d’y pourchasser le voyou virtuel, une très bonne occasion de discuter crimes et éthique 2.0, abus des ayants droit ou cyber-harcèlement, le tout baignant dans un incroyable mélange de cringe contrôlé, de couleurs agressives, de musique délicieusement ringarde, de skyblogs et jeux de rôles textuels. On ne saurait que trop vous recommander d’y jeter un œil.

C’est mardi soir que le futur de la franchise s’est vu dévoilé, le temps d’un court showcase hébergé par No More Robots, son éditeur, et présenté par Jay Tholen lui-même. Deux titres ont ainsi été annoncés pour étendre l’univers de Hypnospace Outlaw. Dreamsettler reprendra le concept d’internet fictionnel, en nous catapultant cette fois-ci dans les années 2000, pour toujours plus de nostalgie, de satire, de mauvais goût et d’enquête, puisque l’on troquera le badge d’enforcer pour celui de détective privé. Plus surprenant, Slayers X: Terminal Aftermath: Vengance of the Slayer sera un FPS et s’inscrit directement dans la diégèse d’Hypnospace Outlaw, puisque censément développé par l’insupportable Zane Lofton, un des personnages récurrents du titre. Aucune date de sortie n’est annoncée pour le moment, mais nous saurons nous tenir sages en attendant, en espérant à la fois que le talentueux Xalavier Nelson Jr. soit de nouveau à l’écriture, et en même temps que cet homme se repose un peu, puisqu’il signe également les scénarios des récents ou à venir Skatebird, An Airport For Aliens Currently Run By Dogs, Space Warlord Organ Trading Simulator, Can Androids Survive ou El Paso, Elsewhere.

Un Grammy Award pour Kirby

Le 3 avril se tenait la cérémonie des Grammy Awards, cérémonie qui ne nous intéresse absolument pas en temps normal, puisqu’elle récompense les membres de l’industrie musicale et que nous ne nous appelons pas The Music Note Post. Sauf que, fait très rare, un morceau issu du monde vidéoludique a cette fois-ci décroché un précieux trophée. Il s’agit d’une réorchestration du morceau « Meta Knight’s Revenge » – originellement composé par Jun Ishikawa pour Kirby Superstar sur SNES – et ici interprétée par le 8-Bit Big Band, un ensemble de 30 à 65 musicien·nes, spécialisé dans les reprises jazz, rock, orchestrales ou pop de bandes-son vidéoludiques, toutes périodes et consoles confondues.

Tirée de leur dernier album, Backwards Compatible, la piste était nominée dans la catégorie « Best Arrangement, Instrumental or A Cappella », prix qui a été remis aux deux arrangeurs du morceau : Charlie Rosen et Jake Silverman. À noter que si l’évènement est rarissime, il ne s’agit pourtant pas de la première occurrence vidéoludique aux Grammy Awards, puisque l’iconique morceau « Baba Yetu« , composé par Christopher Tin pour Civilization IV, avait remporté le prix du « Best Instrumental Arrangement Accompanying Vocalists » en 2011 – décrochant par la même occasion sa place au Guinness Book des records comme premier thème de jeu vidéo remportant un Grammy – , tandis que la BO de Journey, composée par Austin Wintory, s’était vue nominée au « Best Score Soundtrack for Visual Media », sans succès, malheureusement.

Rundisc et Focus Entertainment annoncent Chants of Sennaar

Beaucoup d’annonces cette semaine, mais écoutez, au bout d’un moment on ne l’invente pas cette surproduction. Et parmi celles qui nous ont fait lever un sourcil, en plus des très bonnes nouvelles que sont les retours de Monkey Island et Max Payne, se trouve définitivement Chants of Sennaar. Développé par le studio Rundisc et édité par Focus Entertainment, le titre nous plongera dans un monde où les peuples d’une certaine tour (wink wink) ne sont plus capables de communiquer entre eux. Nous y incarnerons un voyageur, chargé de rétablir la compréhension des habitants, dans un jeu d’exploration et d’énigmes, dans lequel « le langage est à la fois la serrure et la clé ». Un programme bien alléchant de réinterprétation de la Tour de Babel, une utilisation du langage qui n’est pas sans rappeler la quête linguistique d’Aliya de Heaven’s Vault, porté par une esthétique prometteuse et colorée. Pas de date de sortie, mais nous resterons vigilant·es.

Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé