Non, il n’y aura pas de nouveau contenu pour Star Wars: Squadrons

Dans une interview donnée à UploadVR, Ian Frazier, le Creative Director de Star Wars: Squadrons, a confirmé et maintenu la position autour du jeu : il n’y aura PAS de nouveau contenu quel qu’il soit. Le jeu est sorti et est définitif, il ne bougera pas d’un pouce, hormis les mises à jour pour corriger certains soucis.

Les débuts de Star Wars Battlefront 2 ont fait jurisprudence chez EA. Suite à l’énorme levée de boucliers des joueurs contre les microtransactions parfaitement honteuses présentes au lancement du jeu, l’éditeur a décidé de revoir sa copie pour ses futurs titres. Plus de contenu payant ridicule qui entraine un pay to win et davantage de jeux misant sur des expériences définitives en solo (Fallen Order) comme en multi (Squadrons). Star Wars: Squadrons coûte donc 40€ et est bien définitif sur sa forme comme sur son fond. On nous l’avait dit pendant la communication autour du jeu, et on nous le redit encore maintenant.

Sauf qu’entre-temps, le jeu est sorti. Donc les joueurs ont pu l’essayer entièrement, moi y compris. Et il faut avouer que, même pour 40€, ce jeu qui se veut principalement comme une expérience multijoueur possède un contenu qu’il est aisé de qualifier de « maigre, très maigre ». Et donc l’annonce définitive qu’aucun contenu supplémentaire ne sera ajouté a de quoi faire grincer les dents. Alors oui, je vous entends déjà crier derrière votre écran. « Mais enfin ! Les joueurs gueulent sur les microtransactions, mais quand on les enlève ils gueulent aussi faudrait savoir !! ».

Oui, mais non. Il faut bien faire la différence entre les microtransactions qui, comme dit plus haut, transforment le jeu en une espèce de pay to win, et les DLC et/ou mises à jour gratuites apportant du contenu (maps, modes de jeu, vaisseaux, etc). Le premier cas est immonde, et le deuxième peut s’avérer intéressant dans une stratégie de suivi à long terme de son jeu (les fameux games as a service). Ici, la décision fut tout simplement de limiter tout cela et de simplement dire, selon Ian Frazier : « Nous ne voulons pas dire « C’est bientôt fini ! » et continuer de dribbler avec ça dans le temps, ce qui, soyons honnêtes, est la façon dont fonctionnent la majorité des jeux de nos jours. Donc nous avons essayé de traiter le jeu d’une façon un peu old school en disant « Vous avez payé les 40€, voici le jeu et tout le contenu est déjà dedans. Nous n’avons pas prévu d’ajouter plus de contenu, c’est le jeu et nous espérons que vous comprenez la valeur de cette proposition. » »

D’un côté, c’est louable. Les lignes sont clairement établies, les choses sont dites de façon directe, on savait à quoi s’attendre. Mais de l’autre, le contenu vraiment pas folichon du jeu nous amène à nous poser des questions. Deux modes de jeu multijoueur, six maps et quatre vaisseaux par camp. C’est tout. Et encore, je dis six maps, mais celle de Yavin Prime à mes yeux ne compte même pas puisqu’il s’agit du ciel de Yavin, avec… rien. Une simple arène sans décor, sans cachettes, sans level design en fait.

Pour certains joueurs, le contenu leur conviendra très bien. Peu de cartes et de modes veut aussi dire plus de facilités à travailler les maps et son pilotage sur celles-ci. Mais beaucoup espéraient tout de même un peu plus (moi, par exemple, j’aurais aimé des maps et des vaisseaux tirés de la prélogie !!).

Enfin voilà, les intentions sont louables, je suis d’accord, mais je ne pense personnellement pas qu’on ait permis à Motive de délivrer plus. Je ne peux donc m’empêcher de voir cela un peu comme une « punition » auprès des joueurs. Je m’imagine EA dire « Eh ben alors les loulous ? On les veut maintenant nos microtransactions hein ?! ». On verra ce que cela donne pour les futurs jeux.

Ah et pour finir, Ian Frazier en a profité pour confirmer qu’aucune prise en charge de l’Oculus Quest n’était envisagée pour Star Wars: Squadrons.

Benjamin
Benjamin "Noodles"

Faire des jeux de mots c’est mon dada. J'aime bien tous les jeux aussi. Sauf les mauvais ou ceux qui nous prennent pour des glands.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé