Les bonnes nouvelles de la semaine : les Game Awards, Twitch et Swing Swing Submarine

Qu’avons-nous dans notre chapeau des nouvelles faisandées cette semaine ? Ooooh, encore du beau monde ! Un plan de déconfinement aussi stupide que celui de confinement, Cyberpunk 2077 qui offusque plus pour ses bugs que pour ses conditions désastreuses de production, une cérémonie qui récompense le crunch et la mauvaise gestion, une météo scandaleuse. Bien bien bien. Mais vous savez quoi ? C’est enfin l’heure des bonnes nouvelles. Aujourd’hui au menu : il y a quelques trucs à sauver de la cérémonie des Game Awards, Twitch met à jour sa politique de répression des comportements haineux et Swing Swing Submarine reprend du service.

Game Awards 2020 – Speedrun Any %

Écoutez. On ne m’a pas concerté, et au lieu de donner le prix du jeu de l’année à Hades, on a préféré continuer à récompenser le crunch et le AAA comme norme vidéoludique ; on n’a pas non plus écouté Seastrom et rien n’a été dévoilé sur Elden Ring, alors au lieu d’être grossier, je vais faire un truc très égoïste et ne citer que les choses qui m’ont plu aux Game Awards 2020 en quelques secondes, histoire de ne pas y repasser trois heures et demie. Top chrono !

  • Shady Part of Me est sorti là maintenant sur Steam. Jolie DA.
  • Lyn Inaizumi chante Last Surprise avec le Persona Band.
  • Du gameplay pour NieR Replicant, prévu pour le 23 avril 2021. Vivement.
  • Le studio AAAA teasé par Microsoft depuis quelque temps s’est révélé : c’est The Initiative, ils vont rebooter Perfect Dark en science-fiction écolo et même s’il est trop tôt pour s’enthousiasmer, ce trailer est superbe.
  • Left 4 Dead 3 Back 4 Blood, des zombies, par Turtle Rock, c’est les seuls encore autorisés à faire ça en 2021.
  • Tiny Victoria Tran.
  • The Callisto Protocol, survival horror par les créateurs de Dead Space, prévu pour 2022.
  • Disco Elysium Final Cut : doublage intégral, quêtes, dialogues et animations supplémentaires, le tout gratuitement pour les personnes possédant déjà le jeu, en mars 2021. Plus une sortie consoles. Je vous aime ZA/UM.
  • Vin Diesel dans Ark II, alors que le premier n’est pas terminé. Je suis hilare, c’est mou, laid et ridicule, quel incroyable nanar en devenir.
  • Encore Tiny Victoria Tran.
  • SUPER MEAT BOY FOREVER !! LE VINGT-TROIS DÉCEMBRE !!
  • Season. Y a une chance sur deux pour que ce soit ennuyeux, mais ça a l’air très joli.
  • Tous les Yakuza sur le Game Pass.
  • Un super chouette trailer pour Humankind.
  • La quantité hallucinante de shitpost sur Twitter.
  • Le trailer fait maison d’Elden Ring par Chibi, en exclusivité mondiale sur le Discord de TPP à 4h du matin.
Si vous souhaitez vous infliger 3h30 de cérémonie nullos.

En bref : la cérémonie était naze, les awards étaient expédiés, globalement décevants et délivrent un message nauséabond sur l’industrie, mais quelques annonces bien satisfaisantes.

Twitch affine sa politique envers les comportements haineux

Cela n’aura échappé à personne, tout ne se passe pas dans le meilleur des mondes sur Twitch, et la firme a jusqu’ici été généralement tiède dans ses réactions face à certaines affaires, voire silencieuse – rappel que malgré son ban de l’Overwatch League pour racisme, le streamer xQc n’avait eu aucun souci avec Twitch. La plateforme de streaming a ainsi (enfin) décidé de mettre à jour sa politique de régulation des comportements haineux, en la rendant plus claire, afin d’éviter au maximum les failles qui permettraient à certains utilisateurs de passer entre les mailles, et, malgré un discours qui se veut rassurant sur le côté punitif, faciliter le ban des personnes les plus nocives.

Twitch décrit dans une note de blog tantôt minimisante – « Ooooh mes pauvres, vous utilisez des termes et émotes blessantes, mais ce n’était pas l’intention » – , tantôt assez claire et directe les changements dans la charte, et les risques encourus. Les mauvais comportements se trouvent séparés en trois catégories : harcèlement, comportement haineux et harcèlement sexuel. Le premier cas concerne les attaques directes envers des créateurs/créatrices et des communautés. Twitch précise ainsi que seront punies les encouragements aux raids malveillants, aux attaques DDoS, au hack, doxx ou swat – ces pratiques sont déjà bien entendues interdites, mais leur incitation est désormais aussi surveillée. Le deuxième cas s’intéresse à l’utilisation de certains termes et émotes connotées ou ouvertement haineuses. Ainsi, les combinaisons d’émotes identifiées comme racistes – TriHard associée à CmonBruh, par exemple – sont concernées par cette nouvelle politique, tout comme l’interdiction d’utiliser des symboles liés à l’extrême-droite et/ou au suprématisme blanc, comme le drapeau confédéré (hallucinant que cela n’arrive que maintenant). Enfin, concernant le harcèlement sexuel, seront interdits les commentaires répétés sur le physique – même si tournés comme des compliments – ou sur la sexualité des streameuses et streameurs, ainsi que l’envoi de nudes non-sollicités. C’est pas trop tôt.

Twitch

Cette nouvelle politique sera mise en application le 22 janvier prochain et ne sera pas rétroactive – tout contenu enfreignant ces règles d’ici-là peut rester tranquille. Ce délai d’application s’explique par la nouvelle politique de ban, allant de 24h à 30 jours, voire pouvant être définitif en cas de force majeure, mais surtout se faisant désormais sans avertissement. Twitch explique donc laisser un peu de temps aux utilisateurs pour se comporter comme des personnes décentes se familiariser avec les nouvelles règles. On assiste ici à un énième cas de compagnie tentant de se racheter une image après avoir trop longtemps fermé les yeux sur la fosse à purin qui se formait sur leur plateforme. Je doute de la complète sincérité de l’opération, mais écoutez, si les résultats sont là, ce sera déjà ça. Rappel enfin que TPP n’a pas attendu ces nouvelles règles pour être une chaîne tout à fait décente et bénéficiant d’une communauté adorable et que la seule chose offensante que vous pourrez y voir, c’est la façon dont je réagis aux QTE.

Le retour de Swing Swing Submarine

Swing Swing Submarine, c’est ce petit studio montpelliérain qui nous avait régalé de titres comme le sympathique Blocks That Matter, le poétique Seasons After Fall, mais surtout cet incroyable puzzle game qu’est Tetrobot & Co. Après la sortie de Seasons After Fall, et malgré l’annonce en 2017 de leur nouveau projet, Graahl: Of Feather and Grit, le studio n’a malheureusement plus trop donné de nouvelles. Ce hiatus prend fin cette semaine, puisque William David, lead designer de Swing Swing Submarine et qui vient de passer trois ans chez Ubisoft Montpellier sur le développement de Beyond Good & Evil 2 a annoncé quitter l’ex-projet de Michel Ancel pour retourner sur la scène indé dans son studio d’origine pour mener un nouveau projet (probablement Graahl ?), ainsi que chez Pastagames, les développeurs des très chouettes Pix the Cat et versions mobiles de Rayman.

Graahl Of Feather and Grit

En attendant d’en savoir plus sur le futur de Swing Swing Submarine, il serait de bon ton, je crois, de (re)jouer à Tetrobot & Co, ainsi que de suivre le calendrier de l’avent du Flash proposé par William David sur son compte Twitter.

Bonus

Un magazine de musique vidéoludique, avec des articles de Lena Raine, Fanny Rebillard et des interviews de Chris Christodoulou et British Sea Power, voilà qui fait très envie.

Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé