[Gamescom 2017] On a joué à Hacktag : nos impressions

C’est encore dans les allées de la gamescom que nous avons pu revoir Hacktag. Un an après le premier contact, le jeu d’infiltration en coopération de Piece of Cake Studio a bien évolué, mais est-ce dans le bon sens ?

Hacktag se présente d’une manière bien particulière, puisqu’il ne fonctionne qu’en coopération à deux. Ainsi, c’est devant un écran splitté que nous nous installons, Axel et moi. Je joue l’agent infiltré sur le terrain, mon binôme joue un agent informatique qui est entré dans le réseau. A l’aide de nos capacités respectives, nous devons communiquer et nous épauler pour progresser et accomplir divers objectifs : collecte de données, récupération de documents, piratage d’un poste précis.

hacktag environnement gamescom

A titre d’exemple, on peut citer ce couloir dans lequel des caméras risquent de me détecter. Pour passer je dois avancer et désactiver un pare-feu pour que mon binôme puisse accéder à la caméra correspondante et la désactiver. Mais les exemples sont nombreux tant le titre est bien pensé à ce niveau. Code d’accès à trouver en discutant, libérer son camarade, portes à fermer devant les gardes pour fuir. Mais Hacktag propose aussi un aspect compétitif entre les joueurs. La collecte de données rapporte des points qui sont comptabilisés en fin de mission. On collabore donc mais on peut quelque peu s’embêter sans pour autant perdre de vue la mission.

hacktag coop gamescom

Avec des niveaux bien plus grands que sur la démo présentée l’année dernière et depuis son arrivée en early access en juin, Hacktag dévoile son plein potentiel et promet de belles choses, d’autant que du contenu continuera d’arriver. D’abord de manière hebdomadaire, puis régulièrement après la sortie en 1.0. Cartes, objectifs, personnages, il devrait y avoir de quoi faire.

C’est donc emballés, qu’après une bonne demie-heure de jeu, en ayant vécu l’échec, titillé l’IA et combattu farouchement pour le meilleur score, que nous avons laissé Hacktag aux mains de ses créateurs.

Mallory Delicourt
Mallory Delicourt

Rebut de l'Education Nationale, il étudie désormais la géographie de la Temeria, la mécanique de Mario Kart et les méthodes d'infiltration des agents augmentés.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.