Blizzard vire encore à la pelle alors que son PDG empoche des millions

Blizzard continue sur sa lancée de licenciements et a annoncé plus tôt cette semaine que des employé.es se feront remercier prochainement, notamment dans sa division esport.

Dans des propos rapportés par Bloomberg, on apprend que l’entreprise a prévu de se séparer d’environ 190 personnes dont une cinquantaine de sa division esport. Sous prétexte de se mettre plus en phase avec les joueur.ses qui ont préféré suivre les événements liés à leurs jeux favoris en ligne cette année, il est tout naturel que les équipes organisant les différentes manifestations en rapport avec l’esport aient dû adapter leurs activités. Cette adaptation rime avec réduction des coûts et donc réduction des effectifs. Ce retour en arrière quant à la scène esport, misant sur des événements plus modestes en ligne sur fond de pandémie plutôt que sur des stades pleins à craquer de geeks nerveux, reste dans la droite lignée de la stratégie financière de Blizzard depuis sa fusion avec Activision. D’autres filiales de la firme sont aussi touchées, comme King connu pour Candy Crush, mais Tony Petitti, président de la division chargée des sports et du divertissement, a déclaré que les événements en direct pour la Call of Duty League et l’Overwatch League ne disparaîtraient pas entièrement, nous voilà soulagé.es.

Travailleuses, travailleurs, on vous exploite, on vous spolie

Cette organisation pour préparer la transition post-COVID arrive un mois après le bilan financier de l’entreprise de 2020, qui a établi des résultats records de 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires, et quelques jours après l’annonce de la prime de 200 millions de dollars que Robert Kotick, le PDG d’Activision-Blizzard, se verra gratifié dans le courant de l’année. Comme quoi l’entreprise n’est pas au bord de la faillite, et plutôt que de virer du personnel elle pourrait juste l’employer sur d’autres projets.

Et vu que c’est une semaine de merde, vous serez aussi ravi.es d’apprendre que Riot Games n’a trouvé aucune preuve accablante prouvant que son PDG, Nicolo Laurent, est un harceleur, et ce malgré le témoignage de plusieurs victimes mettant en avant la culture toxique de l’entreprise.

Kalkulmatriciel

Cc c Kalkul. J'adore parler à tous les PNJ, mettre des mandales et saboter les coop.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé