The Settlers, Persona 5 The Animation, Astro City Mini : les miettes de l’actu du 13 juillet 2020

Bienvenue dans les Miettes de l’Actualité ! Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Je suis revenu de mon gros week-end, et ça tombe bien, l’actualité anecdotique du jeu vidéo aussi : Ubisoft repousse The Settlers aux calendes grecques, Persona 5 The Animation se dote d’une série de Blu Ray trop chers, et Sega sort encore une mini-console.

Ubisoft repousse les limites du management toxique en entreprise et aussi The Settlers

The Settlers Ubisoft repoussé

Ces jours-ci, Ubisoft fait tristement la une à la suite de révélations sur le management toxique au sein de son siège et de ses différentes filiales. Une série de révélations sur Twitter et une série d’enquêtes d’Erwan Cario et Marius Chapuis plus tard et le monde apprend que le géant français du jeu vidéo semble empêtré jusqu’au cou dans un système mélangeant boy’s club, harcèlement, loi du silence et protection de « talents » sexistes par la direction de l’entreprise. Aussi les autres nouvelles concernant Ubi sont un peu passées à la trappe, malgré une série de leaks savamment organisés selon l’habitude de la maison pour vous faire précommander Far Cry 3 avec un autre numéro et un color swap.

Dans tout ce tumulte, on aurait ainsi presque raté l’annonce du report sine die de The Settlers, le reboot de la franchise de city building qui n’avait effectivement pas donné signe de vie depuis un moment. Le communiqué publié par Ubisoft ne parle pas d’annulation du titre, mais de « report à une date ultérieure pour délivrer une expérience vraiment exceptionnelle pour les fans de la série ». Ce qui en langage des communiqués de presse veut dire : « On a mis tout ce qu’on a fait à la poubelle, parce que c’était vraiment mal parti et on allait droit vers le 62 sur Metacritic. »

Vous pourrez bientôt acheter la série télévisée médiocre de Persona 5 pour seulement 265€

L’opening est chouette

Si vous connaissez mon amour de la série de RPG d’Atlus, Persona, vous ne connaissez peut-être pas ma fascination morbide pour ses mauvais produits dérivés. Films incompréhensibles, mangas bizarres, séries télé ultra problématiques, etc. Si quelques adaptations hors jeux vidéo de Persona ont parfois pu s’en tirer de façon honorable (l’adaptation de Persona 4 était pas mal, par exemple), c’est souvent assez déprimant, et l’adaptation de Persona 5 par le studio d’animation Cloverworks ne fait pas exception.

Sans entrer dans les détails, l’adaptation de Persona 5 ne parvenait pas vraiment ni à résumer l’intrigue de manière satisfaisante, ni à l’adapter assez pour la faire rentrer dans ses 26 épisodes, et si la technique était à peu près correcte, le tout manquait de rythme… et s’achevait sur un cliffhanger destiné à faire passer les spectateurs japonais à la caisse une deuxième fois, pour visionner les deux épisodes finaux et les OAV bonus. Si, chez nous, la série est actuellement disponible légalement sur la plateforme de SVOD Wakanim, elle n’est pas disponible en format physique. Qu’à cela ne tienne : une édition Blu Ray va prochainement sortir pour la modique somme de 300$ aux États-Unis, avec quasiment aucun bonus autre que trois cartes postales et un doublage anglais. Avec les frais de port, vous vous en sortirez pour le prix d’une PS5. Bon deal.

Sega annonce 36 jeux dans une borne d’arcade qui fait mal aux yeux

Sega-Astro-City-Mini- 36 jeux

Il fut un temps où l’on considérait que le marché des consoles rétro commençait un peu à saturer à cause d’une offre pléthorique, et puis il y a maintenant, où plus personne ne prend même la peine de relever toutes les variations d’émulateurs de vieilleries dans des petites boîtes en plastique non biodégradable. Tous sauf votre serviteur, pour remplir une fin d’article hebdomadaire.

La dernière pépite du genre, un peu dans la même veine que cette Game Gear Micro pour Minipouss, est un gadget annoncé également par Sega ces derniers jours : l’Astro City Mini, une borne d’arcade miniaturisée avec toujours les mêmes jeux refourgués dans toutes les compilations de cet éditeur (Golden Axe, Virtua Fighter, Altered Beast, etc… on devrait faire un bingo). Ça sort en fin d’année au Japon, comptez 120€ pour jouer à des jeux d’il y a vingt-cinq ans sur un écran de 4 centimètres.

Les autres trucs

Les jeux à paraître du 13 au 19 juillet : après deux ou trois semaines de vide intersidéral, les sorties estivales reprennent. Une semaine chargée, même si la plupart des titres arrivant sur nos machines cette semaine ne semblent pas être de gros prétendants au GOTY 2020.

Ooblets early

La bonne nouvelle, c’est que cette semaine, il y en a vraiment pour tous les goûts. Et même si vous êtes fauchés après avoir traversé le tunnel des soldes estivales (paradoxe du capitalisme tardif), il vous restera sans doute un peu de monnaie pour :

  • Elli, un petit jeu d’action-aventure mignon pour toute la famille.
  • Neon Abyss, le Rogue Like Hardcore Pixelo Plateformo-machin de la semaine.
  • Ooblets, un jeu sur « l’agriculture, la collecte de créatures et l’aventure ».
  • Paws and Soul, encore un jeu où vous incarnez un canidé qui fait des trucs. Le développeur s’appelle « Electrostalin Entertainment ».
  • Murder House, un jeu d’horreur à l’esthétique Playstation 1.
  • We Should Talk, un jeu de conversation qui se base sur les subtilités du langage, mais dont la description de la fiche du jeu dit « Peut-ta rélation survit la nuit? »
  • Beyond a Steel Sky, la suite du Beneath a Steel Sky de 1994, réalisée par les mêmes boomers.
  • Paper Mario : The Origami King, le nouveau RPG Papier Mario, sorti presque aussi vite qu’annoncé.
  • Ghost of Tsushima, le centuple A de la semaine signé Sucker Punch pour Sony, où vous démembrez des Mongols dans le Japon médiéval.
  • Death Come True, un film interactif signé par l’auteur de la saga Danganronpa.
zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé