L’indé matin : Closed Hands

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Aujourd’hui, toile d’araignée narrative et politique avec Closed Hands.

Sorti en mars dernier sur itch.io à l’occasion du festival PUSH et programmé par le centre culturel HOME, Closed Hands sort sur Steam précédé d’une reconnaissance médiatique des magazines spécialisés. À la tête du studio Passenger, Dan Hett porte le projet, avant tout défini comme une « fiction interactive » de grande ampleur, un jeu « expérimental et politique » marqué par l’attentat de la Manchester Arena de 2017, dans lequel le développeur a perdu son frère. L’ambition du titre, nouvelle lecture du récit choral, a de quoi impressionner.

Une attaque terroriste vient de toucher une ville anglaise et va lier les vies de cinq personnes. Annoncée comme complexe et dense (130 000 mots), la narration se déploie par l’utilisation de plusieurs dispositifs interactifs, du texte à choix à l’exploration de l’ordinateur des personnages, de la lecture de documents consultés au déroulement de discussions par téléphone, en toute liberté. L’accent est en effet mis sur la multitude d’approches possibles, entièrement menées par le joueur ou la joueuse, qui peut ainsi faire le choix de se concentrer sur un personnage ou de jongler entre eux pour avoir une vue plus englobante sur le déroulement de l’histoire, avant d’atteindre une des neuf fins disponibles.

Les thèmes abordés par Closed Hands, qui brasse les effets de l’extrémisme sur la compréhension des autres cultures, le racisme qui suit un attentat perpétré au nom d’une religion ou encore la façon dont les médias vont s’emparer de l’événement, le sont de front. Et pour ne pas sombrer dans la facilité, le studio assure avoir fait appel à des personnes issues des milieux concernés, qu’elles soient journalistes ou membres de diverses communautés ethniques et religieuses, notamment musulmane, afin de l’épauler dans la représentation qui en est faite en jeu. Passenger entend par ailleurs s’inscrire dans une lignée tout à fait respectable de jeux narratifs et plus ou moins politiques, parmi lesquels sont cités Enterre-moi mon amour, 80 Days ou, évidemment, Papers, Please. En attendant de savoir si on se lève tous pour lui et son créateur, Closed Hands sait en tout cas susciter la curiosité, et proposera, pour celles et ceux qui aimeraient en savoir plus, plusieurs bonus à l’édition Steam, notamment une version ebook de l’histoire du jeu et un commentaire audio de son directeur.

Closed Hands sort sur Steam ce 4 octobre et est par ailleurs déjà disponible à prix libre sur itch.io.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties d’A Year of Springs (29/09, itch.io et Steam), visual novel LGBTQ+ au dessin très mignon, centré sur une journée dans la vie de trois jeunes femmes, ArtFormer : Ancient Stories (30/09, PC), platformer qui adopte quatre styles graphiques d’arts visuels antiques, Calluna (30/09, PC), jeu d’aventure retraçant la vie du compositeur norvégien Ole Bull, Tres-Bashers (01/10, PC), metroidvania au format gameboy où l’on manie la batte comme personne (et sur des monstres pimpants), Doom Work (01/10, PC), puzzle game qui nous charge de tuer de petits robots ouvriers pas bien malins, ou encore de Curving Over It with Evgeny Podoynikov (02/10, PC), jeu d’adresse meta reprenant à son compte le principe du jeu de Bennett Fody – ça a l’air encore moins finissable.

Cette semaine, on aura droit à Tiger Trio’s Tasty Travels (05/10 s’il ne se moque pas de moi, PC), puzzle game dont je parlais la semaine passée, Heartseeker (05/10, PC), clicker platformer en noir, blanc et rouge, Jack Axe (06/10, PC et Switch), autre platformer à la fois plus coloré et excité, avec une prometteuse hache grappin, l’entrée en early du RTS Age of Darkness : Final Stand (07/10, PC), candidat au prix du titre le plus fade de l’année, et d’Aqua Boy (07/10, PC), « mini metroidvania » sous-marin originellement sorti sous Flash en 2013.

Et comme d’habitude, les autres sorties de la semaine (dont JETT <3) sont à retrouver dans les miettes de l’actu de Zali.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.