Contrats musicaux, écriture vidéoludique, licenciements : les miettes de l’actu de la semaine du 20 octobre 2019

Bienvenue dans les miettes de l’actu. Votre rubrique dominicale où Zali vous informe des news qui vous ont sans doute échappé cette semaine et vous dit où jeter votre argent la semaine prochaine. Aujourd’hui : le grand bazar des licences musicales dans les jeux, le créateur de Dreamfall Chapters qui parle écriture, et nouveaux licenciements en masse chez Daybreak.

Dans l’enfer des licences musicales dans le jeu vidéo
Video game OST

 

C’est un article très intéressant paru sur Gamesindustry ces derniers jours : un point sur le marché de la licence musicale dans le jeu vidéo. Le texte revient sur l’incroyable complexité de la négociation des droits autour de la musique dans des produits tels que le jeu vidéo qui impliquent parfois du jeu en ligne, du stream, et d’autres pratiques assez différentes de ce qui peut avoir cours en terme de négociations de droits dans le cinéma ou la publicité, par exemple.

On se souvient entre autres d’Alan Wake, qui avait dû être temporairement retiré de la vente à cause de contrats de licences musicales mal négociés, ou de Pixeljunk Sidescroller qui a dû être supprimé des stores le jour de la fin du contrat liant le studio à son compositeur. Au-delà de ces exemples, le dossier a le mérite de faire le point sur l’état actuel du marché de la musique de jeu vidéo, laquelle s’est popularisée et professionnalisée lors de la décennie actuelle, et rappelle que derrière nos OST de jeux, on trouve non seulement des musiciens, mais également des avocats, des négociateurs de droits, des juristes, et des ayants-droits plus ou moins sensibles au média où sont diffusés les œuvres dont ils ont la garde.

Le Créateur de Draugen et Dreamfall Chapters évoque l’importance du scénario dans la conception des jeux

dreamfall-chapters draugen
Dreamfall chapters

Lors de la récente Sweden Games Conference, le Norvégien Ragnar Tørnquist, un des scénaristes les plus connus du jeu d’aventure de ces 20 dernières années, a tenu des propos à la fois rafraîchissants et étonnants sur l’écriture vidéoludique. A rebours de la plupart des conceptions actuelles concernant ce domaine, Tørnquist défend un jeu vidéo dont le processus scénaristique serait au cœur de l’expérience, et une implantation des éléments de gameplay autour d’une histoire plutôt que le contraire habituellement pratiqué, y compris dans les jeux d’aventure à fort focus narratif.

Le patron de Red Thread défend aussi la nécessité de concevoir des projets qui répartissent mieux leurs ressources financières, en incluant un doublage en langue originale (pour que des personnages norvégiens ne s’expriment pas en anglais, par exemple), ainsi que des ressources correctement réparties pour ne pas négliger le dernier tiers des jeux narratifs, habituellement plus faible au prétexte que les 3/4 des joueurs ne passent pas la moitié du jeu. Si tous les softs créés par les équipes de Red Thread ne sont pas exempts de défauts, ces propos font du bien à une époque où les bons scénarios dans le domaine du jeu vidéo sont plus que denrée rare.

La lente agonie de Daybreak Games se traduit via de nouveaux licenciements

Indépendante de Sony depuis que la division qui les détenait a été rachetée par un fonds d’investissement américain en 2015, Daybreak Games est en très grande difficulté. Les créateurs de Dc Universe Online, Everquest ou encore H1Z1 n’ont non seulement pas été capables de sortir un nouveau titre depuis, mais ils ont enchaîné les catastrophes : problèmes de serveurs les poussant à fermer plusieurs MMO encore actifs comme Asheron’s Call, dommage collatéral dans l’enquête sur l’ingérance russe dans les élections américaines, « investissement stratégique » des actionnaires il y a un an ayant pour résultat le licenciement soudain de 70 employés : ça fait un moment qu’on n’a pas entendu parler de Daybreak pour autre chose qu’une mauvaise nouvelle.

Eh bien en voilà une de plus : s’il s’agit officiellement d’une « réorganisation interne » pour répartir les employés du studio en fonction des différentes franchises gérées par la firme, c’est bel et bien un plan de licenciement massif affectant entre autres les équipes travaillant sur les jeux Planetside qui est en cours à Daybreak. Ce sont ainsi des dizaines de témoignages qui ont éclos sur Twitter, émanant d’employés de la société affirmant qu’on les avait assez sèchement mis à la porte du jour au lendemain. Bref, ça sent un peu le sapin.

Les autres trucs

Les jeux notables du 21 au 27 octobre 2019 pour ceux qui ne sont pas coincés sur Disco Elysium

Ouf ! Le rythme des sorties se ralentit un tout petit peu cette semaine. Il faut dire qu’il était quasiment impossible de faire pire que ces derniers jours. Néanmoins, quelques petites choses intéressantes à se mettre sous la dent sont à prévoir.

MediEvil remixLa semaine prochaine vous pourrez donc dégrader encore un peu vos yeux de merlan frit avec :

 

zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.