L’indé matin : Kainga

C’est un nouveau lundi miteux qui se dessine, et pour ne pas céder à la morosité du début de semaine, l’indé matin met en lumière un jeu indépendant, tout juste ou bientôt sorti, qui nous a tapé dans l’œil. De quoi repartir du bon pied, avec curiosité en bandoulière et foi en l’humanité. Au programme de ce matin, tradition, modernité, vous connaissez la suite, avec Kainga : Seeds of Civilization.

Si le Japon est souvent au centre de cette formule dont on aime se moquer, c’est depuis la Thaïlande qu’Erik Rempen développe en solo Kainga. Un travail de trois ans en amont d’une campagne de financement participatif lancée l’an dernier lui a permis de s’adjoindre la confiance de près de 1 000 personnes et, un an plus tard, ce titre qui insuffle du roguelite dans un city builder s’apprête à se lancer en accès anticipé, avec le soutien de Green Man Gaming Publishing à l’édition.

Dans Kainga, et comme l’indique judicieusement son sous-titre , il va falloir développer sa civilisation, toute entière construite autour de la figure du Thinker. Répondant aux caractéristiques de l’Ancien (et Ancienne aussi, on l’espère), dos vouté, silhouette encapuchonnée qui communique avec les forces abstraites, ce personnage se trouve auprès du feu de camp du village, premier élément à créer. C’est de lui que viendront les différentes améliorations technologiques qui pourront déterminer l’évolution de notre société primaire. Nombre d’événements inattendus pourront bouleverser ce cours a priori tranquille, des intempéries aux attaques d’autres peuples, en passant par l’apparition d’animaux gigantesques, dont il faudra protéger le Thinker du mieux possible.

Le roguelite entre en jeu à l’heure de la fin d’une de vos civilisations. Au moment de créer la nouvelle, les innovations débloquées lors des parties précédentes sont gardées en mémoire, ajoutant ainsi un peu de liant à une expérience qui peut paraitre sinon assez décousue. Trois biomes, trois Thinkers et une centaine d’objets technologiques seront disponibles à l’ouverture de cet accès anticipé, avec bien évidemment l’ambition d’en multiplier le nombre d’ici sa fin, prévue à l’automne 2022. L’équilibrage général de l’expérience sera à surveiller mais de notre point de vue de béotien, Kaigan a déjà pour lui une chouette direction artistique et des idées amusantes, comme la possibilité d’élever des animaux de toutes sortes, comme un escargot géant. Ce n’est pas avec ce jeu qu’on sortira de la course au progrès et de la théorie des grands hommes, mais eh, s’il est bien fichu ce sera déjà pas mal.

Kainga : Seeds of Civilization sera disponible sur PC en accès anticipé le 11 novembre.

Bonus. Et comme c’est dur de faire un choix excluant, on vous signale également les sorties de Time Loader (03/11, PC), où un petit robot à roues motrices voyage dans le temps, Arkos (03/11, PC), du doom-like à gros pixels, Void Eclipse (04/11, PC), qui convertit la grande stratégie spatiale au deck building, ou encore de Tourney (04/11, PC), si vous rêvez de créer votre propre tournoi médiéval.

La semaine qui vient sera encore, en-dehors des grosses légumes, calme côté indé, avec Clunky Hero (09/11, PC), metroidvania pas jojo mais qui permet d’incarner un personnage avec un seau sur la tête alors ça va, et d’Among Trees (10/11, PC), de la survie en monde hostile teinté de bleu qui sort d’accès anticipé et débarque sur Steam par la même occasion.

Le reste des sorties est à voir du côté des miettes de Zali.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé