Roblox accusé de mettre en danger ses utilisateurs mineurs

Trois mois après un premier reportage sur l’exploitation des jeunes développeurs de jeux vidéo par la plateforme Roblox et après avoir été contactée par de nombreuses personnes se sentant concernées par le sujet, mais également par Roblox qui a tenté de leur faire supprimer la vidéo, la chaîne YouTube People Make Games revient avec une seconde vidéo (ci-dessous) sur le sujet.

Roblox est une plateforme de jeux vidéo en ligne qui vise un public très jeune, en proposant à la fois des millions de jeux et la possibilité d’en créer grâce à des outils mis à disposition via la plateforme et de gagner de l’argent ce faisant. Le nombre d’utilisateurs actifs se compte en millions et environ la moitié est âgée de douze ans et moins (pour en savoir plus sur le sujet, cet article du Monde présente le sujet et touche déjà du doigt de nombreux problèmes soulevés par la vidéo). Sur le papier, l’entreprise propose un environnement adapté aux jeunes et leur permet de profiter d’une offre vidéoludique élaborée par et pour eux. Dans la réalité cependant, les choses sont bien moins reluisantes.

Les vidéos de People Make Games soulignent de très nombreux problèmes avec le modèle de Roblox, notamment l’exploitation du travail de jeunes développeurs, l’absence de modération et de responsabilité de Roblox, et un système de transactions internes fonctionnant comme un système boursier favorisant l’existence d’un marché noir propice aux abus en tout genre, sur lequel l’entreprise fermerait volontairement les yeux.

En effet, des équipes entières se forment désormais pour travailler sur des jeux pour la plateforme, et ces équipes sont souvent composées (et parfois dirigées par) de mineurs et ne sont régies par aucun contrat ni droit du travail. La structure de Roblox permet en outre à une personne de prendre unilatéralement le contrôle d’un jeu et des revenus qu’il génère. Comme ces équipes se forment en dehors de Roblox, généralement sur les réseaux sociaux, Roblox refuse d’intervenir, ce qui ne l’empêche pas de profiter des jeux développés et des revenus générés sans offrir de protection ou même de formation aux personnes impliquées.

La présence d’objets à collectionner exclusifs, dont certains sont créés en collaboration avec des célébrités ou des marques est un autre point de contention soulevé par le reportage. La valeur initiale de ces objets est gonflée au gré des échanges entre utilisateurs en raison de leur rareté. Ces objets vendus initialement, pour la plupart, de 5 à 10$ peuvent atteindre des prix chiffrant à plusieurs milliers de dollars. Les fluctuations de valeurs sont présentées comme à la bourse avec des graphiques, et tout cela à destination d’un public majoritairement mineur et sans avertissement sur la valeur réelle des transactions et la possibilité de perdre de l’argent. Roblox prélève une commission de 30 % du montant de chaque transaction entre les joueurs et a donc tout intérêt à encourager, ou en tout cas ne pas stopper, l’inflation des prix. Il n’y a d’ailleurs aucune limite par défaut au montant maximum que les joueurs peuvent dépenser. Si la monnaie utilisée pour ces échanges est une monnaie virtuelle, elle est échangeable contre de l’argent réel, dont le fonctionnement est relativement proche des cryptomonnaies dans le sens où sa valeur réelle est elle-même variable.

Avatars dans Roblox

Ce fonctionnement conduit à l’existence de marchés noirs, souvent mieux référencés que la plateforme elle-même, sur lesquels, selon People Make Games, Roblox ferme les yeux, car elle est nécessaire au bon fonctionnement de l’écosystème. Mais ces marchés ne sont pas régulés, évidemment, et sont propices aux abus surtout envers des utilisateurs mineurs.

Le dernier point majeur soulevé par la vidéo est l’absence quasi totale de modération, malgré le discours officiel de Roblox. La fermeture du forum officiel et l’utilisation massive des réseaux sociaux permettent à Roblox de se dédouaner et un utilisateur témoigne notamment de la difficulté de signaler des abus, cette action étant considérée comme du harcèlement par la plateforme. D’autres rapportent des comportements déplacés et des interactions relevant de la pédophilie de la part de membres majeurs.

Roblox n’a pas souhaité répondre en détail aux questions de la chaîne, préférant faire une réponse générale réaffirmant leur volonté de modérer et endiguer les abus somme toute assez peu convaincante.

Pour comprendre l’ampleur du problème, il faut se rappeler que Roblox compte des millions d’utilisateurs actifs chaque mois, dont un grand nombre de mineurs, est coté en bourse comme nous l’expliquait Benjamin en mars dernier et conserve volontairement un voile opaque sur son fonctionnement. La vidéo offre une conclusion avec laquelle je ne peux être qu’en accord : comment les parents peuvent-ils espérer protéger leurs enfants de choses dont même les journalistes ont du mal à appréhender tous les rouages ?

BatVador

Traductrice ascendante topiaire qui aime les city builders, les dystopies et les jeux avec des gens déprimés dedans.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé