L’indé matin : ANVIL

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Cette semaine sera dure et lourde avec ANVIL.

Avec ANVIL, on touche quelque peu aux limites de l’Indé matin : le pixel art laisse place à des graphismes lustrés et des effets visuels de partout avec, en prime, un trailer bien troussé, donc vous auriez raison de demander si on évolue toujours dans les sphères indépendantes. Action Square, le studio aux manettes, vient de Corée du Sud et semblait jusqu’à présent se cantonner au jeu mobile. Avec quel succès, on n’en sait rien, alors on s’est dit que pour varier un peu, on allait pencher pour l’inconnu aux poches possiblement bien remplies. Histoire que vous ne vous lassiez pas.

Comme l’indique avec une clarté certaine son sous-titre, ANVIL – Vault Breakers nous invite à chausser les bottines métalliques de chasseurs de reliques extraterrestres appelés Breakers. Au sein de l’Ancient Vault Investigation Lab, nos charmants pilleurs devront faire face à une armée de bestioles peu ragoûtantes et autres roues dentées qui volent pour arriver à leurs fins, c’est-à-dire… euh être le meilleur à piquer des trucs qui nous appartiennent pas après avoir tué tout le monde sur le chemin, supposons ? En bref, il faudra laisser une partie de sa moralité de côté pour se lancer dans l’aventure – et autant que ça se passe dans un jeu vidéo qu’en vrai, n’est-ce pas.

Chassons également notre allergie aux niveaux de rareté et au loot à foison (un Chibi sauvage apparaît, vous choisissez la fuite), car ANVIL semble en être rempli à ras bord, le tout dans des niveaux générés aléatoirement. Et dans un jeu qui se lance en accès anticipé. Mais alors pourquoi diable avoir choisi d’aborder le cas de ce diablotin aux allures d’Anthem vu du dessus, ce qui n’augure a priori rien de bon ? Eh bien car si on met de côté tous les éléments nommés ci-dessus, ce twin stick shooter a l’air d’avoir tout de même pour lui une jolie énergie, qui plus est en multijoueur, ce qui semble faire tout son intérêt. Il n’y a plus qu’à espérer que l’équilibrage, du loot comme de la progression, sera au rendez-vous et on pourrait bien tenir une maraverie sympathique sur quelques heures, tendance gros effets lumineux qui tâchent. Ce qui fait parfois du bien.

ANVIL sera disponible en accès anticipé sur PC et Xbox le 2 décembre.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties de PCI Public Crime Investigation (25/11, PC), enquêtes policières en FMV par des Français, que pourrait-il mal se passer, de The 8th Sins : New Hell Order (26/11, PC), ça a l’air d’être de la stratégie et le pixel art est plutôt joli mais j’ai rien compris, ou bien de They Look Like People (29/11, PC), curieuse proposition d’horreur atmosphérique qui a de la gueule.

Après une semaine fort calme, ce début de mois décembre est plus remplumé grâce aux sorties de Fight Knight (01/12, PC), se revendiquant first person dungeon crawler, avec au menu plein de patates, No Plan B (01/12, PC), pour de la planification d’interventions d’escouades en accès anticipé, Fights in Tight Spaces (02/12, PC), qui quitte son early access après avoir, on l’espère, bossé sur le sentiment de répétition qu’avait ressenti Kalkul, de Century : Age of Ashes (02/12, PC), free-to-play à dos de dragon venu tout droit des cimes désolées de Bordeaux, et de Happy’s Humble Burger Farm (03/12, PC), où l’équipier·e de fast-food qu’on incarne doit faire face à des mascottes tueuses.

Et pour le reste des sorties, direction les miettes de Zali.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant indés et D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé