Yu Suzuki s’explique rapidement et Brink en free to play : le récap de l’actu du 23 août

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Vous ne lirez pas forcément ce qui concerne le dernier trailer de Fifa 18 ou autre. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : On revient sur le drama Shenmue III et un jeu oublié réapparait en free to play.

Yu Suzuki cherche à rassurer les fans de Shenmue

Souvenez vous, hier nous avons tous pu admirer le nouveau trailer de Shenmue III. La pile de sel que s’est pris le jeu (et par extension son créateur) est capable de boucher les artères de la moitié de la population mondiale, au moins. La faute à un jeu techniquement en retard, mais surtout aux expressions faciales des personnages de Shenmue totalement absentes donnant au tout un résultat risible au possible.

Le créateur du jeu, Yu Suzuki s’est exprimé sur la question lors d’une interview au site japonais Game Watch Impress (je vous met un lien vers Kotaku parce que ça m’étonnerait qu’une majorité d’entre vous lise le japonais). Lorsque le journaliste lui demande si les expressions faciales vont rester comme ça, l’intéressé répond que non, le trailer montre des bouts de jeu collés les uns aux autres, des bouts dont les data ne sont pas complètes. Il ajoute que les expressions n’ont pas été mises car elles ne sont pas terminées. Ne vous inquiétez donc pas (tout de suite) il y a encore de l’espoir. Cependant je comprends parfaitement la déception des fans de Shenmue et surtout des bakers.

Sous le soleil des Tropiques

Annoncé à l’E3 dernier, Tropico 6 a profité de son passage à la Gamescom pour se montrer un peu plus (ou pas en fait puisque la bande-annonce reprend des images de celle du salon de Los Angeles). Développé cette fois par Limbic Entertainment, les gars de Haemimont Games étant au travail sur Surviving Mars chez Paradox, Tropico 6 se veut toujours être un jeu exigeant comme ses prédécesseurs. Pour ce 6e opus, notre dictateur ne gouvernera pas une simple île, mais bien toute un archipel. Il faudra donc relier les îles entre elles par des ponts ou des tunnels. Autres nouveautés, le palais présidentiel sera personnalisable, pour mieux correspondre à l’image totalitaire du joueur. Il sera également possible de prononcer des discours depuis la terrasse présidentielle et de voler  les monuments historiques (comme la statue de la Liberté, en allant la voler avec des hélicos) de ses voisins afin de faire monter le tourisme dans sa république bananière. Le jeu de Limbic semble prendre le même chemin que ses aînés en gardant une relative exigence et l’humour si cher à la série. Le jeu sortira l’année prochaine sur PS4, PC et Xbox One.

Brochette de chevaliers

On reste à Cologne avec Mount and Blade II présent sur le salon. Non, désolé, toujours pas de date de sortie. Les développeurs s’interdisent de communiquer dessus tant que rien n’est absolument sûr. Pas la peine d’insister, gardez votre mal en patience ! (hein Tristan ?)

Non, si on parle de Mount and Blade II : Bannerlord ici c’est parce que TaleWorlds Entertainment  a dévoilé une longue vidéo de gameplay d’un mode multijoueur appelé Captain Mode. Comme son nom l’indique, vous prenez le commandement d’une unité composée de plusieurs soldats contrôles par l’IA (archers, cavaliers, lanciers ou autres) et partez à la guerre dans des affrontements en 5 V 5. Il faudra établir des stratégies avec ses coéquipiers pour triompher de l’adversaire et donner les bons ordres à ses troupes pour éviter qu’elles se fassent décimer par une charge de cavaliers belliqueux. Ça a l’air assez sympa mais le gameplay semble encore très lourd (oui réaliste je sais), ce qui pourrait me rebuter.

Brink back our Parkour

Le FPS de Splash Damage et Bethesda est devenu, à la surprise générale, free to play hier sur Steam. Plus besoin de payer désormais pour jouer à ce jeu de tir orienté multi comprenant des composantes de Parkour. Rappelons que le jeu, sorti en 2011, avait fait un sacré four, les joueurs ayant été déçus du résultat final après avoir été autant hypés par les différents trailers. Une occasion donc, pour les personnes qui voulaient voir ce qu’il donnait mais qui ne voulaient pas donner un centime à un titre boudé par les critiques et le public, d’approcher le jeu. Je fais partie de ces joueurs, j’ai donc téléchargé Brink et je l’ai lancé. Je vais attendre de jouer avec des amis mais pour le moment, le résultat est vraiment très Meh (voire pire). Je ne vois pas où est le Parkour en fait.

Benjamin
Benjamin "Noodles"

Faire des jeux de mots c’est mon dada. J'aime bien tous les jeux aussi. Sauf les mauvais ou ceux qui nous prennent pour des glands.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.