Embracer Group veut (encore) s’agrandir et TimeSplitters renaît

Le gigantesque groupe suédois Embracer Group a annoncé hier avec la sortie de son rapport financier plusieurs choses. Tout d’abord, que l’entreprise souhaite, et est en discussion finale avec certains, encore agrandir son déjà conséquent roaster de studios et d’éditeurs ; ensuite, que Free Radical Design a été ramené des morts pour développer, avec l’aide de vétérans de la série, un nouveau TimeSplitters.

On va passer outre les divers résultats financiers d’Embracer Group pour aller à l’information qui nous intéresse ici : le groupe a levé quelque 749 millions d’euros pour financer ses futures acquisitions. Selon le communiqué du géant, ils seraient en discussion avec 150 entreprises dont une vingtaine seraient déjà à un niveau avancé, voire, pour certaines, au niveau de signature d’une lettre d’intention. On n’a pas fini d’entendre les blagues sur le groupe qui rachète le monde entier, j’en ai bien peur.

Embracer group
Pour y voir un peu plus clair sur ce que représente Embracer Group

Oui, car souvenez-vous, si on connaît moins Embracer Group, on connait cependant très bien ses acquisitions des dernières années : Deep Silver, THQ Nordic, Koch Media, Gearbox, Coffee Stain, Piranha Bytes ou encore Bugbear Entertainment, avec certains noms parmi les 68 entreprises possédées plus ou moins associés à l’éditeur THQ Nordic mais, au final, tout ce petit monde fait partie de la grande famille d’Embracer. Mais Embracer possède également des propriétés intellectuelles de jeux vidéo avec, dans son pool, Carmaggedon, Outcast ou encore, et c’est ce qui nous intéresse en second lieu, TimeSplitters, racheté par Deep Silver en 2018.

Embracer Group nous fait donc savoir que Free Radical revient d’entre les morts, sur son lieu de naissance qui plus est : Nottingham en Angleterre, avec quelques vétérans ayant travaillé sur la série qui a vu 3 épisodes sortir entre 2000 et 2005. Le studio nouvellement (re)créé a donc pour tâche de travailler sur un nouveau TimeSplitters et rien d’autre ne nous sera dit pour le moment.

En faisant mes recherches pour cet article, j’ai pu lire le trajet pour le moins tumultueux de Free Radical et donc de son IP TimeSplitters et je souhaite vous partager l’explication claire et concise qu’en a fait Rock Paper Shotgun et qui vaut le coup d’œil. Ici, on va paraphraser.

Free Radical a été créé en 1999 par d’anciens de Rare. L’entreprise a fait faillite en 2008 après avoir sorti les 3 TimeSplitters, Haze et après avoir travaillé sur un jeu Star Wars annulé (déjà la norme à l’époque). Crytek a acheté Free Radical et en a fait Crytek UK, qu’ils ont fermé en 2014 alors que les équipes travaillaient sur Homefront : The Revolution (pas mal l’histoire de son développement, à lui aussi). Ce dernier a d’ailleurs été terminé par Dambuster Studio, une nouvelle entreprise créée par… Deep Silver après que l’éditeur ait racheté la licence Homefront à Crytek. Enfin, Deep Silver a aussi racheté les droits de TimeSplitters à l’entreprise allemande responsable de Crysis et, plus récemment, de Hunt Showdown. Voilà fini ! Comme quoi, le monde du jeu vidéo est bien petit quand même.

Benjamin "Noodles"
Benjamin "Noodles"

Faire des jeux de mots c’est mon dada. J'aime bien tous les jeux aussi. Sauf les mauvais ou ceux qui nous prennent pour des glands.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé