Les bonnes nouvelles de la semaine : du contenu additionnel, des annonces en vrac et de la guimauve

Encore une semaine morose et pluvieuse, encore des mauvaises nouvelles en pagaille, encore un gouvernement qui ne lâche pas l’affaire et qui gâche Noël tout en accusant les grévistes et syndicats de le faire. Mais, et pour la dernière fois cette année, c’est tout de même l’heure des bonnes nouvelles. Des bisous.

Encore de chouettes mises à jour

Je dois être dans les petits papiers des studios en ce moment, puisque cette semaine, deux de mes jeux de cœur se sont vus enrichis de nouveau contenu gratuit, en l’état d’Overcooked 2 (Quoi, qui force ? Personne ne force ici) et Cadence of Hyrule, qui figure toujours dans mes GOTY.

Le premier s’offre un nouveau DLC saisonnier – spécial Noël donc, vous aviez remarqué que c’était bientôt Noël ? – ajoutant comme à l’accoutumée quelques niveaux, recettes et environnements. La particularité de celui-ci, cependant, est de proposer des mécaniques jusque-là réservées aux DLC payants, comme le très chouette mode Hordes de Night of the Hangry Horde ou les insupportables sacs à dos de Campfire Cook Off. Nul doute que cet ajout a pour intention de donner envie à celles et ceux qui ne seraient pas encore passé.es à la caisse, mais il permet néanmoins de faire profiter tout le monde de ces nouveaux pans de gameplay de bien agréable manière.

Le second se dote carrément d’un nouveau scénario, mettant en scène Octavio – l’antagoniste de Cadence of Hyrule – armé de son luth doré, qui n’est pas sans rappeler l’arme de Melody dans Crypt of the NecroDancer. Nommé Ode à Octavio, cette nouvelle aventure est disponible en relançant une nouvelle partie, à condition d’avoir au préalable terminé l’histoire principale, et fait office de préquel aux événements de Cadence of Hyrule. Cette mise à jour ajoute également un mode Donjon, plus difficile que le jeu de base et similaire à la structure de NecroDancer. Pas de nouvelles musiques à l’horizon malheureusement, mais n’allons pas cracher dans la soupe : le principal défaut du titre de Brace Yourself était son manque de contenu et sa faible durée de vie, et cette mise à jour semble en avoir tenu compte.

2019 c’est fini, mais 2020 s’annonce plutôt sympa

Même en cette période un poil creuse côté annonces et actus vidéoludiques, les affaires ne s’arrêtent jamais complétement et le calendrier de l’année à venir se dévoile doucement.

Nous avons ainsi Falcom, développeur de la vénérable série The Legend of Heroes – et dont le troisième épisode de l’arc Trails of Cold Steel est sorti en octobre dernier – qui nous annonce le prochain opus de la franchise Trails, pour l’été 2020 au Japon sur PS4 – donc dans mille ans pour nous, mais on attend encore Trails of Cold Steel 4 de toute façon. Nommé Hajimari no Kiseki – Le Commencement – l’épisode est présenté comme ambitieux par Toshihiro Kondô – le président de Falcom – et devrait être un tournant et début de conclusion pour la série. La particularité de cet épisode sera l’apparition du système Cross Story, qui permettra de suivre les arcs de trois personnages en parallèle et ainsi progresser dans le scénario selon différentes perspectives. Enfin, début de conclusion oblige, le but est également de rassembler un maximum de personnages de la saga Trails, celui-ci se plaçant comme dixième épisode, 15 ans après le premier Trails in the Sky (que je suis actuellement en train de faire grâce à l’ami Zali Falcam et c’est bien sympa).

De son côté, Felipe Falangh – dit HaversteR – créateur de Kerbal Space Program et ayant depuis démissionné de Squad en 2016, nous parle de Balsa Model Flight Simulator, jeu de simulation de modèles réduits et prévu pour l’été 2020. Comme dans son précédent jeu, le développeur – maintenant édité par The Irregular Corporation – promet de la simulation atypique, exigeante et basée sur la physique, sans oublier la partie conception et personnalisation des engins. En plus d’un mode bac à sable, le titre proposera également un mode carrière, un mode combat dans lequel les avions miniatures seront armés de fusils de paintball, ainsi qu’un multijoueur allant jusqu’à 16 personnes.

Plus modeste, mais tout aussi plaisant, le studio espagnol The Game Kitchen a promis la sortie de plusieurs DLC pour Blasphemous tout au long de 2020, le premier à sortir étant gratuit et planifié pour le début d’année prochaine. Celui-ci devrait améliorer les séquences de plateformes – qui pouvaient s’avérer assez rageantes, j’admets être mort aussi souvent en me gaufrant dans des pics qu’en combattant – quelques corrections de localisation, ainsi que plusieurs correctifs côté niveaux, boss et scénario. L’annonce s’accompagne également d’une démo sur Switch et sans vouloir vous pousser à la consommation, je recommande au moins de l’essayer ; sans révolutionner quoi que ce soit, Blasphemous était une bonne surprise de 2019, avec ses combats dynamiques et son pixel-art à tomber par terre.

Enfin, plus une rumeur qu’une annonce, mais je le fais pour Un Rieur : un compte suivant de près les marques déposées au Japon a repéré un certain Dino Crisis (ainsi que Darkstalkers), par Capcom. Bien trop tôt pour s’enthousiasmer, mais avec la tendance actuelle de Capcom à sortir du bon remake de derrière les fagots, l’espoir est permis.

Supplément douceur

Nous finirons ces dernières bonnes nouvelles de l’année par des trucs mignons, c’est bien les trucs mignons non ?

Kotaku nous explique que le jeu Kind Words, dont le principe consiste à envoyer aux autres joueurs et joueuses des petits mots contenant nos peurs, inquiétudes ou tracas, lesquel.les y répondent, par un message gentil, un encouragement, voire des conseils ; Kind Words donc, résiste avec succès aux trolls en tous genres. Ziba Scott, concepteur du jeu, explique ce phénomène par l’absence d’intérêt à troller le jeu, envoyer des messages méchants, ironiques ou moqueurs n’engageant aucune réponse et ne montrant aucun résultat. Don’t feed the trolls, peut-on lire sur les forums ou entendre chanter Jonathan Coulton, et c’est exactement ce qu’il se passe, malgré le succès grandissant du titre. « Sur un demi-million de messages envoyés, nous n’avons dû en modérer que 3%, et la grande majorité était plus hors-sujet que du troll ». Souhaitons que Kind Words continue à rester ce havre de paix.

Ni No Kuni, après deux épisodes sortis en 2010 et 2018 et voyant collaborer les studios Level-5 et Ghibli, va désormais sortir en film d’animation, disponible le 16 janvier sur Netflix France. Celui-ci sera réalisé par Yoshiyuki Momose, animateur de longue date chez Ghibli – entre autres sur les films Si tu tends l’oreille, Le voyage de Chihiro ou Porco Rosso – et déjà à l’œuvre sur les deux jeux de la licence, comme directeur de l’animation pour le premier et chara-designer sur le second. Si les jeux (surtout le premier) avaient un intérêt plutôt relatif – bien que pas désagréables à parcourir – ils bénéficiaient d’une animation et ambiance assez sympathiques. Le film étant déconnecté des scénarios des deux jeux, il devrait être accessible à tout le monde.

Bonus

C’EST. LES. VACANCES !

Shift
Shift

Camélidé croisé touche de clavier et militant pro-MS Paint. J'aime les jeux indés à gros pixels, les platformers sadiques et les énigmes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.