Chine : nouvelles restrictions sur l’accès aux services en ligne

Depuis l’année dernière, la Chine s’est lancée dans une vaste campagne pour lutter contre l’addiction aux jeux vidéo chez les jeunes. Entre la reconnaissance faciale destinée à identifier les mineurs et les restrictions mises en place en septembre, les possibilités pour les mineurs de jouer aux jeux vidéo ont été drastiquement réduites. Le gouvernement chinois n’a toutefois pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. En effet, selon le South China Morning Post, l’administration du cyberspace en Chine vient de proposer une nouvelle réglementation concernant l’accès des services en ligne aux mineurs. Ces services incluent non seulement les jeux vidéo, mais aussi les live-streams, les services audio et vidéo et les réseaux sociaux. Une consultation publique, qui devrait durer jusqu’au 13 avril, est en cours.

L'administration du cyberspace en Chine

Dans le détail, cette nouvelle réglementation viserait à imposer un « mode jeune » pour tous les services en ligne, dont les fournisseurs auraient la responsabilité de faire respecter les limitations de temps pour les mineurs, ainsi que les plafonds pour les achats. En outre, cette règle s’appliquerait également aux fabricants de hardware, notamment les fabricants de smartphones, qui devraient avoir un logiciel de protection des mineurs installé par défaut dans leurs produits ou fournir un guide clair pour en installer un lors de l’achat. La proposition de loi inclut également l’obligation pour les entreprises concernées de mettre en place une aide pour les mineurs victimes d’abus en ligne et de publier tous les ans un rapport sur la responsabilité sociale de l’entreprise.

Officiellement, le gouvernement chinois veut protéger la santé mentale des mineurs et responsabiliser les plateformes en ligne. Si certaines mesures, comme limiter les dépenses sur les services en ligne et empêcher les mineurs de se lancer sur Twitch trop tôt par exemple sont plutôt sensées, il faut aussi se rappeler que les autorités font la chasse aux contenus LGBT+ et à toute représentation masculine non conforme aux standards de virilité et de masculinité classique dans le secteur du divertissement. Il est difficile de ne pas se demander si ces restrictions, sous couvert de se préoccuper de la santé publique, ne viseraient pas également à restreindre les informations et influences extérieures sur la population du pays.

BatVador

Traductrice ascendante topiaire qui aime les city builders, les dystopies et les jeux avec des gens déprimés dedans.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé