Le Steam Deck ajoute des profils de performance personnalisés

Sorti le 25 février dernier, le Steam Deck inaugure enfin l’entrée de Valve (on ne parle pas des Steam Machines) sur le marché des « simili-consoles ». Même si elle a été relativement bien accueillie, la machine souffre néanmoins de problèmes de jeunesse, dont la durée de vie de la batterie.

La nouvelle mise à jour du Steam Deck vise à réduire ce problème, en permettant désormais de créer des profils de performance pour vos jeux, individuellement. Auparavant, vous deviez changer manuellement les (multiples) options dans les menus avant de lancer votre jeu. Ainsi, si vous vouliez limiter le framerate à 30 FPS pour économiser de la batterie, il fallait penser à le faire avant de lancer Elden Ring.

Steam deck sur fond violet

Plus maintenant. En ouvrant le menu de réglage rapide après avoir lancé votre jeu, vous pourrez donc sélectionner toute une gamme d’options qui seront appliquées automatiquement au prochain lancement. Les options sont vastes : framerate comme je le disais, mais aussi Variable Rate Shading (une méthode de rendu permettant de dessiner des shaders au niveau d’une zone plutôt que pixel par pixel), TDP (l’énergie consommée), horloge du GPU, ou encore le upscale logiciel (si vous désirez rendre votre jeu à une résolution moindre pour améliorer les performances). Combinées, ces options vous permettront donc de régler les paramètres de vos jeux en fonction de ce que vous désirez très précisément, et donc d’économiser de la batterie en ajustant les performances sur les titres les plus gourmands.

Cette mise à jour du système vient avec plein d’autres petites améliorations que vous pouvez lire ici (si les patchs notes c’est votre kink, je ne juge pas). Malgré ses soucis de jeunesse, le Steam Deck prouve une bonne fois pour toutes que Linux est un système viable pour le jeu vidéo (même si personne ne sait que c’est jamais qu’un Linux avec Big Picture). À ce propos d’ailleurs : Nvidia a annoncé hier soir rendre une partie de ses drivers Linux open source, ce qui permettra enfin à la communauté de les intégrer au niveau du noyau, améliorant probablement leur stabilité et leur performance dans le moyen terme.

Tritri

Ici pour parler de jeux avec tableurs, aka 4X, grande stratégie, gestion. Aussi expert ès jeux spatiaux, tire régulièrement sur l'ambulance Star Citizen. Egalement le pire cauchemar de nos chers correcteurs

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.