L’indé matin : Tiger Trio’s Tasty Travels

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Sushis par des chats en food truck, ce matin, avec Tiger Trio’s Tasty Travels.

Studio japonais tourné vers la conception de jeux, vidéo ou de société, Oink Games sait soigner la direction artistique de ses productions et ce quels que soient les supports. Souvent minimalistes et ronds, les visuels adoptés attirent l’œil grâce au contraste appliqué entre deux-trois couleurs unies, pour un rendu très aéré. Avec Takeshi & Hiroshi, premier de leurs titres à avoir trouvé le chemin de la console de Nintendo, le studio avait opté pour une animation partagée entre des graphismes dans la lignée de leurs jeux de société et des séquences en stop motion. Sorti en mai dernier sur Switch, Tiger Trio’s Tasty Travel débarque ces jours-ci sur Steam et se distingue, lui, par un trait dessiné rappelant le manga et l’animation jeunesse, et par une ambiance qui rayonne de mignonnerie.

Il y a également quelque chose des Game & Watch qui se joue, dans le noir et blanc aux lignes claires et dans le concept simple, du haut vers le bas, du gameplay, même s’il est ici question de réflexion et non d’adresse. Depuis le foodtruck à oreilles de chat, il faut servir aux clients leur commande par l’intermédiaire de tapis roulants. Pour ce faire, à nous de jongler entre les différents emplacements disponibles pour passer une commande d’un tapis à l’autre, ajouter sushis et makis manquants ou, au contraire, manger ceux en trop, en prêtant aussi attention à la couleur des plats.

La difficulté sera évidemment croissante au fil des 60 niveaux visités, mais un système d’indices est disponible pour chaque tableau afin que tout le monde puisse s’y retrouver. On voit mal, de toute manière, comment froncer longtemps les sourcils devant des personnages aussi adorables et souriants, et si la bande-son suit le même chemin que la musique du trailer, le service se fera dans une bonne humeur communicative.

Tiger Trio’s Tasty Travels sort sur PC aujourd’hui (edit : le jeu est finalement repoussé au 5 octobre, c’est ça DE NE PAS SURVEILLER SA PAGE STEAM). Il est déjà disponible sur Switch et l’App Store.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties de Sword of Hypotenuse (21/09, PC), jeu d’action où notre bloc de tofu ninja part à la recherche des secrets du théorème de Pythagore, POWERNAUT 2 (24/09, PC), action platformer retro minimaliste à la jolie touche, Dagon : by H. P. Lovecraft (24/09, PC), walking sim tendance horreur cosmique qui, et c’est à noter pour le thème, n’a pas l’air mal, d’autant qu’il est gratuit, Rekindle (25/09, PC), nouvel entrant dans la grande famille du sokoban développé par un groupe d’étudiants et gratuit lui aussi.

La semaine prochaine suivront Damocles Gaze (a priori le 27/09, PC), nouveau jeu du duo PUNKCAKE Délicieux, bien décidé à sortir un nouveau jeu par mois et cette fois-ci, c’est un top down shooter au pixel art en noir et blanc très stylé, Festival Tycoon (27/09, PC), où l’on gère son son festival de musique et qui entre en accès anticipé, NYKRA (27/09, PC), jeu d’aventure attendu de longue date qui prend place dans un univers SF coloré, Lemnis Gate (28/09, partout sauf sur Switch), curieux FPS multi où une boucle temporelle permet d’enregistrer plusieurs actions sur 25 secondes (le concept est pas simple à expliquer), Keyword : A Spider’s Thread (28/09, PC), où un détective part à la recherche de sa fille dans une ville cyberpunk, Echoes of the Eye (28/09, partout sauf sur Switch), au cas où vous auriez oublié l’arrivée du DLC d’Outer Wilds, et Bonfire Peaks (30/09, PC), puzzle game mélancolique où il faut créer son chemin jusqu’à un feu dans lequel brûler ses affaires.

Les autres sorties de cette semaine chargée sont visibles dans les miettes de l’actualité de Zali.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.