Take-Two rachète Zynga pour 12,7 milliards de dollars

12,7 milliards de dollars, soit 11,1 milliards d’euros. Une somme folle, qui n’est autre que celle que prévoit de débourser Take-Two afin d’acquérir Zynga, le géant du jeu mobile. Une opération assez surprenante, la plus grosse de l’histoire du jeu vidéo, qui permet de spéculer sur ce qu’envisage de faire Take-Two de cet achat.

Peut-être avez-vous besoin d’un petit rappel des deux entités dont on parle avant tout ? D’un côté, Take-Two, mastodonte de l’industrie vidéoludique, qui possède notamment 2K (éditeur de Borderlands et de Bioshock) et Rockstar (ce petit studio indé qui est derrière Grand Theft Auto et Red Dead Redemption). C’est donc pas un vain mot que de parler de mastodonte.

De l’autre côté, Zynga, gros nom du jeu mobile mais qui a surtout connu ses heures de gloire fin des années 2000 et début 2010 grâce à l’omniprésence de Facebook. En effet, il était difficile de passer à côté des Farmville et autre Words with Friends (faux Scrabble). Sauf que depuis 2013 et le licenciement de près de 20% de ses employés, l’entreprise est dans un schéma de déclin. Pour tenter de survivre, Zynga a tablé sur la stratégie des acquisitions massives, sans que ça soit vraiment une réussite, comme le précise le journaliste Oscar Lemaire dans le tweet qui suit :

Comme il le dit lui-même, c’est à se demander si Take-Two n’a pas agi par frustration après avoir vu l’acquisition de Codemasters leur passer sous le nez en février dernier. Mais la raison est en fait plus évidente : Take-Two vise la place de leader de l’industrie du jeu mobile une fois l’acquisition effective, c’est-à-dire le 30 juin prochain. Comment ? En profitant de son gros réservoir de licences maisons et en le couplant aux années d’expérience des équipes de Zynga sur les freemiums pourris jeux mobiles. Pour preuve, voici un extrait de ce que dit le CEO de Take-Two, Strauss Zelnick, dans le communiqué de presse annonçant la future acquisition :

Nous sommes ravis d’annoncer notre transaction avec Zynga, qui diversifie significativement nos activités et nous place en position de leader sur plateforme mobile, secteur à la croissance la plus rapide de toute l’industrie du divertissement interactif.

Il n’empêche que la somme proposée est impressionnante et paraît même un peu surévaluée au regard des dernières grosses acquisitions du marché vidéoludique. Pour rappel, l’achat de Zenimax Software (comprenant donc Bethesda) par Microsoft en 2020, c’était « seulement » 7,5 milliards de dollars. D’ordinaire plutôt critique envers l’univers du jeu mobile, je dois avouer que les adaptations de League of Legends avec Wild Rift et de Rocket League avec Rocket League Sideswipe m’ont bien plu. Alors peut-être que Take-Two saura bien adapter ses licences phares, qui sait…

Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé