Webedia fait de bonnes affaires : le récap de l’actu du 8 mars

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Libération s’est intéressé aux affaires de Webedia et c’est pas joli-joli.

Encore des gens qui vont devoir rendre l’argent

Libération a indiqué dans un article que la Région Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse, s’était montrée particulièrement généreuse envers Webedia, à qui elle a accordé une subvention pour l’organisation d’un tournoi d’e-sport. Si l’on pourrait se réjouir de cette reconnaissance de la part des politiques, un point est cependant intrigant : entre l’aide de la région et celles des villes organisatrices, le tournoi est financé à 100% par de l’argent public. Ce qui n’arrive normalement jamais, quel que soit l’événement, d’autant plus que Libération rapporte que le projet de Webedia est très flou et peu détaillé.

Mais ce n’est pas le seul problème. Sans le dire clairement, il est sous-entendu que le fait que le patron de Fimalac, société qui possède le capital de Webedia à 88,8%, soit un ancien soutien de François Fillon n’est pas tout à fait étranger à cette soudaine générosité de la part de la présidente de la région. Quitte à être dans la spéculation, je vais aller un peu plus loin. Outre le fait que Webedia, avec ses 200 millions de chiffre d’affaires, n’a pas vraiment besoin de subventions publiques, il se trouve que Fimalac possède également d’autres sociétés, dont 3S Entertainment. Et vous savez ce que possède 3S Entertainment ? Des salles de spectacle, des sociétés de production, bref, la base pour organiser des tournois d’e-sport. Alors qu’on soit clair, c’est de la pure spéculation, mais je ne suis pas loin de penser que l’argent des subventions servira au final à payer les services d’autres entreprises de Fimalac et ne sortira pas du giron de la société mère.

L’opposition au conseil régional, le groupe « Ensemble Ile-de-France », a été alertée de cette affaire et a annoncé son intention de déposer un amendement pour que la subvention soit retirée et fasse l’objet d’un appel à projets transparent incluant tous les acteurs de l’e-sport français. Espérons que ce soit le cas, parce que le sport électronique français ne semble être qu’un nouveau terrain de jeu entre Vivendi et Fimalac, concurrents depuis de longues années.

Ailleurs dans l’actu

  • Call of Duty : Black Ops IIII a été annoncé et sortira le 12 octobre. Je n’ai rien de plus à vous dire sur le sujet parce que, pour dire ça poliment, ça me laisse totalement indifférente.
  • Cities : Skylines s’est très bien vendu, avec 5 millions de copies écoulées sur PC et Paradox Interactive offre du coup un bâtiment en lien avec leur prochain jeu, Surviving Mars, qui vous permettra de vous mettre dans la peau d’Elon Musk pendant quelques minutes.
Fanny Dufour
Fanny Dufour

Passionnée de politique et maniaque de l'orthographe appréciant les jeux qui ont du sens et les indés.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.