Activision Blizzard : création d’un comité pour lutter contre le harcèlement

Après les révélations de la semaine dernière par le Wall Street Journal sur l’ampleur de la complicité de Bobby Kotick, PDG d’Activision Blizzard, dans le maintien d’une culture toxique de harcèlement et de discrimination au sein de son entreprise depuis des années, on se doutait qu’on n’avait pas terminé d’entendre parler de l’entreprise de jeu vidéo. Et en effet, elle vient d’annoncer la création d’un « comité de responsabilité sur le lieu de travail ».

Comme le rapportait Shift dans ses bonnes nouvelles ce weekend, Phil Spencer, le responsable de la branche Xbox Games Studios de Microsoft, et Jim Ryan, le PDG de PlayStation, ont pris position en fin de semaine dernière contre Bobby Kotick. Le patron de Xbox affirmait notamment dans un e-mail envoyé en interne être « perturbé et profondément troublé par les événements et les actions horribles » menées chez Activision Blizzard. Cette semaine, Fanbyte révèle que Doug Bowser, directeur de Nintendo of America, condamne également ce qui se passe chez l’éditeur dans un e-mail interne adressé aux employés. Il y explique notamment avoir suivi les développements chez Activision Blizzard et affirme que ces agissements vont « à l’encontre de ses valeurs, ainsi que des croyances, valeurs et politiques de Nintendo ». Il ajoute que « chaque entreprise du secteur doit créer un environnement où tout le monde est respecté et traité de manière égalitaire et où tous comprennent que ne pas le faire engendre des conséquences. »

Bobby Kotick dans son antre

Si dimanche le Wall Street Journal cité par Polygon rapportait que Bobby Kotick évoquait la possibilité en interne de quitter son poste s’il « ne pouvait pas régler rapidement le problème », Activision Blizzard a annoncé hier la création d’un « comité de responsabilité » sur le lieu de travail ( Workplace Responsibility Committee) dirigé par deux membres indépendants du conseil d’administration, Dawn Ostroff et Reveta Bowers. Rappelons que le conseil d’administration en général a, à la suite des révélations de la semaine dernière, renouvelé son soutien à Bobby Kotick et que ces deux membres y siègent depuis 2020 et 2018. Le comité sera sous la tutelle du reste du conseil d’administration avec lequel il collaborera. Il a pour responsabilité de suivre les progrès d’Activision Blizzard en matière de mise en œuvre et du respect des nouvelles règles ayant pour objectif de créer un environnement de travail plus sûr, plus sain et plus inclusif. On est bien loin donc de ce que demandait ABK Workers Alliance en plus du départ de Bobby Kotick, à savoir un audit par un tiers choisi par les employés.

Il est évident que les problèmes chez Activision Blizzard ne seront pas réglés en un jour, mais s’obstiner à déléguer la résolution des problèmes à ceux qui les ont créés, ou tout du moins les ont ignorés jusque là, ne risque pas de faire avancer les choses.

BatVador

Traductrice ascendante topiaire qui aime les city builders, les dystopies et les jeux avec des gens déprimés dedans.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.