The Council, le RPG narratif et épisodique signé Big Bad Wolf : le récap de l’actu du 20 décembre

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Focus Home Interactive dévoile The Council, la première production du tout jeune studio bordelais Big Bad Wolf… et puis c’est tout. Mais c’est déjà pas mal !

The Council

Cela n’aura sans doute échappé à personne, des studios d’un nouveau genre tendent à proliférer au sein de cette industrie avec la promesse, souvent celle de vétérans provenant d’un milieu qui respecte une vieille tradition, de proposer de nouvelles expériences vidéoludiques accompagnées d’un tout nouveau modèle économique… et donc quelque part assez casse-gueule. Et à l’heure où certains ont réussi leur pari (Campo Santo par exemple), d’autres débutent et ainsi va la vie. Aujourd’hui, c’est donc au tour du studio Big Bad Wolf d’entrer définitivement en scène avec The Council. « Définitivement » parce que le studio vient tout juste de dévoiler une première mise en bouche pour un projet de jeu déjà âgé de 3 ans (ou presque).

Commençons par le format qui a été opté par le jeu, désormais bien connu de tous. À la manière de Dontnod Entertainement et son Life is Strange, The Council sera un jeu épisodique (constitué de 5 chapitres) et dont la sortie du premier épisode intitulé « The Mad Ones » est fixée au mois de février 2018. Voilà pour les formalités. Ensuite, pour bien comprendre le concept du jeu, bref détour vers les ambitions du studio : réaliser le premier RPG sans armes ni combats, articulé autour d’un système de choix particulièrement poussé. Voilà qui donne le ton, et je sens que vous trépignez d’impatience d’en savoir plus.

L’histoire ? Allons-y. The Council débute son aventure en 1793, période durant laquelle le joueur incarnera Louis de Richet, un membre de la Société Secrète qui se rend avec d’autres membres sur une île privée (au large de l’Angleterre) sur invitation de l’énigmatique Lord Mortimer. Et ses accompagnateurs ne sont pas n’importe qui puisque la plupart d’entre eux sont des personnages historiques, tel que Napoléon Bonaparte ou encore George Washington. Pourquoi donc cette invitation ? Voilà une bonne question. D’autant plus que la mère de ce Louis de Richet a récemment disparu sur cette même île, et l’ensemble des convives semblent cacher quelque chose… Alors on a certes troqué le Colonel Moutarde et quelques petits nègres, et pourtant, vous ne rêvez pas : The Council sera bien un jeu de rôle d’enquête à huit-clos.

Pour l’heure, nous savons seulement que le joueur disposera d’un arbre de compétences afin de spécialiser (ou non) Louis de Richet dans le domaine de son choix (tel que l’enquête et la diplomatie), mais il disposera également d’un système d’Influence Sociale pour interagir avec l’ensemble des personnages. Le tout administré dans une relation continuelle de cause à effet que l’on nous promet riche, variée et définitive (il sera impossible de revenir sur ses choix). Bref, voilà de quoi attiser notre curiosité. Verdict dans deux petits mois !

Ailleurs dans l’actu

  • Les serveurs de Killzone 2 et 3 fermeront au début de l’année prochaine : Après plusieurs années de bons et loyaux services (8 ans pour l’un et 6 ans pour l’autre, tout de même), l’ensemble des serveurs mobilisés vont fermer leur porte le 29 mars prochain. Si ce n’est pas encore le cas (ce qui voudrait dire que vous faites preuve d’une ténacité redoutable), c’est donc le moment d’envisager très sérieusement vos adieux avec ces chapitres de la licence.
  • Oxenfree est actuellement offert sur GoG. Voilà, tout est dit, dépêchez-vous de vous le procurer si ce n’est déjà fait. Genre tout de suite, maintenant.
Yohan Belhadj

Sensible à l'image et aux divers procédés de narration. Je suis peut-être plus vidéo que jeu, mais je ne boude pas pour autant mon plaisir à tenir une manette dans les mains.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé