Lords of the Fallen 2, Persona 5 Royal, du cosplay : les miettes de l’actualité du 5 avril 2020

Bienvenue dans les Miettes de l’Actualité ! Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Aujourd’hui, après trois semaines de confinement quasi-planétaire, l’actualité vidéoludique reprend de manière molle et re-molle, mais j’ai quand même de quoi vous parler du saut d’une génération pour Lords of the Fallen 2, de Persona 5 Royal qui essaye et échoue à corriger une scène homophobe, et d’Inio Asano qui se met un coussin sur la tête.

Lords of The Fallen 2 est encore une fois un peu annulé (pour cette génération de consoles au moins)

Lors of the Fallen 2 Deck13

C’était un des tout premiers gros Souls-Like : le Lords of the Fallen des polonais de CI Games avait un peu essuyé les plâtres du genre. Copiant beaucoup trop son modèle sans le maîtriser, le jeu avait fini par être un squatteur permanent des bacs à soldes après un petit succès commercial. Néanmoins, CI Games a très rapidement mis une suite en chantier… Dont on a quasiment toujours rien vu des années plus tard, si ce ne sont les multiples difficultés de développement.

Après avoir vu le studio Deck13 partir développer ses propres Souls-Like The Surge, puis annuler le développement entrepris avec Defiant Studios pendant plusieurs années, puis faire face à l’incapacité de développer le jeu en interne faute d’effectifs et de trésorerie, CI Games a finalement fait le choix… D’annuler le jeu pour la génération en cours. Lords of the Fallen 2 est donc toujours d’actualité, mais ne verra pas le jour avant la sortie de la PS5 et de la XSX.

Atlus a essayé de réécrire les scènes homophobes de Persona 5 (et pas très bien réussi)

Persona 5 est un des meilleurs JRPG de la décennie précédente, et est devenu une énorme cash machine pour son éditeur Atlus. Mais malgré les immenses qualités du jeu, quelques séquences pour le moins maladroites tout au long des 115h du jeu assombrissaient un peu l’ensemble, en particulier les quelques scènes faisant apparaître un couple de PNJ homosexuels très stéréotypés, utilisés dans des séquences pseudo-comiques suggérant qu’ils allaient kidnapper et agresser sexuellement le personnage de Ryuji, un des lycéens qui composent l’équipe des voleurs fantômes. Si « l’homosexuel rigolo et obsédé sexuel » reste un stéréotype assez présent dans les médias japonais qui tendent encore à traiter ces questions à la rigolade, les séquences détonnaient dans un jeu par ailleurs très ouvert sur les questions de société. On signalera néanmoins que le scénariste et producteur du jeu (ainsi que de Catherine, dont la version Full Body souffrait du même genre de problèmes), Katsura Hashino, n’est notoirement pas très woke sur ce genre de problématiques, et tous les jeux dont il a signé ou co-signé le scénario, aussi brillants soient-ils, souffrent des mêmes problèmes.

On se souvient ainsi du traitement pour le moins très curieux des deux personnages LGBT de Persona 4 : « c’était juste que j’aimais bien le tricot mais j’étais un vrai bonhomme quand même » pour l’un, « c’était juste une phase, ça m’est passé » pour l’autre. Pour éviter une nouvelle polémique à l’international, Persona 5 Royal a tenté de corriger le tir en réécrivant les scènes en question : les personnages ont désormais un nom, et ont une « vraie » motivation (autre que le viol pur et simple) pour aborder le lycéen. Néanmoins, le résultat n’est guère plus brillant puisque cette fois-ci « Angel et Julian » veulent forcer Ruyji à s’habiller en femme, alors qu’il est visiblement très mal à l’aise avec cette idée. Le vieux mythe de l’homosexuel cherchant à « convertir » des hétéros, ha ha, on rigole bien. Au moins, Atlus aura essayé, mais avec un résultat qui n’est clairement pas à la hauteur.

Heu…. Le Mangaka Inio Asano… Confiné avec son chat…. fait du cosplay de Dark Souls…

« Le coussin du chat avait une ouverture juste assez grande pour ma tête, alors j’ai essayé et je ressemblais à Siegmeyer »

Je vous avais avertis la semaine dernière : les news sont précieuses ces jours-ci. Normalement je les stocke comme vous stockez la farine afin d’avoir un peu plus d’une semaine d’avance. En ce moment ce n’est pas possible, vous lisez littéralement mes fonds de tiroirs, et chaque news peut très bien être la dernière d’une industrie vidéoludique qui se divise actuellement entre soldes, reports de jeux pour cause de Covid-19 et Nintendo qui vit sa meilleure vie à annoncer des jeux indés par paquets de mille.

Alors je vous évoque juste les tweets du mangaka Inio Asano qui s’ennuie un peu. Le Japon n’est pas confiné, et la gestion de crise du premier ministre Shinzo Abe est considérée comme une des plus calamiteuses du monde, mais par bonheur, une partie de la société prend ses précautions, et les assistants d’Asano (dont je vous recommande la lecture des œuvres souvent cruelles et déprimantes) travaillent désormais de chez eux. Alors Asano est seul avec son chat et rend hommage à Dark Souls en mettant sa tête dans un coussin. Voilà, c’est ça une news jeu vidéo un 5 avril 2020. Oh, sinon il a aussi utilisé le carton du matos utilisé pour mettre son équipe en télétravail pour se déguiser en boîte.

Les autres trucs

Les jeux à paraître du 6 au 12 avril. Une semaine dominée par vous, les intellectuels qui avez déjà mis depuis plusieurs jours la main sur FFVII Remake parce qu’il est vendu au Leclerc, et non par moi, la plèbe, qui l’ait précommandé sur le PS Store pour éviter une livraison non nécessaire en période de pandémie. Mais y’a pas que FFVII Remake dans la vie, y’a aussi la flopée de jeux qui ont choisi de sortir en même temps.

Disaster Report 4

Croyez-le ou non, l’actualité des sorties ce mois d’avril continue d’exister envers et contre tout, et elle n’est pas composée que de gros jeux AAA japonais, mais aussi de :

zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.