Pour une réhabilitation du PC Gaming Show

Les conférences de l’E3 sont finies. Comme chaque année le concours du « Qui a gagné » est lancé. Mais on s’en fiche. Moi je suis ici pour râler. Et surtout pour crier à l’injustice. Depuis 4 ans, PC Gamer et un quelconque fabricant de composants (AMD les années précédentes, Intel cette année) organisent la conférence PC Gaming Show consacrée au jeu PC, aka ma came. Depuis chaque année cette conférence se prend tonneaux de moqueries sur les réseaux sociaux (même dans nos colonnes). Et moi je ne comprends pas. Voire même ça m’énerverait un peu. Explications.

Des jeux, des jeux partout

Un des reproches principaux qu’on fait à l’E3 globalement c’est son manque de présentations de gameplay, au profit de trailers en CGI bien plus vendeurs et moins aléatoires à faire. Donc on râle sur les autres conférences car elles ne présentent pas assez de gameplay. Mais quand le PC Gaming Show présente pléthores de jeux, tous différents, ça devient « chiant », « pas intéressant », et « surchargé ».  Va falloir vous mettre d’accord.

On avait quoi cette année dans cette conférence ? : une extension d’XCOM 2 (mon GOTY 2016), un jeu de tactique avec des mechas, un Animal Crossing like, un FPS bourrin et débile, un triple A avec licence, un jeu de course, des platformers, un jeu de stratégie, un Advance War médiéval, des jeux d’aventure, des jeux, des jeux, des jeux. A la pelle, pour tout le monde, pour tous les âges, de tous les styles. C’est l’offre la plus diversifiée de l’E3, mis à part peut-être Microsoft et leur insistance sur les indés (tout à leur honneur). Aucune conférence de l’événement ne présente autant de jeux, neufs ou non.

Shadow of War PC Gaming Show
Quand on taunt bêtement la conférence

Des vrais gens

Le gimmick de l’E3 c’est le communicant qui monte sur scène pour recracher son discours marketing bien formaté. Le PC Gaming Show n’échappe pas à la règle avec la présentation des nouveaux processeurs d’Intel, qu’on croirait qu’ils vont sauver l’humanité à eux tous seuls. Mais au-delà de ça, la conférence a l’immense mérite d’inviter des gens qui parlent de LEUR jeu vidéo sur scène. Forcément c’est court, et pas approfondi, mais au moins nous avons droit à des êtres humains qui parlent avec passion, pas des robots marketing.

Mais visiblement quand EA invite un indé paniqué c’est mignon, mais quand le PC Gaming Show fait pareil, avec probablement moins de cynisme, c’est « cringy ». Eh bah non. Ce n’est pas cringy, c’est intéressant et ça offre d’autres perspectives sur le jeu vidéo que l’E3 représente. Pour vite fait évoquer la forme, le présentateur n’est en effet pas exceptionnel, mais toujours moins épuisant qu’Aisha Tyler. Mais peu importe la forme, quand le fond est si varié.

En bref : ce bashing constant du PC Gaming Show n’a aucune réelle justification si tu t’intéresses un tant soit peu aux jeux vidéo. Cette conférence, aussi petite et parfois maladroite soit-elle, a le mérite de consacrer du temps à tout ce qui fait du jeu vidéo un loisir que l’on aime tant, et pas uniquement aux grosses productions formatées pour plaire au plus grand nombre. Et ça, j’aime.

Tritri
Tritri

Ici pour parler de jeux avec tableurs, aka 4X, grande stratégie, gestion. Aussi expert ès jeux spatiaux, tire régulièrement sur l'ambulance Star Citizen. Egalement le pire cauchemar de nos chers correcteurs

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.