L’indé matin : Oceanarium

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Ce matin, ce n’est plus l’E3 (ouf) et le cosmos communique avec les profondeurs dans Oceanarium. Ah bah oui, on reprend fort.

D’abord dessinatrice et animatrice, Paloma Dawkins s’est sans doute dit un jour que le jeu vidéo, c’est quand même pas mal cool. Une dizaine de titres plus tard, développés en solo ou avec l’aide d’autres développeurs, elle continue de partager son travail intrigant, qui trouve jusque-là son écho en festival et dans les musées. À mi-chemin entre le film d’animation et le jeu, Oceanarium est une nouvelle occasion de s’immerger dans un univers visuel singulier et coloré, comme c’était déjà le cas avec son précédent jeu sorti sur Steam, Gardenarium.

À l’origine, Oceanarium est un jeu de commande pour l’exposition Videogames : Design/Play/Disrupt qui s’est tenue au V&A Museum de Londres en 2019 et mettait en avant la notion de game design, des blockbusters aux jeux expérimentaux. Ayant le champ libre, Dawkins s’est inspirée de la croyance qu’on connait mieux l’espace que les fonds marins et l’a reliée à un événement astronomique notable, la Grande Conjonction, qui a vu, le 20 décembre 2020, Saturne et Jupiter se rapprocher le plus possible l’une de l’autre.

Un alignement des forces cosmiques à même, si on en croit un certain nombre de récits fantastiques, de choses extraordinaires. Dans les abysses se tient, à cette occasion, un rituel, et notre avatar va devoir prêter main forte à la divinité des eaux en explorant les mystères des profondeurs. Le voyage vaudra, on s’en doute, surtout pour ses visions hallucinées en nuances de bleu, tout autant que pour s’initier au travail de sa créatrice, dont on a hâte d’entendre parler de nouveau.

Oceanarium devrait être disponible ce lundi 21 juin sur Steam – on n’en est pas tout à fait sûr, mais au pire, voilà un chouette jeu à ajouter à votre wishlist. Edit : le jeu a effectivement été repoussé, à février 2022 tant qu’à faire. Voilà ce qui arrive quand on oublie sa page Steam : Seastrom et Zali vont vous taper sur les doigts, soyez prévenu.es. Une démo est d’ores et déjà téléchargeable à prix libre sur itch.io.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties d’ENDER LILIES : Quietus of the Knights (PC, Switch), souls-rie qui sort d’accès anticipé, Super Cable Boy (Switch), notre platformer chouchou de l’an dernier à Shift et moi-même, Cyber Hook (Switch), un jeu de parkour en 3D et néons, et de Promesa (Switch, PS4/5), walking sim contemplatif qui clôt cette semaine riche en portage sur la console de Nintendo. Tout ceci étalé du 22 au 25 juin.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé