L’indé matin : Quest of Graal

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Tout schuss ou presque, ce matin, avec Quest of Graal.

Dans les bonus d’il y a deux semaines, on évoquait un charmant free-to-play répondant au nom de Ruins of Mitriom, développé par la petite (deux frères) équipe française de Pixel-Archipel, à quoi on doit déjà une jolie poignée de jeux. Cette sortie résonne désormais comme un petit coup de pub que s’est fait le studio avant la sortie du titre qui nous intéresse aujourd’hui, Quest of Graal (auquel s’adjoint un discret DX).

Cette appellation Deluxe recouvre en effet une version remaniée d’un Quest of Graal tout court, publié en 2020 et dont le contenu et la direction artistique se sont entretemps vus enrichis, tout en gardant le principe de base, à savoir de la course sous forme de platformer 2D. Jusqu’à quatre participants se tirent ainsi la bourre tout au long d’un niveau parsemé d’ennemis et d’obstacles en tout genre. Objets et armes sont à récupérer sur le parcours pour espérer empoigner en premier le Saint Graal, et s’arrêter quelques instants auprès d’une statue d’or octroie un des huit pouvoirs spéciaux disponibles. De quoi rythmer la traversée du circuit et pourquoi pas mener la vie dure aux copains-copines.

Jouable en solo, Quest of Graal prend sans doute tout son sens en multi, jusqu’à quatre en écran partagé. Déjà détaillé sous son format unicolore, le jeu de Pixel-Archipel prend une nouvelle dimension avec ses 20 environnements colorés et son pixel art pimpant qui revisite la quête du roi Arthur version chibi/fous du volant mais à pied. D’autres modes de jeu, comme le Dodgeball ou le Mode Fantôme sont également présents pour varier les plaisirs. Sous réserve d’une prise en main fluide, Quest of Graal nous fait de l’œil et s’il emprunte son tableau de résultats à TowerFall Ascension, on lui souhaite d’arriver à nous occuper avec autant de plaisir.

Quest of Graal est disponible sur itch.io et Steam depuis le 5 février.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, en particulier en ce mois de février où on ne sait tellement plus où donner de la tête qu’on va se concentrer sur le store de Steam, on vous signale également les sorties de Miyamoto S (30/01, PC), samurais + deck building + tactique, une formule gagnante, Personal Rocket (31/01, PC), point’n’click anti-capitaliste, I don’t think I’ve walked this stretch of road before (31/01, PC), très long titre pour un très court jeu qui dit s’inspirer sans vergogne des films de Kelly Reichardt, on est donc vendu, Devil Spire (02/02, PC), la soulsade de la semaine, greffée à du roguelite et un séduisant monster design, ou de Magnus Imago (02/02, PC), point’n’click dessiné à l’allure inquiétante.

Continuons avec le rattrapage de la semaine passée avec deux titres dont les éditeurs ont semble-t-il oublié de communiquer sur la sortie, Land of Screens (04/02, PC et Switch), jeu narratif dans lequel il y a un monde derrière les écrans, le saviez-vous, et The Song Out of Space (04/02, PC), court jeu d’enquête teinté d’étrangeté lovecraftienne, Super Shooter (04/02, PC), Portal-like sans le sou mais peut-être avec les idées, et Beholgar (05/02, PC), proto Castlevania apparemment un peu âpre sur les bords mais ne manquant pas de style.

Restent les jeux de la semaine qui vient, qu’on introduit avec Model Builder (08/02, PC), pour manipuler de minuscules pièces de plastique sans plastique, Letters – a written adventure (09/02, PC), puzzle à la bonne bouille qui prend place dans les carnets d’une jeune fille suisse, Castle Morihisa (10/02, PC), roguelike deckbuilding dans le Japon ancien, il faut croire que c’est à la mode, Derpy Conga (10/02, PC), sorte de Wattam physiqué, ou bien Kardboard Kings : Card Shop Simulator (10/02, PC), curieux jeu de gestion de cartes à collectionner mais sans mécanique de deckbuilding, ouf.

Courage, c’est bientôt terminé. Enchaînons avec Kingdom of the Dead (10/02, PC), Doom-like au noir et blanc très classieux, Isle of Jura (11/02, PC), passe et pêche à la cool, Scoop Kick! (11/02, PC), puzzle game façon NES où il faut rouler des boules de glace dans des cornets en renversant des ennemis au passage, et Prose & Codes (11/02, PC), de quoi s’adonner à vos passions pour le déchiffrage et la poésie en même temps.

Ouf, c’était long. Vous n’en avez pas assez ? Passez une tête dans les miettes de Zali, bande d’insatiables.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant indés et D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé