Super Mario Odyssey sans game over et Watch Dogs sans feux d’artifice : le récap de l’actu du 6 juillet

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Vous ne lirez pas forcément ce qui concerne le dernier trailer de Fifa 18 ou autre. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Super Mario Odyssey se simplifie la vie et Watch Dogs 2 rate son hommage.

Super Mario Odyssey abandonne son game over

Vous pensiez que la licence Mario ne changerait jamais une équipe qui gagne ? Alors c’était sous estimer l’impact que peut avoir le grand public, aka celui qui n’a pas le temps de se confronter à un jeu et / ou d’y passer un nombre incalculable d’heures. Non, le grand public préférera se faire un avis sur les productions de From Software à base de captures d’écran et de Let’s Play, afin de s’en servir en retour pour pester contre la difficulté d’un Crash Bandicoot N.Sane Trilogy. Difficulté qui ne s’est pourtant pas métamorphosée depuis les originaux. Quoi de plus logique, alors, que de voir Mario se sacrifier de la sorte en remplaçant le traditionnel game over par la perte d’une dizaine de pièces, ainsi qu’un retour au dernier checkpoint plutôt qu’à la case départ ? Et n’y voyez pas une nouvelle forme de difficulté, puisque même à court de pièces vous retournerez au dernier checkpoint franchi. Nintendo Japon justifie ce revirement via Twitter en considérant Super Mario Odyssey comme un épisode mettant davantage l’accent sur l’exploration que sur le challenge. Après tout pourquoi pas, que celle-ci soit virtuelle ou non, j’imagine qu’une petite promenade de santé est la garantie d’en conserver un souvenir agréable.

Watch Dogs 2 fête le Jour de l’Indépendance, et c’est raté.

Le mois dernier marquait l’arrivée d’une nouvelle mise à jour (1.16) pour Watch Dogs 2, apportant un certain lot de nouveautés. Pour la plus importante, le jeu accueille désormais un maximum de 4 joueurs dans une partie (contre 2 par le passé), où la quasi totalité des activités solo sont accessibles en multijoueur. Par contre, ce que l’on savait déjà moins est que cette mise à jour avait initialement programmé un spectacle de feux d’artifice du 29 juin au 10 juillet, et ce à chaque tombée de la nuit. Un détail qui, sur le papier, renvoyait au Jour de l’Indépendance (fête nationale pour les Etats-Unis, le 4 juillet), mais qui dans les faits a dérangé la plupart des joueurs qui parcouraient encore l’aventure. Et ils étaient nombreux. Ainsi, toutes les missions menées de nuit étaient entachées par un brouhaha incessant, perturbant la compréhension de toute forme de narration. Dans un premier temps, Ubisoft s’en est défendu en mettant l’accent sur le « réalisme » de l’événement, rappelant qu’il s’agissait d’un spectacle bruyant que l’on pouvait observer et entendre sur une grande distance (sans blague). Seulement, l’éditeur ne se doutait pas encore que cette feature présentait bel et bien un bug. Celui-ci propageait les effets sonores de ce spectacle sur l’intégralité de la map. Etant incapable de fournir une correction dans l’immédiat, Ubisoft a été contraint de retirer l’événement du jeu… Dommage. Peut-être que l’année prochaine sera la bonne, mais pas sûr que le jeu en vaut la chandelle (l’événement, pas Watch Dogs 2… ou alors l’inverse ? Je ne sais plus).

Ailleurs dans l’actu

  • Aujourd’hui, Horizon Zero Dawn se met à jour et apporte un new game + ainsi qu’un nouveau mode de difficulté. Voilà pour l’essentiel, sinon deux nouveaux trophées ont été ajoutés, qui accompagnent également pléthore de correctifs à retrouver ici-même.
  • The Tomorrow Children ferme ses serveurs au Japon. Initialement payante puis faussement free-to-play, sans compter un concept de jeu hasardeux, l’aventure n’a pas convaincu sur le territoire nippon. Aucune information concernant l’Occident, mais si vous ne vous y êtes jamais essayés, quelque chose me dit que ce n’est peut-être plus le moment.
Yohan Belhadj
Yohan Belhadj

Sensible à l'image et aux divers procédés de narration. Je suis peut-être plus vidéo que jeu, mais je ne boude pas pour autant mon plaisir à tenir une manette dans les mains.