Les gagnants de la 14ème édition des BAFTA Games Awards : le récap de l’actu du 13 avril

Bienvenue dans l’Expresso. C’est ici que vous retrouverez un petit condensé de l’actualité de la journée, rédigé par un rédacteur différent à chaque fois. Le rédacteur du jour choisit jusqu’à 5 news qui l’ont marqué et vous donne son avis sur chacune d’entre elles. Aujourd’hui : La 14ème édition des BAFTA s’est tenue avant hier soir afin de récompenser une poignée plutôt éclectique de jeux sortis l’année passée. Retour donc sur cet événement « prestigieux » pour le jeu vidéo, tout de même marqué par quelques surprises et du bon goût.

BAFTA Games Awkward

Que serait une cérémonie de remise de prix sans ses délicieux moments de gêne ? Soit du fait d’un maître de cérémonie que l’on a du mal à suivre, de punchlines qui tombent à l’eau, d’invités sur scène qui gèrent mal leur stress ou bien d’un public un poil trop coincé et beaucoup trop soucieux de connaître les résultats. Et comme dans tout autre exercice similaire dans des domaines moins similaires, les BAFTA c’est un peu tout cela à la fois.

bafta

Mais ne soyons pas trop médisant envers cette honnête tentative de hisser l’industrie du jeu vidéo vers le haut. Parce que les BAFTA ne déçoivent généralement pas lorsqu’il s’agit de reconnaître les joyaux que représentent les plus audacieux titres de chaque nouvelle année. Hier nous avions des Firewatch, Inside, Uncharted 4 et autre The Last Guardian, aujourd’hui c’est plus encore la scène indé qui s’est vue récompensée avec quelques titres prenant bon nombre de risques sur des terrains que nul n’a encore osé arpenter.

Que ce soit Hellblade Senua’s Sacrifice, construisant son concept de jeu à partir d’une maladie mentale ; What Remains of Edith Finch, préférant déconstruire les grands mythes américains et réduire l’interaction à sa plus simple expression pour mieux en décupler sa puissance évocatrice (coucou Fumito Ueda) ; ou bien encore Gorogoa, déployant un regard métissé sur le monde dans le prolongement d’un puzzle game unique en son genre. Résultat :

  • Hellblade Senua’s Sacrifice – Meilleure réalisation artistique et sonore / Meilleur jeu britannique / Meilleure actrice (Melina Juergens)/ Jeu au-delà du divertissement
  • What Remains of Edith Finch – Meilleur jeu
  • Gorogoa – Meilleur premier jeu
  • Night in the Woods – Meilleure narration
  • The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Meilleur innovation
  • Super Mario Odyssey – Meilleur game design / Meilleur jeu familial
  • Cuphead – Meilleure bande originale
  • Overwatch – Meilleur jeu en évolution
  • Divinity : Original Sin II – Meilleur titre multijoueur
  • Horizon : Zero Dawn – Meilleure création originale
  • Golf Clash – Meilleur jeu mobile

Bon, comme dans toute cérémonie il y a quelques moments d’égarement, en récompensant par exemple Super Mario Odyssey pour son game design alors qu’à ses côtés se tient Zelda, recevant à la place un « prix d’innovation » (wut ?). On pensera également à Horizon Zero Dawn récompensé du prix de la « meilleure création originale » (originalité que l’on cherche encore, me dit-on dans l’oreillette) ainsi qu’Overwatch qui peut désormais se targuer d’être le « meilleur jeu en évolution ». Si tu veux. Par ailleurs, l’intégralité de la cérémonie des BAFTA peut être revue ci-dessous… ce que je ne vous conseillerais pas forcément (gêne, longueur tout ça…)

En conclusion, comme toujours, des vilains garçons ne manquent jamais de noircir un tableau lorsque celui-ci se montre un peu trop raffiné. Mais nous pouvons malgré tout reconnaître aux BAFTA de s’être une nouvelle fois arrangés pour mettre en lumière les quelques 5 à 10% des jeux annuels soucieux de consolider un peu plus un objet culturel en manque de repères. De quoi aussi lancer des grands signes de la main à destination des détracteurs du dimanche, ceux qui parlent d’un manque d’ambition certain dans le jeu vidéo mais qui, dans le même temps, ne savent pas où regarder.

Yohan Belhadj

Sensible à l'image et aux divers procédés de narration. Je suis peut-être plus vidéo que jeu, mais je ne boude pas pour autant mon plaisir à tenir une manette dans les mains.