Conflit de droit d’auteur autour du trailer d’Aeon Must Die!

Le trailer du jeu Aeon Must Die! a été retiré de la chaîne de l’éditeur Focus Entertainment par YouTube après une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur déposée par un ancien animateur du studio Limehouse Games. L’occasion de revenir sur les allégations de crunch, de harcèlement et de vol de propriété intellectuel qui entourent le jeu depuis sa présentation au PlayStation State of Play l’année dernière.

Présenté comme un « beat’em-up spectaculaire mêlant profondeur d’un jeu de combat, gameplay tactique et punchy, et IA innovante, le tout sublimé par une direction artistique de haute volée », le jeu Aeon Must Die! a été entouré de controverse dès sa présentation au PlayStation State of Play en 2020. Quelques heures seulement après la diffusion de son trailer, une autre version a été publiée sur YouTube accompagnée d’un dossier Dropbox en description. Le dossier revient en détail sur les conditions de travail difficiles infligées à l’équipe pendant le développement du jeu. Au total, huit membres de l’équipe créative, dont le co-fondateur de Limestone Games, Aleksei Nehoroshkin, ont démissionné pour cause de conditions de travail intenables, particulièrement du crunch à n’en plus finir, « du harcèlement, de la maltraitance, de la corruption et de la manipulation ».

Aeon Must Die! catpure d'écran

Les accusations visent principalement le co-fondateur et CEO du studio, Yaroslav Lyssenko, pour son management toxique et ses méthodes douteuses pour s’arroger la propriété intellectuelle sur le travail de l’équipe. L’éditeur Focus Entertainment est également mis en cause, les huit employés allèguent en effet avoir demandé de l’aide et du soutien pour « finir le jeu dans des conditions décentes et dans la meilleure qualité possible » et avoir été ignorés. Suite à ces accusations, Focus Entertainment avait déclaré le 7 août 2020 qu’il allait enquêter sur ces accusations, mais soulignait néanmoins qu’elles étaient dirigées vers Limestone Games et pas sur lui et s’est gardé de préciser s’il avait effectivement été contacté en amont comme l’allèguent les plaignants.

Après ces déclarations, plus rien n’est sorti sur cette affaire, jusqu’à ce qu’en août dernier, le trailer refasse discrètement surface sur la chaîne de l’éditeur sans mentionner d’aucune façon les accusations relatives aux conditions de travail. Suite à cette publication, les anciens employés ont fait part de leur stupeur d’autant que selon eux, absolument rien n’a été réglé en ce qui concerne les problèmes de propriété intellectuelle et le travail impayé. Arsen Shakhbabyan, l’un des huit membres de l’équipe à avoir démissionné l’année dernière, a déposé une réclamation auprès de YouTube pour faire retirer la vidéo de la chaîne de l’éditeur arguant une violation du droit de la propriété intellectuelle. La vidéo a été retirée jeudi dans la journée. Le trailer est toujours visible sur la chaîne de PlayStation et Arsen Shakhbabyan a déclaré à Eurogamer ne pas avoir l’intention de la faire supprimer dans la mesure où Sony n’a pas de responsabilité dans l’affaire et que les commentaires sur le sujet ne sont pas supprimés.

À l’heure actuelle, Focus Entertainment nie avoir poussé au crunch et toute accusation de vol de propriété intellectuelle. Pour Arsen Shakhbabyan, la priorité est maintenant de forcer Focus et Limestone Games à prendre leurs responsabilités et payer les arriérés.

Focus Entertainment et Limestone Games sont loin d’être les seuls à avoir recours à ce genre de management toxique et à faire semblant de ne rien voir. Le problème est généralisé dans le secteur du jeu vidéo et malgré les révélations qui se succèdent, rien ne change, car beaucoup semblent préférer les beaux discours plutôt que les actions concrètes.

BatVador

Traductrice ascendante topiaire qui aime les city builders, les dystopies et les jeux avec des gens déprimés dedans.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé