Musiques de Pokémon, Sonic et Hollow Knight : le récap de l’absence d’actu du 12 novembre.

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Des vinyles partout, de l’actu nulle part. J’y peux rien, quand c’est à la fois le week-end et un jour férié, c’est ce qu’on obtient. Mais qui ne rêve pas de posséder des 33 tours de Sonic Adventure ?

Une Piano Collection pour Pokémon

C’est beau, c’est fait par un mec sur Bandcamp qui a kickstarté le projet, et ça vient de sortir : c’est la Piano Collection de Pokémon. Le compositeur en question, c’est Trevor Alan Gomes, à la fois un vétéran des arrangements bien chanmés de jeux vidéo et aussi compositeur attitré de nombreux jeux indés (West of Loathing, Glittermitten Grove…). Ça vaut 15 euros pour 38 pistes, ça peut aussi s’écouter sur Spotify et compagnie, et vous pouvez même choisir la jaquette entre quatre, si c’est pas beau, ça.

Une édition en vinyle pour l’OST d’Hollow Knight

Presque tout étant dans le titre de la news, je vais donner mon avis sur le fabuleux Metroidvania Hollow Knight : j’ai pas aimé. Mais c’est fabuleux quand même. C’est juste l’histoire d’un homme (moi) et d’un projet (Hollow Knight) qui se sont ratés dans la rue alors qu’ils auraient pu vivre une belle histoire d’amour. Mais comme c’est pas ce qui s’est passé, bah je vais me contenter de vous recommander d’y jouer en écoutant la fabuleuse bande son que vous pourrez donc rapidement mettre dans le mange-disque. Tous les détails ici. En bonus, je vous ajoute une cover bien cheloue trouvée lors d’un moment d’errance sur Youtube.

Une édition en vinyle pour l’OST de Sonic Adventure, arrêtez de ricaner.

A cette époque, tout allait encore à peu près bien. On ne parlait pas encore de Shitty Friends, de Sonic Cycle et autres Sonic.exe. L’image du hérisson bleu de Sega était encore à peu près respectable. Cette époque, c’est la fin des années 90. Et puis Sonic est passé en 3D, on lui a donné plein de copains moches, on l’a fait évoluer au milieu d’humains à taille réelle, et on a commencé à comprendre que quelque chose n’allait pas très bien. C’est au moment précis de Sonic Adventure sur Dreamcast que commence la course en avant de gros forceur ringard dont souffre encore la franchise. Symbole de cette époque, les jolies musiques de la 16 bits commencent à faire place à du gros rock californien agressif et de l’électro de boite de nuit campagnarde parce que c’est ça que les kidz veulent (ainsi que des pogs, des sweaters kangol et des tamagochis).

Eh bien c’est cette musique de gros forceur (qui, soyons honnêtes, fait très bien le taf) que le label Brave Wave va éditer en vinyle. Peu importe, cette année là on a gagné la coupe du Monde et Lionel Jospin incarnait le cool.

zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé