Immortal Unchained et Atlus en Europe : le récap de l’actu du 24 août

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Vous ne lirez pas forcément ce qui concerne le dernier trailer de Fifa 18 ou autre. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : Atlus en Europe et un Souls-like qui botte en touche.

Le Souls-like oublié avant l’heure

En cette journée très spéciale de non-information vidéoludique, j’en profite pour faire un petit retour en arrière de quelques jours pour parler d’un « hardcore action RPG » qui, aussitôt annoncé, est aussitôt passé à la trappe. À juste titre ou non, vous me direz, la moindre des choses est au moins d’en prendre connaissance. L’heureux élu est donc Immortal Unchained. Immortal Unchained est un jeu qui puise dans le synopsis de Furi : héros amnésique, libéré de ses chaînes par un gardien, pressé par le temps et qui doit user de la force pour découvrir LA vérité véritable (parce qu’il y aura tout plein de mensonges dedans). Immortal Unchained c’est un héros qui, de dos, ressemble à Kratos. Immortal Unchained c’est un univers de Dark Sci-Fi *ajoutez le genre que vous voulez*, écrit par Anne Toole (The Witcher, Horizon Zero Dawn) et Adrian Vershinin (Battlefield 1, Killzone : Shadow Fall). Et le plus important pour la fin, Immortal Unchained est ce qu’il se produit lorsque Dark Souls percute de plein fouet le TPS, avec ce qu’il faut de danse et d’arme à feu. Et là, vous ne vous sentez pas forcément plus avancés concernant le projet… et bien moi non plus, à vrai dire. Le jeu est développé par Toadman Interactive, prévu sur PC, PS4, One et attendu pour le second trimestre 2018.

Atlus à la conquête de l’Europe

Après le succès de Persona 5, il semblerait que l’éditeur Atlus se soit laissé pousser des ailes. Du moins, peut-être que l’éditeur a enfin pris conscience de l’importance d’une distribution totale et simultanée de ses productions en Occident. L’information a été relayée par GameIndustry, révélant ainsi l’implantation d’une filiale d’Atlus à Londres, et plus précisément dans les locaux de SEGA. L’objectif ? Assurer une distribution égalitaire comme je vous le disais, mais également être en mesure de proposer les mêmes éditions que nos voisins les américains. Soit, pourquoi pas, c’est toujours ça de pris… Cependant, aucune information concernant le plus essentiel, en fait : est-ce qu’une telle marge de manœuvre aura un impact sur la localisation des productions de l’éditeur (bien trop souvent limitées à une traduction anglaise) ? Faut-il également rappeler que bon nombre de leurs jeux ne bénéficient toujours pas d’une sortie européenne. Bon, en 2017, il serait peut-être temps de considérer l’ensemble de son potentiel public, non ?

Ailleurs dans l’actu

  • Nintendo débarque dans Rocket League : Comme se fut le cas avec le passage de Rocket League chez Xbox (avec ses véhicules Halo et Gears of War), l’arrivée du jeu sur Nintendo Switch devait forcément apporter son lot d’exclusivités maison. Cette fois-ci, les cibles sont nul autre que Mario, Luigi et Samus. Tous trois disposeront d’un bolide à leur effigie.
  • Oxenfree est gratuit le mois prochain sur One, via le programme Games With Gold. Si vous êtes concernés, vous n’avez alors aucune raison de passer à côté de ce petit rafraîchissement.
Yohan Belhadj
Yohan Belhadj

Sensible à l'image et aux divers procédés de narration. Je suis peut-être plus vidéo que jeu, mais je ne boude pas pour autant mon plaisir à tenir une manette dans les mains.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.