Saint Seiya, Super Mario Maker, Yakuza : les Miettes de l’Actualité du 29 novembre 2020

Bienvenue dans les Miettes de l’Actualité ! Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Au programme de cette semaine, Bandai Namco arrête un de ses jeux basés sur Saint Seiya et Nintendo le support de Super Mario Maker sur Wii U, et on apprend que le système de combat de Yakuza 7 était supposé être une blague.

Un des trois jeux mobile basés sur Saint Seiya va fermer ses portes en janvier

Saint Seiya Shining Soldiers closing

Éternelle vache-à-lait de ses différents ayants droit (à commencer par le mangaka Masami Kurumada), la franchise Saint Seiya continue de faire les beaux jours du jeu vidéo sur mobile : pas moins de trois jeux, deux chez Bandai Namco et un chez Tencent (Saint Seiya Awakening : Les Chevaliers du Zodiaque), s’y partagent le marché.

C’était sans doute un peu trop pour Bandai Namco, qui a pris de plein fouet l’arrivée du géant chinois dans l’arène et décide donc de fermer Saint Seiya Shining Soldiers en janvier prochain pour se concentrer sur le développement de son jeu le plus populaire, Saint Seiya : Cosmo Fantasy.

Nintendo va débrancher le premier Super Mario Maker en 2021

La Wii U ne restera peut-être dans l’histoire que comme un échec commercial dont les jeux n’auront trouvé le succès que par des portages Switch. Il n’en reste pas moins que de nombreux (oui bon pas si nombreux) titres ont marqué la critique et les joueurs par leur inventivité, dont le premier épisode de Super Mario Maker, un éditeur de niveau intuitif et ludique qui invitait chacun à créer et uploader ses créations.

Après 5 ans de support et la sortie d’une suite sur Switch, Nintendo a donc annoncé la fin de la possibilité de mise en ligne des niveaux sur la version Wii U du jeu, ce qui ne devrait être un traumatisme majeur pour personne. Effective au 31 mars, cette décision n’empêchera cependant pas les possesseurs du jeu de continuer à créer des niveaux sans les partager sur Internet.

L’aspect JRPG de Yakuza 7 était à l’origine un poisson d’avril

Yakuza: Like A Dragon combats
Yakuza: Like A Dragon

Des niveaux, du tour par tour, des jobs, des compétences spéciales : la série Yakuza a troqué les habits du beat them all pour ceux de JRPG à la Dragon Quest pour son septième épisode. Un changement de registre bienvenu, tant il fonctionne à merveille dans l’univers d’une série dont le gameplay avait besoin d’un peu de fraîcheur. Ce qu’on sait moins et qui est récemment devenu plus clair, c’est que ce changement de genre était au départ une simple plaisanterie.

Dans une interview d’un des producteurs du jeu, dont certains passages ont été traduits par Gamesradar, on apprend en effet que ce poisson d’avril de 2019 a si bien fonctionné et a rencontré un accueil tellement positif des joueurs qu’il a été décidé de remplacer le système de combat habituel par un jeu de rôle classique. Un changement qui est intervenu tard dans le développement du jeu (à moins d’un an de la sortie), et qui a dû être développé à toute vitesse, en moins de six mois. Si on sait que Sega a mis en place en interne des mesures pour lutter contre le crunch et les cadences infernales, il n’est pas certain que cette décision ait franchement été dans ce sens, d’autant que la société reste, vis à vis de ses studio tiers, pas franchement exemplaire.

Les autres trucs

Les jeux à paraître du 30 novembre au 6 décembre : la semaine dernière y’avait rien, cette semaine c’est l’Enfer sur Terre, et pas l’Enfer sexy d’Hades, juste un gros embouteillage de trucs plus ou moins nécessaires. C’est encore comme ça pour deux semaines, et après on arrivera dans un moment très étrange où : personne ne souhaite sortir entre Cyberpunk 2077 et la fin des fêtes de fin d’année.

Haven steam
Haven

Mais pas la peine de râler trop fort, parce que dans cet océan de jeux, il y en a vraiment pour tous les goûts et certains titres vont peut-être rejoindre la liste des excellentes surprises de l’année, alors faites place à :

  • King of Seas : des bateaux, des pirates, une vue de dessus et de l’action en début d’early.
  • Chronos : Before The Ashes, un RPG qui n’a pas l’air beaucoup moins générique que son titre.
  • Empire of Sin, un jeu de stratégie dans le monde cruel de la mafia américaine à l’époque de la Prohibition.
  • Project Wingman, le jeu de combat aérien qui prend en charge la VR et ça me rend nauséeux rien que d’y penser.
  • Twin Mirror, le second jeu d’aventure Dontnod de l’année.
  • Worms Rumble, le nouveau jeu de la série qui vous fait vous asticoter entre amis. On déteste la corde ninja.
  • Ponpu, une sorte de Bomberman minimaliste « dessiné à la main ».
  • Shiren the Wanderer: The Tower of Fortune and the Dice of Fate, qui a des graphismes Megadrive et un titre trop long.
  • Sam & Max Save The World, le remake inattendu de l’excellent jeu d’aventure de Telltale.
  • TAIKO NO TATSUJIN: RHYTHMIC ADVENTURE PACK (c’est eux qui écrivent ça en majuscule, pas moi, les tambours ça rend sourd).
  • Haven, un jeu indé très remarqué et très attendu avec deux gamins qui flottent au dessus de l’herbe (je raconte mal).
  • Per Aspera, un jeu TriTricore de construction de planètes.
  • A Comfortable Burden, un jeu de gestion de maison dont les héros sont des loutres (mais il est possible que le jeu soit retardé, on découvrira ça le jour de la sortie).
  • PHOGS! aka le jeu zarbi de la semaine, où deux chiens aux corps reliés font, heu, des trucs ?
  • Morbid : The Seven Acolytes, le souls-like de la semaine, qui a la particularité de *check notes* être en 3D iso.
  • El Hijo, un jeu d’infiltration au far-west où vous aidez un enfant à retrouver sa mère kidnappée par des bandits.
  • Immortals Fenyx Rising, le Zelda Breath of the Fausse Moustache d’Ubisoft.
  • Crumble, un platformer chelou « dans un monde qui s’effondre ».
  • J’ai envie d’un crumble, tiens. Heureusement qu’il ne reste plus qu’un jeu à cette liste interminable.
  • Suzerain, un jeu de gestion de crise politique sors forme de visual novel, si j’ai bien compris.
zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé