L’indé matin : What Comes After

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Aujourd’hui, What Comes After, un fier représentant des indéprimants, mais mignon quand même.

Il y a quelque temps, on évoquait ici même la sortie de When The Past Was Around, jeu narratif venu d’Indonésie et soutenu à la production par Toge Productions. Notre indé du jour, What Comes After, est développé par fahmitsu, un ancien du studio/producteur indonésien – la filiation n’est, après observation, guère étonnante. Pour l’aider, et là il y a de quoi être interpellé, fahmitsu a fait appel aux voisins de Rolling Glory Jam, parents du plateformer Rage in Peace. Le boum que vous venez d’entendre, c’est Murray qui a implosé.

De mort, il est à nouveau question dans What Comes After mais le voyage s’annonce a priori moins turbulent. Vivi est une jeune femme qui pourrait aller mieux. Alors qu’elle arrive à monter de justesse dans le métro pour rentrer chez elle, un somme plus tard, elle trouve les banquettes occupées par d’étranges passagers. D’une manière ou d’une autre, elle a embarqué direction « ce qui vient après », une destination d’ordinaire réservée aux personnes mortes récemment. Après avoir eu l’assurance auprès de cette bougonne de contrôleuse qu’elle serait ramenée chez les vivants, Vivi n’a plus grand-chose à faire d’autre qu’attendre et entamer la conversation avec ses fantomatiques voisins.

S’il n’a pas la douce patte artistique de When The Past Was Around, What Comes After semble pouvoir compter sur l’écriture de ses dialogues, annoncés aussi drôles que potentiellement tristou, pour occuper pleinement l’heure nécessaire à en voir le bout. Ces tout juste morts en ont, des choses à raconter, qu’ils soient humains, chats ou plantes, dans un élan animiste réconfortant. Peut-être Vivi n’est-elle pas là par hasard et, qu’à son retour, ce qui lui pèse restera dans le wagon. Ce serait pas mal, non ?

What Comes After est disponible depuis le 5 novembre sur Steam et Itch.io.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.