Mario & Luigi : Voyage au centre de Bowser + l’Épopée de Bowser Jr – Le retour brillant d’un des meilleurs RPG Mario

Dix ans après sa sortie, Nintendo livre un remake enrichi d’un des tous meilleurs jeux de rôle de la DS. Voyage au centre de Bowser est un RPG largement sous-estimé et un peu oublié de la décennie précédente. Une bonne occasion de le redécouvrir ?

Souvent ignorés ou considérés comme des expériences annexes, voire des RPG pour enfants, les jeux de la série Mario & Luigi, déclinaisons en jeux de rôle des personnages de la franchise Super Mario Bros, tracent depuis une quinzaine d’années un sillon riche en jeux très solides, bien écrits et parfois mieux rythmés que des mastodontes du même style à la pompe et aux ambitions beaucoup plus affirmées. De ressorties en remaster, Nintendo a toujours pris soin de donner aux différents épisodes de la série des portages soignés, même si les derniers épisodes en date étaient nettement moins marquants. Superstar Saga, le premier épisode originaire de la Game Boy Advance, a ainsi bénéficié d’un joli portage 3DS en 2017. En ce début d’année 2019, c’est au tour de Voyage au Centre de Bowser, le 3ème épisode et généralement considéré comme le meilleur de la série, de bénéficier d’une ressortie, avec de nouveaux graphismes et un scénario bonus. Et disons-le tout net : nous tenons peut-être là le tout dernier grand RPG d’une 3DS au crépuscule interminable.

A se rouler par terre (de rire)

Ce qui m’a immédiatement frappé en rejouant à Voyage au Centre de Bowser, c’est l’incroyable inventivité de l’humour déployé par Nintendo durant le jeu. Alors que l’humour reste souvent l’un des genres sinistrés de l’écriture vidéoludique, la série Mario & Luigi arrive en permanence à manipuler un humour à la fois malicieux et acéré, sans jamais se départir de la bienveillance attendue d’un produit Nintendo. Et cet épisode reste, dix ans plus tard, le RPG Nintendo le plus drôle et le plus farfelu jamais créé.

De ce scénario impliquant un empoisonnement des Toads transformés en Katamaris géants et un voyage de Mario & Luigi à l’intérieur de l’organisme effrayant de leur ennemi juré, on retiendra un sens du jeu de mot approximatif maîtrisé à la perfection (mention spéciale à la traduction française qui rivalise de créativité), des situations plus loufoques les unes que les autres, et un sens de l’autodérision concernant l’univers Nintendo des plus appréciables. Ainsi, les sbires de Bowser sont dépeints en crétins incompétents, les Toads ne comprennent rien à ce qu’il se passe mais s’empressent d’ouvrir des boutiques partout où ils le peuvent, et Mario s’exprime dans un charabia pseudo-italien absolument hilarant, tel un wookie transalpin occupé à nager dans les recoins les plus sombres de Bowser.

Voyage au centre de Bowser boss
Le jeu a quelques phases de gameplay incroyables

Une trentaine d’heures pour en faire le tour : ni trop court, ni trop long. Toujours varié, toujours rythmé (même si le scénario l’Épopée de Bowser Jr rajouté pour l’occasion n’est pas des plus passionnants et fait davantage office de petit DLC amusant et fourre-tout), Voyage au Centre de Bowser est un jeu de rôle à l’écriture brillante, pleine de surprises. Comme souvent quand on parle de Nintendo, le titre reste, longtemps après sa conception, un modèle de game design. Une manière de toujours amuser le joueur sans le gaver de contenu inutile.

Quelques erreurs toujours criantes

Le remaster du jeu, avec des graphismes en 3D très fins et très expressifs, et quelques cinématiques entièrement refaites avec les moyens d’une 3DS parfaitement maîtrisée après presque dix ans de vie, est particulièrement réussi. Tout est fin, lisible, fluide, un bonheur. Et le système de combat, déjà très inventif pour l’époque avec son mélange de stratégie et de QTE, reste simple et joyeux.

Mon seul regret en redécouvrant Voyage au Centre de Bowser dix ans après l’avoir fait dans la grisaille des transports parisiens de la fin des années 2000, c’est que Nintendo n’ait pas profité de cette ressortie bienvenue pour corriger les quelques moments ratés de l’aventure qui viennent casser le rythme. Le jeu comporte encore un peu trop de backtracking. Les combats de boss sont encore mal équilibrés, et certains affrontements durent et durent et durent encore, semblant ne jamais devoir s’achever.

Voyage au centre de Bowser stratégie
Le scénario bonus centré sur Bowser Junior est amusant, mais niveau gameplay c’est heu… confus.

Ce sont aussi quelques pesanteurs dans l’interface qui, parfois, font grincer des dents, tant on se dit que dix ans de sorties sur 3DS et de progressions dans la manière d’agencer les menus dans les jeux vidéo auraient pu bénéficier à ce jeu. Ainsi, l’idée (géniale), d’avoir l’aventure de Bowser sur l’écran supérieur et celle des deux frangins sur l’écran du bas reste brillante dix ans plus tard. On regrettera cependant que l’action permettant de passer de l’un à l’autre soit située sur des boutons qui servent aussi d’actions contextuelles, et pas, mettons, sur les gâchettes supérieures qui ne sont pour ainsi dire pas utilisées du tout. Ce genre de choses, ainsi que les menus de pause, ou encore le système de sauvegarde, auraient pu bénéficier d’un toilettage pour rendre ce remake encore plus fun.

Un jeu qui interroge sur le futur de Mario & Luigi

Ces broutilles mises à part, le jeu interroge sur le futur de cette série. Le sujet ne fait quasiment pas débat : Voyage au Centre de Bowser est le meilleur épisode jamais sorti d’un RPG Mario, qu’on considère la série Mario & Luigi ou la série Paper Mario. C’est aussi, avec plus de trois millions d’exemplaires, l’un des mieux vendus avec Super Paper Mario sur Wii (mais sur Wii c’est de la triche, Nintendo aurait vendu trois millions d’exemplaires d’un simulateur de jazz non interactif vu la taille du parc installé). Ce qui s’est passé après cet épisode ressemble cependant à un long et lent déclin.

Que ce soit sur 3DS ou Wii U, que ça soit sous forme de RPG indépendants (Dream Team Bros) ou sous forme de crossover entre les deux séries (Paper Jam Bros), la qualité ludique, l’accueil critique ou le succès commercial ne sont jamais vraiment revenus dans le monde des jeux de rôle Mario. Depuis quelques années, Nintendo a semblé davantage occupé à une sauvegarde du patrimoine de ces jeux via des remakes et des ressorties sur les boutiques virtuelles de la Wii U et de la 3DS qu’à travailler à l’avenir concret de la série.

A ce jour, en plein succès stratosphérique de la Switch, Nintendo n’a toujours pas annoncé de sixième épisode à la série Mario & Luigi, et n’a pas, depuis longtemps, livré un jeu de rôle aussi drôle et aussi mémorable. Cela fait dix ans. Peut-être qu’un prochain Nintendo Direct ravivera la flamme. Peut-être que l’éditeur japonais se concentrera sur d’autres projets, ou continuera ses remasters, en annonçant je ne sais quelle vague de portages MAIS SUR SWITCH. Au fond, ce n’est pas très grave. Mario & Luigi : Voyage au centre de Bowser + l’Épopée de Bowser Jr est désormais disponible, et quoi que vous soyez en train de faire, vous devriez arrêter pour le découvrir ou le redécouvrir.

Voyage au centre de Bowser gracowitz

Mario & Luigi : Voyage au centre de Bowser + l’Épopée de Bowser Jr a été testé sur 3DS via une copie fournie par l’éditeur

Comme souvent quand Nintendo revisite son patrimoine, nous tenons ici à la fois un remaster modèle où tout est beau et où tout fonctionne à la perfection, mais où, hélas, demeurent les défauts de l’époque. Qu’à cela ne tienne, Mario & Luigi : Voyage au centre de Bowser + l’Épopée de Bowser Jr est l’une des meilleures raisons de dépoussiérer votre 3DS, une console qui jusqu’à la toute fin de sa vie aura bénéficié d’une ludothèque riche en excellents jeux. 

Le Bon

Un remake des plus soignés

Dix ans après, le jeu reste hilarant

Les combats plein de surprises

Bref, peut-être le meilleur RPG Mario & Luigi à ce jour...

.... Assorti d'une VF absolument parfaite.

Le Pas Bon

Certains combats interminables

L'aventure a des problèmes de rythme

L'épopée de Bowser Junior n'est pas passionnante

zalifalcam
zalifalcam

J'aime les jeux double A, les walking simulateurs prétentieux et les JRPG, et plutôt que de me soigner, j'écris à leur propos.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.