Les bonnes nouvelles de la semaine : Pendragon, RunMe et quelques miettes

Chaque semaine on peut se faire son petit best of des trucs qui allaient pas, c’est fantastique, il y en a tellement, j’ai déjà oublié ce qui m’avait rendu fou de rage il y a dix jours, quel délice. Comme la javel que Donald Trump nous recommande de boire, par exemple. Heureusement, c’est l’heure des bonnes nouvelles (moins nombreuses, certes, mais tout de même présentes). Au menu aujourd’hui, Inkle Studios a besoin de vous mais ce n’est pas ce que vous croyez, Roll7 sort un projet inachevé gratuitement, et quelques news en vrac pour copier sur Zali, car c’est la disette.

Inkle Studios lance un appel aux histoires de feux de camp pour Pendragon

Précédemment dans : Les bonnes nouvelles de la semaine. Le mois dernier, nous constations avec plaisir que le studio britannique Inkle relançait inklewriter, son éditeur de nouvelles interactives, dans une toute nouvelle version opensource. Deux semaines après, Pendragon, leur jeu de stratégie au tour par tour basé sur le mythe Arthurien s’annonçait pour l’été 2020, agrémenté d’un bref trailer.

Dans l’épisode du jour, Inkle revient pour lancer un appel à sa communauté, en demandant de leur envoyer des histoires de feux de camps rédigées sous inklewriter, pour les intégrer à Pendragon. Rangez les torches et les fourches, certes l’histoire ressemble à tous ces concours qui demandent de faire un travail non-rémunéré en échange de chèques Passion et de visibilité, mais les gens de chez Inkle sont plus décents que ça. En effet, le deal ici n’est pas de leur apporter du contenu pour des cacahuètes, puisque la demande est très claire sur la charge de travail (une histoire d’environ 500 mots, pour une durée d’écriture estimée à une heure maximum), des consignes très claires en termes de contenu attendu, et surtout, une rémunération pour toute histoire retenue (40£ par texte, en plus de l’obtention de Pendragon dès sa sortie et du crédit des auteurs·trices). Il serait tentant de commenter cette proposition et de trouver tout ça vachement sympa, mais c’est en fait assez normal de rémunérer un travail, même si ce travail est effectué par des fans. Réjouissons-nous donc simplement d’acheter des jeux à des personnes décentes, c’est moche d’avoir de si faibles standards, mais hé, nous parlons de l’industrie du jeu vidéo.

Dans tous les cas, si vous pensez avoir le talent nécessaire pour leur proposer une histoire, Inkle vous laisse jusqu’au 5 mai pour leur envoyer (en anglais, bien entendu). Toutes les informations nécessaires sont disponibles ici, et si comme moi vous ne comptez rien faire d’autre que d’attendre la sortie du jeu et laisser les personnes talentueuses entre elles, je recommande tout de même d’aller lire la FAQ à la fin du document, car elle est hilarante.

Roll7 sort gratuitement le titre RunMe

Le titre est un projet solo inachevé de John Ribbins, directeur créatif de Roll7 (OlliOlli, Not A Hero), ressorti en 2018 par le studio, et envoyé comme démo à différents éditeurs, après un petit coup de polish donné par ses collègues. Malgré l’intérêt de quelques boîtes, le projet n’a jamais abouti et est retourné prendre la poussière dans les cartons de Roll7, jusqu’à la semaine dernière. Profitant du confinement, et sachant pertinemment qu’aucun travail supplémentaire ne sera apporté au jeu, Roll7 a donc décidé de le mettre en ligne tel quel et gratuitement sur itch.io.

RunMe n’est finalement qu’un puzzle game au tour par tour pas hyper intéressant à jouer et ressemble plus à un mini-jeu de hack qui aurait été étendu à un jeu entier, mais rien que pour son ambiance visuelle et sonore, je ne peux que recommander de le lancer, si vous êtes un peu amateurs d’electro expérimentale et de visuels glitchés. C’est de toute manière toujours intéressant de pouvoir tester des projets annulés et non-aboutis, que ce soit pour comprendre ce qui a provoqué les refus, voir à quoi ressemble un jeu en cours de développement – quoi que maintenant on a les early access pour ça – ou se faire une idée de la tête des démos envoyées aux éditeurs par les studios indés.

RunMe

Des news en vrac

Il y avait pas mal de choses cette semaine, mais surtout pas mal de choses assez maigres, pas de quoi en faire un sujet à part entière, mais de bonnes nouvelles cependant. Alors tendez votre sachet, voici quelques news en pagaille, il n’y en a pas des masses alors n’en renversez pas.

La Ludum Dare 46 a eu lieu du 18 au 21 avril, sur le thème Keep it alive. Je ne suis personnellement pas emballé par le concept de Game Jam, trouvant que les événements de ce genre participent à une banalisation du crunch, mais passons. Comme à l’accoutumée, une pelletée de démos et de concepts sont désormais disponibles et vous pouvez aller farfouiller dans la liste, il y a toujours des trucs intéressants. Pour ma part, j’ai dégoté un tower defence par mon gars sûr Terry Cavanagh (et qui contient une vanne sur Bonnie Tyler, c’est parfait), une sorte de simulateur de The Lighthouse par Born Frustrated (les gens derrière le très prometteur File://maniac), ou encore ce puzzle game avec un robot sur Titan. Et d’un subtil coup de coude, Tristan et Fanny m’ont glissé le lien du jeu d’un copain ayant également participé, alors le voici, ça s’appelle Luciole, c’est joli et oppressant. On y explore une forêt bien sombre et si la lumière de notre torche s’éteint, des bestioles ne tardent pas à venir nous bouffer. Perso, les bestioles m’ont bouffé.

Tower Defence of the Heart

Games Done Quick a rempilé une nouvelle fois pour un marathon de speedrun, cette fois-ci à distance, et pas entassés dans une salle, étrangement. L’édition de cet été étant annulée, un marathon spécial en aide à Direct Relief – une association œuvrant contre la pandémie – a été lancé du vendredi 17 au lundi 20 et a collecté 400 000$.

L’éditeur et développeur français Microids, qui fêtait ce 24 avril ses 35 ans d’existence, a profité de cette date pour annoncer le développement d’un jeu Tintin. Après le succès mitigé (ici on avait plutôt aimé) de Blacksad, Microids adapte cette fois-ci le personnage de Hergé, puisqu’un accord a été signé entre l’éditeur et la terrifiante société Moulinsart, plus connue pour dégainer les procès qu’autoriser l’exploitation de l’image de Tintin et des autres personnages.

Bonus

J’étais en vacances cette semaine. C’est bien, les vacances.

Shift
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé