Best Friend Forever – 30 millions de petits amis

Il existe des dating games en veux-tu en voilà, mais c’est la première fois que j’en vois un qui nous enjoint à prendre soin d’un chien tout en draguant. Le studio Starcolt aurait-il marqué l’histoire et lancé le renouveau du genre avec Best Friend Forever ? Voyons-ça tout de suite.

J’aime les chiens, j’aime l’amour, c’est donc tout naturellement que, lorsque je l’ai vu passer, j’ai voulu jouer à Best Friend Forever de tout mon cœur. Best Friend Forever nous étant décrit comme étant le premier jeu de simulation au monde à combiner les activités très chronophages de s’occuper d’un animal et de trouver l’amour, je m’attendais à rencontrer des personnages hauts en couleur et moult chiens, tous plus doux les uns que les autres, et sur ce point je n’ai pas été déçu. Pour vous faire comprendre ce que j’ai vécu, je vous fais suivre des extraits choisis de mon journal intime dûment rempli durant mon séjour à Rainbow Bay. Attention, certains passages peuvent dévoiler une partie de l’intrigue.

Love Me Love My Dog

Semaine 1 : Cher journal, je viens à peine de poser mes valises à Rainbow Bay et ma première semaine dans cette ville est déjà pleine de rebondissements. Rainbow Bay est la ville avec le plus de propriétaires de chiens par habitants au monde et étant récemment célibataire – ne revenons pas là-dessus pour le moment… – je me suis facilement laissé convaincre de prendre un chien pour avoir de la compagnie et sortir de mes mauvaises habitudes. Mon choix s’est très vite porté sur Blocker, un corniaud bien bâti qui a de l’énergie à revendre. Étant donné que c’est la première fois que j’ai un chien, la clinique vétérinaire où je l’ai récupéré m’impose un suivi régulier pour s’assurer que je m’en occupe bien. Je me suis également inscrit sur une application de rencontres qui met en relation des personnes qui partagent l’amour des chiens, j’espère que ça va m’aider à me faire des amis à Rainbow Bay.

Best Friend Forever nous plonge dès les premières minutes de jeu dans un poncif des dating games, celui de l’outsider qui doit se faire une place dans un nouvel environnement pour des raisons obscures et pas vraiment sérieuses, et qui va vouloir rencontrer l’amour ou tout du moins se faire des ami.es. Une histoire vue et revue, mais avec une pirouette scénaristique pour nous faire rester : nous mettre un chien dans les pattes et nous imposer de bien s’en occuper. La ville de Rainbow Bay s’y prête particulièrement bien, sympathique bourgade de taille moyenne portée sur la culture canine et LGBTQIA+ assumée. Grâce à une application de rencontres à l’algorithme particulièrement sophistiqué, on a donc le plaisir de croiser le chemin de plusieurs célibataires de la région accompagné.es de leur fidèle compagnon. Il y en a pour tous les goûts : jeune engagé, bibliothécaire musclé, urbaniste surbookée, mère célibataire, avocat malvoyant ou encore patineuse amatrice d’horoscope, on trouve forcément un personnage qui pique notre intérêt. Par contre, il ne va pas falloir lambiner et rapidement passer du temps avec celui ou celle qui pourrait être l’élu.e de votre cœur, sans quoi vous n’aurez pas assez des 15 semaines que dure le jeu pour le ou la séduire… Timing serré lorsque l’on veut dresser un chien correctement en même temps.

Best friend forever
L’est bô mon chien.

Man Of The Hour

Semaine 4 : Cher journal, ce mois-ci je n’ai pas ménagé mes efforts, que ce soit pour l’éducation de Blocker ou ma vie amoureuse. J’ai rencontré toutes les personnes avec qui m’a matché l’application et même si certaines ne partageaient pas vraiment mes hobbys, quelqu’un sortait quand même du lot. C’est ainsi que j’ai eu un premier rendez-vous avec Maribel, une urbaniste passionnée par son travail. Elle m’a invité au « Cool Story, Brew », le café en vogue de Rainbow Bay, pour apprendre à mieux se connaitre, mais à peine étions-nous installé.es qu’elle était appelée par son travail pour régler un différend avec un chef de chantier. Ne voulant pas s’avouer vaincue, elle m’a proposé de l’accompagner et j’ai pu visiter un chantier, guidé par une experte. Elle m’a tenu la main pendant tout le chemin. Je crois qu’elle m’aime bien. En ce qui concerne Blocker, je pense m’en sortir de mieux en mieux. Son programme d’activités est plus ou moins fixé pour travailler les points de son comportement qu’il reste à améliorer et il s’adapte bien à la vie en appartement, même s’il demande une attention constante, surtout lorsque je parle avec quelqu’un. Par contre, j’avoue ne pas vraiment me servir de tous les accessoires que m’a fourni la vétérinaire, j’espère qu’elle avait prévu un peu trop et que tout n’était pas essentiel pour bien s’occuper du chien.

Nous voici au cœur du sujet : Best Friend Forever nous permet de nous occuper de notre bon chienchien. Tel un parent un peu trop controlfreak, on programme les activités hebdomadaires de notre animal pour lui apprendre les bonnes manières et à se sociabiliser, le rendre plus intelligent et plus confiant, et lui faire garder la forme. Telle activité augmentera de tant de points l’intelligence, telle autre augmentera de tant de points la confiance, etc… Le tout étant lié aux besoins de votre animal (énergie, faim, soif, hygiène…). Le souci, c’est qu’on ne sait pas en avance quelle sera la progression de la caractéristique – parfois 10 points, parfois 20, parfois un bonus sera disponible si le chien est bien reposé – on n’est jamais bien sûr de passer un niveau ou non. Ça pourrait être anecdotique, si les performances n’étaient pas salement comparées à celles des autres chiens adoptés le même jour que le nôtre… Ainsi, comme le parent que je mentionnais, vous aurez le loisir de comparer le carnet de notes (sous forme de petites médailles bronze/argent/or) de votre fils, votre bataille, à celui des autres et de lâcher un petit « rah mais tu vois Ghost il a eu or en sociabilité, tu pourrais avoir pareil en faisant un peu d’efforts ! ». Et c’est là que ça commence à devenir coton…

Best Friend Forever

Martha My Dear

Semaine 10 : Cher journal, il y a quelques semaines, j’ai organisé une petite soirée pour fêter mon arrivée en ville avec mes nouvelles connaissances. Ce n’est qu’après avoir envoyé les invitations que je me suis dit que c’était peut-être un peu maladroit de réunir des personnes d’une petite ville qui utilisent la même application de rencontre, mais bon c’était trop tard. Au cours d’une partie d’action ou vérité j’ai dû raconter pourquoi j’étais venu m’installer dans cette ville. Tu t’en doutes cher journal, j’ai dû raconter ma rupture difficile avec mon ex et ma rencontre avec cette espèce de chien mystique qui m’a montré une affiche de Rainbow Bay… Heureusement tout le monde a été très compréhensif. D’ailleurs, ma vie amoureuse a été pas mal remplie : Anders, l’avocat, m’a invité à diner dans un restaurant chic et une chose en entrainant une autre, il a passé la nuit à la maison. J’ai hâte de voir dans quelle direction va aller cette histoire. D’un autre côté, Maribel m’a posé un lapin l’autre jour pour notre deuxième rendez-vous à cause de son travail. Je lui ai rendu quelques services pour la sortir de la panade mais ce n’est pas l’idée que je me fais d’un vrai rendez-vous. Je ne me rendais pas compte que sa carrière lui prenait autant de temps. Blocker progresse bien dans tous les domaines mais j’ai peur que ce ne soit pas assez, nous verrons bien lors de sa visite chez le vétérinaire dans quelques jours.

Alors, Best Friend Forever arrive-t-il à lier subtilement les genres du jeu de drague et du pet care game ? Déjà, est-ce qu’il arrive à faire bien l’un et l’autre séparément ? De mon assez maigre expérience de joueur de dating games, je dirais que cette partie s’en sort honorablement. Le gameplay des scènes de dialogues reste convenu avec quelques options de dialogue de temps en temps, mais les personnages sont diversifiés et attachants, le pitch de base est simple, mais efficace dans la veine de ce qui se fait dans le genre. On pourra s’étonner du comportement très « millenial » de notre protagoniste, tellement poussé (parfois à la limite du dysfonctionnel) qu’on le croirait presque écrit par un quinquagénaire en puissance. C’est vraiment étonnant, étant donné que l’équipe qui a développé le jeu semble dans la tranche d’âge des personnages et aurait pu éviter facilement ces écueils. Comme je l’ai mentionné un peu plus haut, la « gestion » de notre chien est frustrante. Trop simpliste dans son approche et trop technique avec des paramètres qui semblent être cachés, on ne sait jamais sur quelles pattes danser pour faire progresser notre compagnon de manière efficace et lui éviter la honte d’être le dernier de la classe. Ce point mériterait un équilibrage ou, tout du moins, un tutoriel un peu plus poussé pour éviter de gâcher de précieuses séances d’entrainement. En fin de compte, nos histoires d’amours et nos tentatives d’être un.e bon.ne maitre.sse restent décorrélées. Le choix du chien et la manière de l’élever n’influent pas sur les affinités entre les personnages ni sur le déroulement de l’histoire. Seules les séquences de dialogues sont impactées, durant laquelle une attention constante est nécessaire pour reprendre son chien qui aura tendance à aboyer, tirer sur sa laisse, ou laisser des crottes un peu partout. Best Friend Forever nous promettait une IA canine « dynamique » censée permettre à notre chiot d’interagir et d’avoir un impact sur le récit au fur et à mesure, mais ce n’est pas ce que l’on peut constater, même après plusieurs runs, et c’est bien dommage.

Best Friend Forever
Ces petits événements sont les seuls moments où le chien intervient.

Semaine 15 : Cher journal, je l’avais mise de côté depuis mon arrivée en ville, mais ma carrière de photographe a bien décollé et atteint des altitudes stratosphériques ! On m’a volé mon appareil photo le lendemain de ma dernière entrée, mais j’ai quand même réussi à m’associer à une galerie et à monter une exposition ! Et autre bonne nouvelle : je suis officiellement en couple avec Maribel. Je te passe tous les détails mais avec un peu d’aide, elle a été capable de libérer du temps pour nous deux. J’espère vraiment que notre relation va durer. Blocker a bien grandi en un peu plus de 3 mois et il a passé son examen final. Il s’en sort très bien et je suis apparemment un bon maitre, mais il n’a pas réussi à rattraper son retard sur les autres chiens. Je pense que rapporter une petite médaille à la maison m’aurait fait plus plaisir à moi qu’à lui de toute manière, je l’aime et c’est bien le plus important. Il a quand même eu le droit à un superbe os à moelle.

Best Friend Forever a été testé sur PC via un code fourni par l’éditeur. Il est également disponible sur Switch.

En voulant intégrer un système de statistiques directement lié à notre ami à quatre pattes plutôt qu’à notre protagoniste, Starcolt cherche à innover par rapport aux dating games classiques mais n’arrive pas à faire prendre le mélange. On se retrouve donc avec deux parties bien distinctes et assez frustrantes lorsqu’on imagine ce que ça aurait pu donner. Best Friend Forever reste cependant une expérience plaisante avec un univers attachant qu’on aura le plaisir de redécouvrir à chaque partie pour conter fleurette à tous.tes les célibataires de Rainbow Bay.

Le Bon

DES CHIENS

LGBTQIA+ friendly

C'est joli

Le Pas Bon

Pas d'impact des statistiques du toutou sur les relations des personnages

Quelques bugs d’animation lassants

Kalkulmatriciel
Kalkulmatriciel

Cc c Kalkul. J'adore parler à tous les PNJ, mettre des mandales et saboter les coop.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.