Antagonistes – Arthas, le Déchu

Antagonistes est une série de portraits non exhaustifs de figures du jeu vidéo qui viennent s’opposer au protagoniste que l’on incarne. Mais plus que de simples vilains, ces « méchant(e)s » retenu(e)s possèdent à chaque fois une ou plusieurs caractéristiques qui les rendent vraiment uniques. Évidemment, puisqu’il s’agit d’aborder leurs actions et leurs parcours, parfois en profondeur, les portraits contiennent très souvent des spoils majeurs. Vous voilà prévenus !

I won’t allow it, Mal’Ganis! Better that these people die by my hand than serve as your slaves in death!

Du sommet de son trône à Norfendre, le Roi Liche contemple son royaume enneigé. Au loin, des groupes d’aventuriers débarquent et bataillent, dans l’espoir de mettre un terme à son règne sans partage. Ce dernier, songeur, se revoit soudain, prince courageux, mais belliqueux débarquant sur ces mêmes terres et prêt à tout pour sauver son peuple. Un souvenir qui en appelle un autre, plus récent, où il gravissait, déterminé, les marches glacées qui devaient le mener au Trône de Glace. Ces pensées fugaces et embrumées s’estompent et laissent place à celles du souverain terrible qu’il est devenu. Car cela fait bien longtemps que le Prince Arthas a laissé place au Roi Liche.

C’est à Stratholme que tout se met en place. À l’instar de cet ancien joyau des royaumes humains, l’élève d’Uther va sombrer et connaître un destin tragique. Il arrive pourtant avec les meilleures intentions du monde. Depuis des jours et des semaines, il est à la tête des forces luttant contre la menace morte-vivante. En arrivant aux portes de la ville, Arthas constate avec effroi que les habitants ont pour la plupart déjà consommé du blé contaminé. Cette céréale est devenue un véritable poison, car responsable des mutations de la population en affreuses créatures mortes-vivantes. Il prend alors une décision terrible : une purge de la ville.

reforged arthas uther jaina purge
Arthas veut qu’Uther purge la ville de ses propres habitants.

Horrifiés, Jaina et Uther, présents aussi sur place, refusent d’assister à cela. Il faut dire que ces derniers l’avaient prévenu et ont, tant bien que mal, tenté de le raisonner. Celui qui fut son mentor et celle qui fut son amante sont bien conscients du pas qu’Arthas s’apprête à franchir. Des actes qui n’ont plus rien à voir avec ses prétentions de justice, qu’il assure pourtant brandir comme étendard et qui légitimeraient, selon lui, ses actions. Devant l’obstination de ce dernier, ils quittent les lieux avec de nombreux soldats. Quant au prince de Lordaeron, il reste inflexible. Convaincu, il motive ses troupes et se prépare à engager une tuerie préventive effrayante, avec l’aide, de plus en plus hésitante, de ses propres troupes. C’est à ce moment qu’apparaît Mal’Ganis, qui va une fois encore provoquer le héros. Le Seigneur de l’Effroi commence à changer directement en morts-vivants les habitants de Stratholme, exacerbant la colère d’Arthas. Ce dernier, enragé, décide d’accélérer les meurtres et la dévastation de la ville, tout cela sans la moindre certitude quant aux contaminations.

L’échec de Jaina et d’Uther marque forcément, car ils étaient, à ce moment, les derniers capables de le raisonner. Sauf qu’Arthas a commencé à changer dans la confusion des missions qui précèdent l’arrivée à Stratholme. Des changements bouleversant les repères qu’il avait auprès de ses proches.
Ainsi, jusque-là, on sait qu’il a pour mentor Uther. Symbole de vertu, chef de l’Ordre de la Main d’Argent, ce chevalier au service de la Lumière est un guide qui paraît sans faille.
On sait aussi qu’Arthas a pour amie proche Jaina. Cette jeune mage surdouée, fille d’une grande famille, est une figure forte, indépendante et promise à un grand avenir au sein du Kirin Tor.
Et derrière tout ça se tient l’ombre de son père, Terenas. Ce Roi magnanime attend tout de même de son fils qu’il soit un Prince à la hauteur des enjeux en cours dans les royaumes de l’Est. Surtout compte tenu des problématiques diplomatiques qui s’imposeront à lui.

jaina left arthas
Jaina refuse d’assister à ce qu’Arthas s’apprête à faire.

Or, toutes ces influences le poussent, inconsciemment, à des idéaux de grandeur et d’intransigeance. Du moment où les premières malversations du Culte des Damnées apparaissent, jusqu’aux premiers vrais affrontements contre les morts-vivants, Arthas va vivre une aventure longue et éreintante. Elle sera d’autant plus difficile qu’il se retrouve à la poursuite d’un ennemi démoniaque invisible, qui sans cesse le provoque, tout en portant atteinte au peuple qu’il a juré de protéger. On décèle peu à peu un ton hautain, voire autoritaire, et un léger sentiment de supériorité, même s’il reste un dirigeant proche de ses troupes autant que des gens qui peuplent les contrées qu’il cherche à défendre.  C’est d’ailleurs pour cela qu’il refuse de voir sa terre natale peu à peu dépérir sous l’action de ce qu’on appellera plus tard le Fléau.

Au final, il reste soumis à son rôle de Prince et à la mission confiée par son père, il demeure l’élève d’Uther, le héros paladin dogmatique, et enfin, il ne veut pas altérer sa relation avec Jaina, dont il connaît la puissance et le talent. Alors forcément, après les nombreuses horreurs auxquelles il a assisté et qu’il a tenté d’empêcher, lorsqu’il se tient devant Stratholme et qu’il constate que, une fois de plus, il arrive trop tard, il se brise.
Sa chute prend certes racine dans l’affrontement avec Mal’Ganis, mais c’est bien Arthas lui-même qui décide en toute conscience du massacre de la ville et de ses habitants. Il a perdu pied avec la réalité et a préféré construire la sienne. Une alternative où il s’imagine encore dans un rôle de sauveur héroïque, sans même se rendre compte qu’il s’est déjà laissé consumer.

Le jeune prince épris de justice s’efface à l’instant où il donne le premier coup fatal sur un de ses sujets et pour cela, il n’a pas besoin d’arborer le Heaume de Domination ou de brandir Frostmourne. Avant même l’arrivée à Norfendre, c’est bien à ce moment que le héros disparaît, lorsqu’Arthas cède à la part sombre qui l’habite et qu’il provoque sa propre perdition.

arthas stratholme brule
Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.