Swery, Plagiat et Terrorisme : les miettes de l’actu de la semaine du 10 novembre 2019

Bienvenue dans les miettes de l’actu. Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Aujourd’hui : Swery donne des nouvelles de ses trop nombreux projets, une application pique des assets de GRIS sans vergogne, et la Nouvelle-Zélande s’arme contre le terrorisme.

Swery donne des nouvelles, on a un peu de mal à suivre.

the good life swery

Swery, l’auteur du légendaire Deadly Premonition a surtout fait parler de lui ces dernières années en mitraillant des nouveaux projets à qui mieux mieux sans qu’aucun ne voie vraiment le jour pour le moment : Hotel Barcelona, Deadly Premonition 2, The Good Life, autant d’annonces en fanfare qui semblent ne jamais aboutir sous la forme d’un jeu qu’on peut vraiment acheter pour de vrai avec du vrai argent.

Bonne nouvelle cependant, Swery a accordé il y a un peu une longue interview pour faire le point sur tout cela. Un entretien qui cumule les points qui laissent perplexe (le studio White Owls aurait ainsi deux autres projets encore non-annoncés, ce qui commence à faire beaucoup), et d’autres qui se veulent plus rassurants. On apprend ainsi que l’entreprise de Swery est une de celles qui s’engagent activement contre le phénomène du crunch et des heures supplémentaires infinies, ou encore que The Good Life avance bien et n’est en tout cas pas abandonné. Les dernières nouvelles du jeu remontant à plus de six mois, on était un peu inquiets.

Comme c’est systématiquement le cas avec les hautes personnalités du jeu vidéo nippon, l’échange est corseté par les impératifs de production et de non-divulgation planifiée des mois à l’avance de la moindre petite information, mais cela reste une parole rare et encourageante.

Une app de développement personnel développe surtout son absence de scrupules à piquer des trucs

Fabulous est une application qui vous dit quoi faire à quelle heure chaque foutu jour de la semaine pour prendre de bonnes habitudes de vie, ce qui est en soi un puits d’angoisse, mais chacun son truc. Il y a quelques jours, Devolver a pu constater cependant que les responsables de l’appli ont surtout trouvé une manière très efficace d’économiser leur énergie de manière créative, en piquant de manière assez minable des séquences entières de GRIS un jeu d’un petit studio espagnol que nous avions par ailleurs adoré.

Pris la main dans le pot d’assets, les responsables de l’application ont fait ce qui se pratique habituellement en la matière : pleurnicher, et dire que c’est sans doute la faute du stagiaire, en tout cas on est nous-mêmes choqués et déçus et ouin ouin. Ceci dit, l’affaire devrait en rester là, puisque Devolver, éditeur du jeu, s’est contenté de cette explication et de faire les gros yeux en demandant à ce que cela ne se reproduise pas.

La Nouvelle-Zélande ne veut pas de jeux néo-nazis (ils sont hélas un peu seuls)

New zealand MP
Ne souhaitant pas mettre d’image du jeu en question, nous avons préféré celle de cette députée néo-zélandaise qui a répondu « ok boomer » à des relous en train de l’interrompre

Alors que sur le store français de Steam, on trouve (en fouillant bien, mais pas spécialement longtemps) des tonnes de jeux faisant l’apologie du suprémacisme blanc, du racisme et de la violence envers les femmes et les minorités LGBT+, et que la classe politique française préfère répondre à l’humiliation d’une mère de famille en visite de classe par diverses lois liberticides, le tout peu après un attentat contre une mosquée, la Nouvelle-Zélande adopte une attitude légèrement différente.

Récemment frappée par le pire attentat d’extrême-droite de son histoire, la Nouvelle-Zélande est un des quelques pays à avoir pris des mesures concrètes pour tenter de bloquer la propagation des discours de haine sur son territoire. Ainsi, le jeu The Shitposter, un FPS truffé de memes et de symboles néo-nazis utilisant le prétexte de « l’humour » pour faire incarner le tueur de Christchurch, a été déclaré faisant l’apologie du terroriste par les autorités de régulation locale, et ne peut donc plus être acheté par les Néo-Zélandais qui ont de toute façon bien d’autres chats à fouetter.

Les autorités Néo-Zélandaises signalent que si un certain laisser faire avait été jusque-là observé en la matière afin de ne pas donner de publicité inutile à ces titres souvent ultra confidentiels et ne générant quasiment aucune vente, la situation a légèrement changé depuis les attentats, où une certaine vigilance doit être observée afin de protéger les survivants et les familles des victimes de ces attentats.

Les autres trucs

 

Les jeux notables du 11 au 17 novembre, mais pensez quand même à vos cadeaux de Noël.

Une semaine de sorties particulièrement molle pour quiconque n’est pas fan de Star Wars ou de Pokémon. Mais beaucoup de gens me semblent être amateurs de l’une ou l’autre de ces licences. Écoutez, portez-vous bien ?

Some distant memory steam
Some Distant Memory

La semaine prochaine vous pourrez attraper tous ces jeux :

zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.