Les bonnes nouvelles de la semaine : les Game Awards, une grève et Blasphemous

Toujours plus de cryptobullshit, toujours plus de personnes détestables dans l’actualité, qu’elle soit politique ou vidéoludique, toujours plus d’infos terriblement déprimantes semaine après semaine et si peu de positives pour équilibrer tout ça. Mince, même cette excellente feature du Garfield bloqué le lundi s’est avérée être un fake, alors qu’il s’agissait probablement de la meilleure news du moment. Fort heureusement, nous sommes enfin arrivé·es à la fin de la semaine, et quasiment à la fin de l’année. L’occasion de tirer ma révérence pour le mois de décembre, avant de revenir frais comme un gardon début janvier. Pour la dernière fois de cette longue année 2021, c’est donc l’heure des bonnes nouvelles. Aujourd’hui au menu : les annonces des Game Awards, une grève chez Activision Blizzard et une ultime extension pour Blasphemous.

Un paquet d’annonces pour l’édition 2021 des Game Awards

On pourra reprocher beaucoup de choses à l’évènement : le fait de durer trop longtemps en pleine nuit, d’être présenté par l’omniprésent Geoff Keighley, de nominer toujours un peu les mêmes jeux et studios, de cirer les pompes à quelques acteurs assez problématiques du milieu ou de rester plutôt tiède quant aux affaires franchement graves qui touchent l’industrie vidéoludique. Mais l’évènement reste d’une ampleur suffisante pour diffuser, en plus des remises de prix – pas toujours à mon goût, et pour la plupart assez expédiées – un certain nombre d’annonces, allant de dates de sortie à quelques world premieres, en passant par quelques trailers de gameplay.

Jeudi soir était donc l’occasion de se voir révéler le développement de quelques titres, pour la plupart suffisamment attrayants pour qu’on s’y attarde un peu. La première, c’est l’étonnante annonce de Dune : Spice Wars, de la stratégie en temps réel à tendance 4X dans l’univers de Frank Herbert – et dont l’intérêt public a bien évidemment été ravivé par le récent film de Denis Villeneuve – tournant autour du contrôle de la planète Arrakis par différentes factions. Édité par Funcom – censé éditer un autre jeu Dune, de survie cette fois – et développé par Shiro Games (Northgard, Evoland, Wartales), le titre devrait sortir en early access sur Steam en début d’année 2022. Venait ensuite Alan Wake 2, suite du jeu d’action horrifique de Remedy de 2010 (et remasterisé en octobre dernier). Prévu pour 2023 sur PC et consoles de nouvelle génération, il s’agira du premier survival horror du studio, plus habitué à l’action des Max Payne et autres Control, avec cependant toujours Sam Lake aux commandes.

Plus rapidement, car contrairement aux Game Awards, on n’a pas toute la nuit : Dramatic Labs, composé d’ancien·nes de Telltale nous ont annoncé le jeu narratif Star Trek: Resurgence, prévu pour le printemps prochain sur consoles et PC ; Bokeh Game, mené par Keiichiro Toyama (Silent Hill) nous a montré le trailer assez moche – mais plutôt intrigant – du titre horrifique Slitterhead (Yamaoka est à la BO, c’est tout ce qui m’importe) ; Magic Design Studios (ancien·nes d’Ubisoft, déjà derrière Unruly Heroes) ont quant à elleux annoncé Have a Nice Death, un roguelite metroidvania développé avec le soutien de Sébastien Bénard (Dead Cells) prévu pour mars 2022 en early access sur PC (ça me fait très envie) ; tandis que Square Enix nous annonce au bout de deux ans l’arrivée de Final Fantasy 7 Remake sur PC, accompagné du DLC jusqu’ici exclusif à la PS5. Le titre sera disponible sur Epic Games Store le 16 décembre, et la moins bonne nouvelle, c’est qu’il coûtera 80 balles.

Game Awards Josef Fares a gagné, bravo Josef
Josef Fares a remporté le prix du jeu de l’année avec It Takes Two, et c’était assez mérité.

Mais l’évènement a également été l’occasion de confirmer des dates de sortie pour quelques titres déjà annoncés – si le covid, les conditions de travail, les catastrophes climatiques et la montée du fascisme le permettent. Nous savons ainsi que Forspoken, la démo technique de l’Unreal Engine 5 sortira le 24 mai 2022 sur PC et PS5 – également au prix de 80€, ouille. Si le nouveau trailer est clairement moins impressionnant que le premier d’un point de vue technique, l’action de cet Isekai a suffisamment de patate et son esthétique suffisamment d’originalité pour que l’on garde un œil dessus. Le 16 mars 2022, c’est le très attendu et maintes fois repoussé Tunic qui sortira sur PC, Xbox One et Xbox Series. À la croisée du Zelda et du (léger) Soulslike, le titre au petit renard est toujours développé par Andrew Shouldice, cependant accompagné par l’éditeur Finji (Chicory) depuis quelques mois. Enfin, et au moins aussi attendue, c’est l’arrivée de The Delicious Last Course, extension de Cuphead, qui débarquera sur toutes les plateformes le 30 juin 2022, après au moins autant de reports que Tunic. L’extension mettra à disposition de nouveaux personnages, boss, et armes, et nous avons évidemment bien hâte.

Une caisse de soutien pour les grévistes d’Activision Blizzard

Beaucoup moins léger que ce show à base de Darren Korb, Keanu Reaves et Jim Carrey : ce même jeudi 9 décembre débutait la grève des salarié·es chez Activision Blizzard, initiée par l’ABK Workers Alliance. La grève se pose à la fois comme protestation au comportement et au maintien de Bobby Kotick à la tête d’Activision Blizzard, à sa protection par le conseil d’administration, à la protection d’agresseurs par l’entreprise, mais également au sort réservé aux employé·es du studio Raven Software (derrière plusieurs épisodes de Call of Duty), le service QA venant d’essuyer une vague de relocations puis licenciements, après s’être pourtant vu promettre des augmentations.

Jessica Gonzalez, porte-parole du mouvement et co-fondatrice du mouvement ABK Workers Alliance, explique ainsi que la grève chez Activision Blizzard et Raven Software durerait tant que leurs revendications ne seraient pas écoutées, et que des représentant·es syndicaux ne soient mis en place dans l’entreprise. Afin de soutenir les grévistes, mais également les salarié·es et ex-salarié·es de Raven Software – certain·es ont dû déménager rapidement, sans la moindre aide financière d’Activision -, l’ABK Workers Alliance a rapidement mis en place une caisse de soutien. La grève est ainsi partie pour durer et la caisse de soutien a pour le moment rassemblé 220 000$ sur le million espéré en une journée. Souhaitons leur bon courage, et surtout gain de cause.

Une ultime extension pour Blasphemous

Et nous terminerons cette semaine par la sortie de la troisième et dernière extension du metroidvania espagnol Blasphemous. Sorti le 9 décembre (décidément) sur toutes les plateformes, le DLC Wounds of Eventide ajoute, en plus de nombreux boss et ennemis, plusieurs séquences au scénario, afin de préparer la sortie du second opus, prévue pour 2023, et faire coïncider la fin du premier épisode avec le début de sa suite. Ainsi, contrairement au premier gros DLC de Blasphemous, Stir of Dawn, qui nécessitait d’avoir terminé le jeu une première fois et de se lancer dans le – très difficile – New Game +, Wounds of Eventide est plus propice à une nouvelle partie classique, les nouveaux éléments se rencontrant à diverses étapes du scénario. Comme tous les autres DLC du titre, ce dernier est gratuit, et contient suffisamment de nouveautés pour justifier de le relancer une fois encore, afin de patienter jusqu’à l’épisode suivant.

Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé