E3 2021 : on vous résume la conférence Devolver Digital

Stream après stream, The Pixel Post continue de vous guider sur les grandes montagnes russes des conférences de juin. Un des moments que nous attendions le plus était le désormais inévitable sketch irrévérencieux-hypocrite de Devolver Digital. Avec beaucoup de blagues un peu gênantes sur les supposés travers de l’industrie vidéoludique, dont Devolver semble vouloir s’exclure, alors que bof. Néanmoins, comme chaque année, on est content de retrouver quelques trailers de jeux au milieu de ce petit numéro longuet à base de blagues un peu convenues sur les Gamepass et les vidéos d’entreprise. Je me contenterai de commenter les trailers en question : avec tout mon amour pour les pitreries de l’excellente Mariha Zook dans le rôle de Nina Struthers, on est quand même là pour les jeux vidéo.

Ce qu’on apprécie toujours et quoi qu’on pense du fond avec Devolver Digital, c’est que leurs conférences tiennent en 35 minutes douche comprise, et cette année n’a pas fait exception : on a tous pu aller se coucher avant minuit et notre précieux temps de sommeil les en remercie. Cette année, c’est donc le très attendu FPS bourrin-rigolo Shadow Warrior III qui a ouvert le bal avec un nouveau trailer pour le moins frénétique. Le jeu est attendu pour 2021.

Quelques minutes de sketch plus tard où l’on pourra admirer des culturistes nourrir Nina avec des raisins, une deuxième annonce, un peu plus fraîche que Shadow Warrior mais nimbée d’un certain mystère : le jeu d’action en 2D et noir et blanc dans un Japon à feu et à sang Trek to Yomi. Un jeu dont on a vu que quelques images, mais qui impressionne par sa direction artistique très classe et son ambiance visiblement folle. Le jeu de Flying Wiold Hog devrait arriver l’année prochaine, on espère en apprendre plus d’ici-là !

Moins ma tasse de thé, mais intrigant tout de même, Devolver nous présente ensuite Phantom Abyss, une expérience multi asynchrone annoncée il y a quelques semaines et qui entamera son accès anticipé le 22 juin. Le principe : une course éperdue dans un temple maudit à la Indiana Jones, où vous allez concourir contre les spectres d’autres joueurs, et probablement beaucoup mourir écrasé par des boules géantes, empalé par des horreurs venues du plafond ou désintégré par des lasers impromptus.

C’est ensuite via une longue cinématique d’intro animée que Wizard with a Gun (tout un programme) a déboulé. Dans ce jeu visiblement très orienté multi et signé Galvanic, vous incarnez, je vous le donne en mille, un sorcier avec un flingue. Vous devrez construire et défendre votre base, crafter des choses, tirer sur des machins, et le tout avec un angle de caméra qui évoque très largement un certain Don’t Starve qui aurait trouvé un banjo et un choixpeau. Pas franchement mon délire, mais le trailer était assez classe.

C’est le 20 juillet prochain que vous pourrez retrouver Death’s Door, le jeu qui m’aura le plus impressionné visuellement de la conférence : un jeu d’action frénétique en vue isométrique où vous incarnez un corbeau armé d’un parapluie – tout est normal – dont la direction artistique sublime a l’air de parfaitement servir des combats intenses basés sur la rapidité d’action et les réflexes.

Est ensuite vite arrivé (oui je ne vous parle même plus des sketchs entre les jeux, la flemme) un jeu déjà annoncé mais pour lequel nous n’avions pas encore de trailer, le mystérieux Inscryption, par le créateur de The Hex et du très étrange Pony Island. Daniel Mullins nous propose donc un jeu mélangeant deck building, mini-jeux infernaux et visions horrifiques. Difficile de savoir à quoi cela va ressembler une fois terminé, mais en tout cas c’est original et intrigant, et tous les jeux basés sur des systèmes de cartes à jouer ne peuvent pas en dire autant.

Humour faux-cul toujours, Devolver a ensuite annoncé Devolver Tumble Time, une parodie de jeu mobile gratuit à microtransactions sous la forme d’un jeu mobile gratuit à microtransactions. Il y a des gens qui pètent et des « personnages à collectionner dont vous n’avez jamais entendu parler ». Si ça se trouve ça sera formidable, mais j’ai des doutes.

Enfin, nous avons eu droit un trailer du top down shooter ultra retro Demon Throttle. Ce dernier aura l’étrange privilège de ne pas avoir de sortie numérique, et d’être uniquement distribué en cartouche Switch par Special Reserve. Il y aurait long à dire sur cette initiative qui tient davantage de la création d’objet de collection spéculatif que d’objet vidéoludique, mais passons : le jeu n’a de toute façon pas l’air d’être un indispensable de l’actionner à gros pixels. Tout le monde s’attendait à un petit bonus ou une autre annonce croustillante, mais non, après une ultime séquence de parodie de board d’entreprise sous cocaïne, la conférence Devolver Digital s’achève de manière un peu abrupte sur ce jeu auquel quasiment personne ne pourra jouer.

Ne boudons pas notre plaisir : malgré un montage pas très réussi et une conférence qui ressemble de plus en plus chaque année à un numéro de stand up fastidieux écrit par un quadragénaire qui pense qu’il peut encore rentrer dans ses t-shirts d’adolescent à message ironique, la conférence Devolver Digital était vraiment chouette. Bien sûr, nous n’aurons eu que trois ou quatre annonces majeures, mais il y avait de la variété, du multi, du solo, des dates, et pas mal de petites choses à ajouter à vos wishlists, particulièrement si vous aimez les jeux d’action. Et je préfère toujours une conférence de 35 minutes qui annonce une poignée de petits jeux qui tiennent la route qu’une expérience malaisante étirée sur une heure et demie remplie d’annonces de DLC osef, de publicités pour la Garde Nationale et des nanars edgy direct to SVOD. Et il n’y avait pas Geoff Keighley, c’est toujours ça de pris.

zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé