Guerrilla Collective 2021 : une seconde partie bien fournie

La première journée du Guerrilla Collective proposait peu ou prou 40 trailers ? La seconde fait aussi bien, et ce toujours sous le signe des jeux indépendants.

On se réjouissait, la semaine dernière, du rythme avec lequel s’était déroulé le premier jour du Guerrilla Collective édition 2021, enchaînant sans trop de blabla les bandes-annonces. Depuis, on a eu l’occasion de comparer avec la concurrence et c’est peu de le dire : c’était une bonne décision. Pour cette nouvelle fournée, on prend les mêmes présentateurs tout en retenue, on prépare tout un tas de nouveaux jeux, on évite une nouvelle fois de trop parler dates (il faut croire que ce serait mal venu), et on est parti.

Comment ça, « on est de mauvaise foi, il y a eu des dates » ? Soyons pointilleux : on a relevé une unique date donnée, attribuée au chanceux Ghostrunner, qui court sans économie de son souffle vers la Switch pour une sortie le 30 juin. De quoi trancher avec classe, quand, pour rester dans le thème du portage, BPM : Bullets Per Minute jouera de la pétoire en rythme sur consoles dans le courant de l’été. Deux titres déjà sortis, et une palanquée de jeux qu’on avait déjà aperçus ici et là, bourreaux de la veille que nous sommes – à deux doigts de la monomanie.

Affirmer ne pas avoir été excité à la vue de ce nouveau trailer de Wolfstride serait mentir. Édité par Raw Fury, souvent dans les bons coups, le premier jeu du studio brésilien OTA IMON se fait de plus en plus en classe, et si on a encore du mal à comprendre ce qu’on y fera, la démo mise en ligne durant l’imminent Steam Next Fest devrait pouvoir nous en dire plus sur ces mechas et leurs pilotes incongrus en noir et blanc. Le stream fut également l’occasion de revoir Death Trash, une « lovecrafterie » qui siéra sans aucun doute à Veltar, notre expert maison en tas de tentacules métaphysiques, et qui parait cultiver une formidable ambiance poisseuse.

Toujours du côté du lugubre, Hunt The Night penche pour une expérience plus nerveuse, tout droit inspirée de Bloodborne, avec ses boss massifs et sa lune rose. On serait taquin (ce qu’on est), on dirait même que le studio Moonlight Games s’est offert le plaisir de développer un spin of centré sur l’élégante et meurtrière Lady Maria ; à qui cela pourrait-il déplaire, on se le demande. Pour en finir avec les D.A. tortueuses, on évoquera enfin le nouveau trailer de Grime, qui laisse entendre que son personnage principal, à tête-trou noir, pourrait avoir plus de background qu’on le supposait. On a hâte de vérifier ça en jeu, d’autant que sa mécanique d’absorption laisse entrevoir de chouettes possibilités.

Également derrière le joli Planet of Lana dévoilé lors du Summer Game Fest, Thunderful publiera prochainement Firegirl, jeu d’action où une jeune sauveteuse devra faire ses armes parmi les flammes, héritière du lointain The Firemen (1994). Plus rapidement et pour terminer, on note les présences de No Longer Home, qui titillera nos fibres nostalgiques avec l’aide de Fellow Traveller à l’édition, de Black Book, et son atmosphère délétère de Russie emprunte de magie, du zelda-like Arietta of Spirits, du dérangé Happy’s Humble Burger Farm ou encore de RoboDunk, au titre parlant comme il faut. Une sélection du Guerrilla Collective dans l’ensemble plutôt sérieuse, pour les personnes très sérieuses que nous sommes, donc, et que vous pouvez retrouver dans son ensemble en suivant ce lien. Il ne fallait tout de même pas marcher sur les plates-bandes du Wholesome Direct qui suivait juste après.

Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant D&D (Dreyer et Digimon).

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé