Les bonnes nouvelles de la semaine : Disc Room, Yuppie Psycho et La Poule Noire

Soyons francs : ces temps-ci, il est compliqué de trouver des bonnes nouvelles, l’actualité étant submergée par les sorties bien trop rapprochées de dizaines de titres (choisir fut un crève-cœur, mais pour ma part j’ai jeté mon dévolu sur Ikenfell grâce à l’ami Seastrom, et je ne regrette pas) et les multiples cas de toxicité en entreprise. Et ce n’est pas l’actualité politique ou sanitaire qui va améliorer les choses. Fort heureusement, quand on gratte un peu on trouve toujours quelques raisons de se réjouir : c’est l’heure des bonnes nouvelles. Aujourd’hui au menu : Disc Room se dote enfin d’une date de sortie, Yuppie Psycho s’enrichit d’un DLC gratuit et La Poule Noire adapte un roman de Boris Vian.

Une date de sortie pour Disc Room

Ça y est, après plusieurs mois à lorgner dessus – et à retourner sur la démo, de nouveau disponible à l’occasion du Steam Festival –, l’équipe de Disc Room nous donne enfin une date de sortie. Et pas trop au dernier moment, ouf, puisque nous pourrons nous faire dézinguer par des milliers de scies circulaires dès le 22 octobre prochain. Et si clairement une grosse part de mon attente provient d’un masochisme avéré – aucun doute que le titre se retrouvera dans un mardi douleur un jour ou l’autre –, le reste de ma hype est issu de la petite heure passée sur une démo qui avait tout pour plaire – tout cela bouge très bien, les idées sont variées et donnent envie de revenir dans chaque salle, la musique s’annonce chouette et le tout est aussi prenant que stressant au possible.

Disc Room

Des qualités à confirmer sur la version finale, mais sur lesquelles je ne me fais que très peu de souci, au regard de la composition de la petite équipe derrière Disc Room. Nous avions déjà eu l’occasion de parler un peu de Jan Willem Nijman début septembre à l’occasion de la fermeture du studio Vlambeer, qui retrouve d’ailleurs Kitty Calis, avec qui il avait déjà travaillé sur Minit, auxquels s’ajoutent Terri Vellmann (High Hell, c’est bien, Sludge Life, c’est euh, moins bien) et le compositeur Doseone, qui avait déjà collaboré avec Vellmann, mais que je connais surtout pour son travail sur Enter the Gungeon – et qui possède une discographie perso plutôt fournie.

Le titre nous mettra dans la peau d’un scientifique en 2089, qui prend la pas très bonne décision – toujours moins mauvaise que celles que prend ma hiérarchie – d’entrer dans un disque géant en orbite autour de Jupiter. La suite, vous la connaissez, vous, des dizaines de salles, des centaines de milliers de scies circulaires aux tailles et effets divers, des morts affreuses et sanglantes. Vivement.

Une Executive Edition pour Yuppie Psycho

Sorti plutôt discrètement en avril 2019 sur PC, le RPG/Survival Horror de Baroque Decay – également derrière l’intrigant The Count Lucanor, sur lequel il va falloir que je me penche un jour – Yuppie Psycho avait pourtant tout pour plaire, avec son superbe pixel art et surtout sa critique acérée du capitalisme et de la culture d’entreprise toxique. Bon, personnellement j’ai un peu trop peur pour avancer correctement dedans car ça reste un jeu d’horreur et que je suis un trouillard, mais utiliser l’épouvante pour retranscrire un climat oppressant au travail reste une très bonne idée. Mais ne l’enterrons pas de suite, puisque le studio a enfin mis un terme au teasing qu’il nous fait subir sur Twitter depuis quelques mois maintenant. Si le nom du nouveau contenu et le terme DLC étaient déjà sortis au compte-gouttes, nous savons désormais de quoi il en retourne.

Yuppie Psycho s’enrichira donc le 29 octobre d’un passage gratuit – pour toutes les personnes possédant déjà le jeu sur PC – à l’Executive Edition, ajoutant quelque deux heures de contenu, de nouvelles fins et autres secrets. Une mise à jour bienvenue – qui me motivera peut-être à affronter mes peurs et retourner dessus –, qui s’accompagne également d’une sortie Switch le même jour. Le studio avait en effet annoncé une sortie console pour 2020, à voir dans les mois qui suivent si les versions PS4 et Xbox One pointent le bout de leur nez.

La Poule Noire adapte Boris Vian

J’avais pensé et dit beaucoup de bien du précédent titre du studio La Poule Noire, Edgar – Bokbok à Boulzac, un jeu d’aventure pas original pour un sou dans ses mécaniques et énigmes, mais à l’humour très bien dosé, aux dialogues fins et à l’esthétique agréable, et les voilà qui reviennent avec un nouveau titre, adapté cette fois-ci de Boris Vian. To Hell With The Ugly – Et on tuera tous les affreux, dans son titre original – reprendra la trame du roman éponyme, écrit par Vian sous le pseudonyme Vernon Sullivan, utilisé par ce dernier pour une série de romans plus sombres et violents (le plus connu restant J’irai cracher sur vos tombes) que ce qu’il avait l’habitude d’écrire sous son propre nom. Et on tuera tous les affreux ayant un ton plus léger et humoristique que les autres – tout en prenant pour toile des situations et thématiques graves, à base de torture et expériences médicales – il n’est pas tellement surprenant que La Poule Noire ait jeté son dévolu sur celui-ci plutôt qu’un autre de l’auteur.

La poule noire to hell with the ugly

Annoncé le 5 octobre dernier, le projet s’est lancé dans la foulée sur Kickstarter et nécessitera 50 000 € pour se concrétiser. Côté promesses et roadmap, le jeu s’annonce comme un jeu d’aventure dans la lignée d’Edgar, transposé de la campagne française contemporaine au Los Angeles des années 50, avec cependant plus d’ambitions dans le gameplay, avec un aspect enquête visiblement plus fourni et surtout, des phases de combat – qui, avouons-le, me font un peu peur pour le moment, il s’agit rarement d’un ajout judicieux dans les point’n’click, mais sait-on jamais. Espérons en tout cas que le studio atteigne son objectif – qui avait fait un faux départ fin septembre en se lançant par erreur – avant le 5 novembre, et que le reste de la feuille de route se passe sans encombre. Si tout se passe comme prévu, nous devrions ainsi pouvoir mettre les mains sur une démo début 2021, pour une sortie sur toutes les plateformes début 2022.

Bonus

Si vous souhaitez apprendre le très chouette morceau « Good Riddance » de la bande-son de Hades à la guitare (ou simplement constater que Darren Korb a rasé sa barbe), voici un chouette tuto de son compositeur, qui me donnerait presque envie de me remettre à la musique.

Shift
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.