Redout: Space Assault – A Redout Shitty Paper

Après Redout, leur clone mollasson de WipeOut sorti en 2016, les Italiens de 34BigThings annonçaient en 2018 un nouveau titre dans le même univers, pour cette fois-ci s’aventurer dans le combat spatial solo et multijoueur, dévoilant une pré-alpha plutôt classique mais prometteuse. Deux ans et un quasi silence radio plus tard, le voilà qui débarque sur Apple Arcade dans son catalogue de lancement, passant des promesses de l’annonce d’origine à un mélange de rail-shooter, free flight, exploration et course uniquement en solo. Sans beaucoup plus de nouvelles à fournir entre les deux, le studio est venu déposer, l’air de rien, le portage PC sur Steam en ce mois de janvier 2021. Nous étions prévenus : le résultat n’a plus grand-chose à voir avec les images de gameplay montrées en 2018, mais la vérité frère, on était pas prêts.

Bref, c’est naze. Non attendez, ça a déjà été fait ça.

Dans Redout, donc, on fait de la bagarre

Pew pew sur rails :

Redout Space Assault pew pew

Pew pew sur raï :

Redout Space Assault mais avec Faudel

Pew pew en free flight :

Redout Space Assault pew pew mais libre

On fait aussi LA COURSE

Dans des cerceaux :

Redout Space Assault dans des cerceaux

Dans des circuits qui apparaissent un peu au hasard dans l’espace :

Redout Space Assault la course

Mais aussi de l’exploration

On ramasse des grosses pièces :

Redout Space Assault les grosses pièces

Et des schémas :

Redout Space Assault les gros schémas

Et on tue DES BOSS

Redout Space Assault le boss moche

Mais c’est souvent les mêmes.

ATTENDEZ C’EST PAS FINI Y A UNE HISTOIRE

On tire à vue sur des civils :

Redout Space Assault attaque de civils

On participe à une déportation et une purge :

Redout Space Assault déportation et purge, oui je suis sérieux, ça craint

Puis notre cheffe nous parle pas trop bien, alors on rejoint les rebelles et ça fait pousser une barbe :

Redout Space Assault maintenant on est rebelle

Mais tout finit bien, puisqu’après trois discours inspirants, on casse le gros vaisseau méchant et on fonde une nouvelle société basée sur une référence historique aléatoire :

Redout Space Assault bravo on a battu les méchants

Et puis on peut améliorer notre vaisseau, quand même

Avec des grosses cartes :

Redout Space Assault les grosses cartes

Et un menu qui nécessite trois actions :

L’est beau mon vaisseau :

Redout Space Assault le beau vaisseau rose

Redout: Space Assault a été testé sur PC via une clé fournie par l’éditeur.

34BigThings ont-ils abandonné le projet en cours en prenant conscience de son ambition, de la taille de leur équipe, de leur manque d’expérience ou de moyens ? Ont-ils tout jeté pour rejoindre coûte que coûte le catalogue de l’Apple Arcade et faire coller leur titre aux restrictions d’un jeu mobile, quitte à baisser tous les standards en termes de gameplay et de visuels ? Quoi qu’il en soit, Redout: Space Assault est un carnage comme je n’en avais pas vu depuis longtemps. De son esthétique criarde, sa maniabilité molle et approximative, de ses boucles de gameplay dont on aurait pu pardonner le caractère parfaitement éculé si elles n’étaient pas aussi ratées et parfois buguées, de son scénario infâme, justifiant d’horribles exactions sur sa première moitié pour retourner sa veste quelques chapitres plus tard et narré par des acteurs et actrices récitant sans conviction des dialogues insipides, de sa musique abominable, oscillant entre mauvaise techno et symphonie pouet pouet pour un résultat de bad trip en fin de soirée, on ne trouvera pas le moindre élément à sauver. Redout: Space Assault est un jeu que j’ai subi de la première à la dernière minute tant il se ramasse sur tous les plans. N’y touchez même pas avec un bâton.

Le Bon

C'est la première fois, mais j'ai vraiment rien à mettre ici

Vraiment, c'est chaud

Le Pas Bon

C'est franchement très vilain

Quand ce n'est pas terriblement ennuyeux, c'est dur à hurler. Dans les deux cas, car c'est mal fichu

Le scénario est vraiment très limite, et la rédemption de notre personnage ne rattrape en aucun cas les horreurs commises de son plein gré

La musique est une punition

Tous les systèmes de jeu sont ratés, j'ai minimum un truc à redire par niveau

Shift
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé