Les bonnes nouvelles de la semaine : Escape Simulator, des réparations et Sorcery

L’E3 avec une fausse moustache bat son plein, noyant le reste d’une actu très peu en forme sous des torrents de trailers et d’annonces, pour notre plus grand plaisir – on sait pertinemment que 75% de nos attentes seront déçues, mais laissez-nous rêver rien qu’une semaine. Pas de mauvaises conditions de travail au programme, pas plus que de jeux hideux vaguement liés aux NFT : c’est l’heure des bonnes nouvelles. Au menu aujourd’hui : un gros DLC pour Escape Simulator, du rattrapage de jeux cassés et un portage Switch du tout premier jeu d’Inkle Studios. Et la défaite de Manuel Valls, bien sûr.

Un DLC Steampunk pour Escape Simulator 

Nous en avons que peu reparlé ici depuis sa sortie, mais Escape Simulator a suivi son petit bonhomme de chemin depuis la critique de Murray, et nous l’avons vu petit à petit passer de chouette (mais court) escape game en solo et coopération à un impressionnant workshop rempli de salles plus folles et créatives les unes que les autres. Des mois donc que Murray nous régale de ses dernières trouvailles parmi les niveaux créés par la communauté, et voilà que Pine Studio vient remettre une pièce dans la machine. C’est le 6 juin dernier que nous avons vu débarquer la première extension du titre, sobrement intitulée Steampunk DLC. Cette dernière ajoute quatre nouvelles salles se déroulant à bord du vaisseau Valor, et aux tailles et durées démultipliées par rapport au jeu de base – comptez 30min pour les plus courtes, 1h pour la plus grande.

Ce DLC payant (5€) est également accompagné d’une mise à jour gratuite : Room Editor 2.0. Pine Studio l’a bien compris, le succès de son jeu repose en grande partie sur l’éditeur de niveaux et la quantité grandissante de contenu de qualité produit par la communauté. Cette nouvelle version du créateur de maps ajoute les assets Steampunk pour tout le monde – pas besoin d’acheter le DLC pour s’en servir, sympa – mais permet surtout de pousser la personnalisation encore plus loin, grâce à un nouveau système d’éclairage, la possibilité d’importer ses propres modèles et assets, ou encore de coder des scripts en Lua. L’équipe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et promet de continuer à suivre le jeu et ajouter de nouvelles salles gratuites – comme ça avait déjà été le cas en décembre dernier avec le Santa’s Workshop.

Souldiers et Loot River repassent sur le billard 

Pourtant pas dénués d’intérêt, les récents Loot River et Souldiers nous ont laissé un sale goût de déception dans la bouche (ne croquez pas dans vos manettes). Nous ne sommes visiblement pas les seuls, puisque suite aux réactions massives des communautés des deux titres, leurs développeurs et éditeurs respectifs ont décidé d’écouter les retours et de plancher sur l’équilibrage de leurs jeux. 

Loot River étant sorti depuis déjà un bon mois, le chantier mis en place par straka.studio porte déjà ses fruits, grâce à un équilibrage bienvenu de la difficulté, mais surtout à une grosse amélioration du game feel – un des défauts du titre venait du timing confus de la parade et de l’esquive -, du système de loot (pour un titre nommé Loot River, c’était plutôt dommage de ne presque rien looter d’intéressant), de la vitesse des combats et de la conservation de certaines ressources d’une partie à l’autre. Et les changements marchent bel et bien : si le titre est toujours un peu austère, force est de constater que le tout bouge bien mieux qu’avant, et que l’on relance une nouvelle run avec bien plus d’entrain. Conscient d’être sur la bonne voie, straka.studio a annoncé continuer de suivre les retours de la communauté, et planche déjà sur l’ajout de nouveaux ennemis, objets et de nouveaux biomes. On regrettera son lancement en demie-teinte, mais nous nous consolerons devant les critiques Steam positives qui fleurissent depuis les derniers patchs.

Du côté de Souldiers, le titre est encore trop jeune pour que le rééquilibrage en profondeur soit déjà effectif, mais son éditeur Dear Villagers a déjà communiqué sur le sujet et dit avoir entendu les nombreux reproches quant à sa difficulté injuste et décourageante. D’ici le 23 juin sera donc déployée une nouvelle version du titre, qui collera, on l’espère, plus à la vision « exigeante mais juste » qu’avait en tête l’équipe de Retro Forge. Si l’on regrette évidemment ce faux départ, qui plombe sévèrement le travail incroyable effectué du point de vue technique et visuel, saluons tout de même cette prise de conscience qui pourrait sauver Souldiers du naufrage complet et en faire le solide metrovania qu’il mérite d’être.

La saga Sorcery! portée sur Switch 

Si vous avez déjà mis les pieds dans une bibliothèque ou médiathèque entre les années 80 et 2000, vous avez très probablement au moins croisé le chemin d’un de ces livres dont vous êtes le héros. Ces ouvrages, sortes de chaînons manquants entre le jdr papier et le c-rpg se divisaient en différentes collections, orientées fantaisie, horreur, légendes arthuriennes ou science-fiction et vous permettaient d’interagir avec l’histoire à l’aide de choix narratifs, de combats aux dés et de cartes à dessiner. Ici, on adore et on a grandi avec. Ce qu’on adore également, c’est Inkle Studios (80 Days, Heaven’s Vault, Pendragon), dont les tout premiers titres s’avèrent être l’adaptation des quatre tomes de la collection Sorcery !, écrite par Steve Jackson. Sortie à partir de 2013 au format épisodique sur PC et mobiles, la transposition des quatre romans avait eu plutôt bonne presse – mais malheureusement pas tellement dans nos contrées francophones, n’ayant pas été traduit. Toujours pas de traduction au menu, mais un portage Switch regroupant tous les épisodes en un seul jeu, prévu pour le 23 juin prochain. L’occasion de se replonger dans une des meilleures collections des livres dont vous êtes le héros (avec les Défis Fantastiques et Quête du Graal), accompagnée d’une BO composée par Laurence Chapman, bien habitué des productions Inkle. Je me demande seulement comment je vais pouvoir tricher en retournant aux paragraphes précédents.

Steve Jackson's Sorcery
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.