Sword of Ditto rencontre Locoroco et Londres finance le jeu vidéo : le récap du 28 mars

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Sword of Ditto aura une quête exclusive Locoroco, et le maire de Londres veut développer le jeu vidéo dans sa ville.

L’épée de Ditto

L’actualité vidéoludique étant aussi dynamique que mes parties de PUBG, ça n’a pas été simple de trouver des news qui sortent du lot. Fort heureusement, le salut est venu de l’éditeur Devolver Digital. L’équipe éditrice derrière les Hotline Miami 1 & 2 a annoncé un partenariat entre l’action-RPG Sword of Ditto et la licence Locoroco. Qu’est ce que Locoroco ? Il s’agit d’un jeu de plateforme sorti en 2006 sur la regrettée (par moi en tout cas) PSP. Les personnages sont des petits êtres qui rebondissent et peuvent avoir des couleurs et des formes différentes, un peu comme les barbapapas. L’intégration des Locoroco se fera via une quête apparemment, mais uniquement pour les possesseurs de PS4, l’éditeur de Locoroco étant Sony, ça semble plutôt logique.

Si ça vous paraît étrange comme partenariat, jetez un petit coup d’oeil à la direction artistique de Sword of Ditto. Le jeu est beau, frais, et promet un gameplay à la Zelda dans un univers humoristique et un style qui rappelle les jeux de The Behemot (Castle Crashers ou Pit People par exemple) voir de la série Adventure Times. En plus de ça, Devolver a annoncé ce 27 mars l’ouverture des pré-commandes sur Steam, ce qui offre le droit à une sympathique réduction de 20%. La sortie de Sword of Ditto reste prévue le 24 avril.

sword of ditto locoroco devolver

 

Londres et sa mise

Sadiq Khan, le maire de Londres a confirmé un plan d’investissement public supplémentaire de 1,2 millions de livres sterling (soit 1 372 440 €) en faveur du jeu vidéo. Le but de ce financement est multiple mais vise surtout la création d’emplois et à maintenir les événements vidéoludiques majeurs ayant lieu dans la capitale britannique. En réalité, à part la cérémonie des BAFTA Games Awards, la plupart des festivals n’ont pas une portée internationale grand public.

Par contre, ce qu’on voit apparaître en toile de fond, c’est plutôt la nécessité pour Londres de ne pas se laisser distancer par ses concurrents continentaux européens, et surtout par la France. La marché du jeu vidéo au Royaume-Uni reste, d’après Games London, le 5ème plus important au monde en ce qui concerne les dépenses des consommateurs. L’Etat britannique, malgré le Brexit, reste en plus de ça dans la course côté création avec d’importants studios comme Team 17 (Worms et The Escapists).

Une problématique que le gouvernement britannique semble aussi avoir compris, à en juger par la promesse d’investir 150 millions de livres sterling (171 615 000€, une belle somme) dans les industries créatives. Si évidemment ces 150 millions seront répartis dans différents domaines et surtout à différents secteurs, les annonces conjointes de Londres et du gouvernement laissent à penser que le Royaume-Uni espère bien compter sur le marché du jeu vidéo.

Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.