Remakes Capcom, Hellboy, Yakuza : les miettes de l’actu du 14 juin 2020

Bienvenue dans les Miettes de l’Actualité ! Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Une semaine un brin spéciale, puisque depuis jeudi s’enchaînent les conférences et streams qui remplacent l’E3. L’essentiel de l’actualité vidéoludique se résume donc à des annonces de jeux, étouffant un peu le reste. J’ai donc ressorti du frigo quelques nouvelles pas super fraîches de ces dernières semaines, mais quand même encore vaguement comestibles : on sait pourquoi Dino Crisis et Onimusha n’ont pas de remakes, on revient sur l’histoire d’un jeu Hellboy oublié, et on parle du patch francophone pour Yakuza Kiwami.

Pas de remake pour Onimisha et Dino Crisis, car Capcom estimait le coût trop élevé.

onimusha remake

Déclinaisons de la formule Resident Evil en vogue à la fin des années 90, Dino Crisis et Onimusha remplaçaient les zombies de Raccoon City par des dinosaures et des démons japonais. Ces deux licences un peu oubliées ont longtemps fait l’objet de rumeurs de remakes. Alors que les équipes de Capcom sont à la manœuvre sur Resident Evil VIII, ces rumeurs viennent de prendre fin : non seulement aucune ressortie des cartons de ces jeux n’est prévue, mais de plus elles ont été explicitement refusées et mises à la broyeuse par Capcom.

Le projet avait été pitché par Capcom Vancouver (studio aujourd’hui fermé, Capcom s’étant recentré sur ses studios japonais) il y a quelques années, et n’avait pas passé le stade de l’idée, les dirigeants de la firme estimant le coût de développement d’un nouveau moteur de jeu pour des licences semi oubliées tout simplement prohibitif. Cependant, maintenant que le RE Engine a été développé et ne manque pas de faire ses preuves, on peut imaginer que des projets du genre redeviennent du domaine du possible (peut-être pas du souhaitable cependant, c’était quand même pas ouf Dino Crisis).

L’étrange histoire du jeu franco-américain Hellboy.

La chaîne Youtube The Game Show a déterré une histoire un peu oubliée comme je les aime, celle du jeu Hellboy : Dogs of the Night paru dans une indifférence totale en 2000 sur PC. Le projet débute en 1996, alors que l’éditeur français Cryo cherche à s’implanter en Amérique du Nord. Un deal un peu bizarre va les pousser à faire de leur branche américaine une entreprise co-gérée par l’éditeur de comics Dark Horse, et c’est ainsi que sera mis en chantier un jeu basé sur la licence Hellboy, encore relativement obscure (le premier film Hellboy ne verra le jour que huit ans plus tard).

Hélas, les équipes de Cryo se heurtent vite à… la méconnaissance absolue des équipes de Dark Horse en matière de jeu vidéo, ainsi qu’à des cultures d’entreprise et de travail différentes, qui vont causer une succession de retards qui ne permettront à Hellboy : Dogs of the Night de sortir qu’en 2000. Quatre ans de développement, c’est à l’époque anormalement long, et ça signifie sauter une génération entière en termes de graphismes et de mécaniques de jeu. La vidéo revient sur l’étrange destin commercial de ce jeu en donnant notamment la parole à un ancien de Cryo ayant vécu cette étrange et infructueuse expérience.

Un patch français pour Yakuza Kiwami, et ce monde est soudain un peu moins laid.

Yakuza Kiwami patch

Le saviez-vous ? Le premier Yakuza sur Playstation 2 était intégralement traduit en français, contrairement à son remake, le très adoré Yakuza Kiwami, qui se contentait d’une (excellente) version anglaise. Une vraie barrière pour de nombreux joueurs qui ne pouvaient pas se lancer dans cette aventure hautement scénarisée sans être perdus.

Si SEGA traduit désormais la plupart de ses jeux du genre (Judgement a été livré avec une honnête VF), ce n’est pas rétroactif, et il aura fallu attendre quelques années avant qu’une traduction amatrice émerge sous forme d’un patch pour la version PC du jeu. Cette traduction est incomplète (certains menus et certains dialogues annexes restent en anglais), mais toutes les cinématiques et toutes les quêtes sont désormais en français. La procédure d’installation se trouve ici : joie !

Les autres trucs

Les jeux à paraître du 15 au 21 juin. Une semaine pour le moins éclipsée par l’ombre impressionnante d’un certain The Last of Us Part II, vous savez le jeu dont tous les tests pointent énormément de défauts assez sérieux au milieu de qualités certaines puis mettent un 19/20 pas tout à fait cohérent avec la teneur de l’article ? Quoi qu’il en soit, moult autres jeux seront publiés ces jours-ci !

summer-in-mara trailer

Pas de grosse sortie, ça veut aussi dire pas mal de petits machins potentiellement intéressants, particulièrement si vous êtes ce genre de personne qui préfère ajouter 5 jeux indés à son backlog plutôt qu’un Last of Us 2 la semaine prochaine (je suis cette personne). C’est le moment de jeter aléatoirement de l’argent vers :

  • Hardpace : Shipbreaker un jeu de découpage d’épaves dans l’espace. La pénibilité du travail, tout ça.
  • Desperados III, le retour du Tactical STR de cowboys des années 2000.
  • Disintegration, un jeu de stratégie/FPS qui a l’air d’être mauvais dans les deux genres.
  • Across the Grooves, un « roman graphique interactif » à la D.A fort alléchante.
  • Waking, un simulateur méditatif de marche où je ne sais quoi, il y en a un chaque semaine.
  • Summer in Mara, mon joli peut-être futur Goty tropical ensoleillé
  • The Waylanders, le CRPG un peu moche de la semaine.
  • Curious Expedition 2 : la suite du merveilleux jeu d’exploration de Terres Inconnues sorti en 2016.
  • The Academy : The First Riddle. Dans une école de magiciens, ces trois enfants résolvent des énigmes et avec un peu de chance les auteurs du jeu ne sont pas transphobes.
  • The Last of Us Part II, mais je pense que vous n’avez pas besoin de moi pour savoir ce que c’est.
zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.