L’indé matin : Nuclear Blaze

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Cette semaine, armez votre lance à eau avec Nuclear Blaze.

Après vingt ans dans l’industrie et le succès Dead Cells, Sébastien Bénard a quitté Motion Twin pour s’en retourner à un mode de travail solo au sein de son studio, Deepnight Games. Son premier jeu, Nuclear Blaze, sort aujourd’hui, des flammes dans les yeux (et pas que), brûlant d’excitation.

À l’origine créé à l’occasion d’une game jam du Ludum Dare, Nuclear Blaze nous glisse dans la combinaison d’un pompier déposé en pleine fournaise que l’intervention va conduire au cœur d’une base militaire secrète située à proximité. Le concept du titre s’est ainsi étoffé au fil du développement, que son créateur voulait au départ mener afin d’arriver à un jeu accessible pour un jeune enfant. Du spectacle est donc au programme, avec hélicoptères, camions et explosions pour qui en voudra. Il faudra se frayer un chemin au milieu du fourneau, entre éboulements et autres dangers électriques, lance à eau à la réserve limitée en main.

Si le résultat est plus complexe à appréhender qu’il ne l’était pensé au départ, Bénard nous informe avoir pris modèle sur le système d’assistance à la carte de Celeste au cas où le besoin s’en ferait sentir. À cela s’ajoute également un mode pensé pour être joué par les enfants, avec ce que cela implique de modifications pour jouer les soldats du feu sans contraintes (invulnérabilité, eau à volonté, prise en main facilitée…). Nuclear Blaze parait en tout cas brûler d’une chouette énergie intérieure, servie par des effets visuels chiadés, que l’on espère néanmoins adaptés à la lisibilité de l’action. On est curieux de voir comment les situations et le level design évolueront sous le talent d’un des « créateurs de Dead Cells » – sacré gage -, mais ça s’annonce bien. Et pour les curieux.ses, la version originale issue de la game jam est jouable sur la page itch.io (lien juste en dessous) du jeu.

Nuclear Blaze est disponible sur itch.io et Steam ce 18 octobre.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties de League of Enthusiastic Losers (13/10, PC), où deux amis moscovites cherchent des trésors pour payer leur loyer, Into the Loop (14/10, ¨PC), platformer qui se base sur la prise d’élan, Growing Up (14/10, PC), simulation de vie qui voit notre personnage grandir de l’enfance à l’âge adulte, Grim Earth (15/10, PC), jeu d’aventure vu de côté aux graphismes dessinés main, ou encore CLT (16/10, PC), titre expérimental venu du Portugal qui déploie un jeu de tarot gravitant autour de la sexualité féminine – tout en restant non-explicite, car nous sommes des gens sérieux.

Cette semaine voit un nombre de sorties indé excessif, à l’image de ce mois d’octobre bourré ras-la-caisse, et autant de productions qui passeront inaperçues. De cette vague qui se prépare, on retient l’arrivée de Grapple Hoops (18/10, PC), FPS qui troque le pistolet pour un combo grappin/ballon de basket, Taxi Chaos (19/10, PC), fac-similé de Crazy Taxi et d’une formule qui a 20 ans, War Mongrels (19/10, PC), jeu tactique en isométrique situé pendant la Seconde Guerre mondiale donc gris et ocre, BATS : Bloodsucker Anti-Terror Squad (20/10, PC), de l’arcade aux commandes d’une équipe de monstres, Knights of the Tiny Table (19/10, PC), qui aligne dés, stratégie et petits sprites de chevaliers trop mignons, Rise of Humanity (21/10, PC), sérieux on va commencer à proposer nos conseils pour donner des titres un peu originaux à vos tacticals entrant en early, Cards of the Dead (21/10, PC), qui retourne le jeu de zombies façon… deck-building bravo, vous avez deviné, en même temps c’était pas très compliqué, et de Dot’s Home (22/10, PC), jeu narratif gratuit où l’on suit une jeune femme afro-américaine dans l’exploration des moments marquants de l’histoire de sa famille.

Si vous êtes insatiable et cherchez quels autres titres un peu plus en vue sortant cette semaine, direction les miettes de l’actu de Zali.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé