Super Seducer 3 est banni de Steam

Après de longs échanges et des allers-retours dignes des meilleures navettes parlementaires, le jeu Super Seducer 3 n’aura finalement pas sa place dans la boutique Steam. Une décision pas franchement inattendue, mais qui a le mérite de soulever des questions et de pointer une certaine forme d’hypocrisie.

Comme les tweets les plus récents du très controversé Richard La Ruina le montrent bien, les négociations avec Steam semblent être terminées. Son jeu, enfin plutôt celui de son studio de développement, n’aura pas sa place sur Steam. Super Seducer 3 était depuis un long moment en attente de publication, car sous le coup d’un examen approfondi par Valve, au point de plusieurs fois agacer le “coach en séduction”. Pour rappel, les discussions avec Steam avaient été lancées à la mi-février suite à un premier refus par la plateforme. Fin février, La Ruina annonçait sur les réseaux sociaux que les retours de Steam étaient assez précis pour que le jeu soit corrigé et mis en vente dans la boutique.

Malgré les modifications, la nouvelle version de Super Seducer 3 n’a donc apparemment pas assez convaincu puisqu’il y a quelques jours, le 19 mars, Richard La Ruina annonçait que le jeu était banni de Steam. Ce qui ne semble pas le démotiver pour autant, ce dernier ayant lancé un appel aux dons sur son site personnel. D’après les captures d’écran partagées dans le tweet plus haut, les motifs du refus de publication semblent explicites : “Steam ne publie pas d’images sexuelles explicites de véritables personnes”. Un avis clair, concis, mais qui forcément interroge sur plusieurs points.

Déjà, on peut se poser la question de l’avenir des autres épisodes, Super Seducer 1 et Super Seducer 2. Ceux-ci ne paraissent pas, pour le moment, menacés. Mais du coup, pourquoi ? Le contenu de ces jeux y est aussi sexuellement explicite. Super Seducer 3 avait d’ailleurs parmi ses modifications, fini par censurer les séquences de nudité afin de recoller visuellement à ce qui se faisait dans les 2 précédents épisodes. Ce ne fut pas suffisant. Au passage, la question de la pertinence d’un jeu de « drague » qui ne fait même pas réfléchir le joueur ou la joueuse autour de la notion basique de consentement semble elle parfaitement acceptable aux yeux de Valve.

flou super seducer

Ensuite, l’hypocrisie de la plateforme. Si vous êtes déjà allés plus loin que la page 2 de la boutique Steam, vous le savez : il y a des TAS de jeux sexuellement explicites. Je l’ai déjà dit, mais les visual novels flirtant avec la pornographie (voir l’étant complètement) gangrènent la plateforme, avec évidemment à leurs côtés des bouses mal codées couvrant maladroitement des messages de l’alt-right, mais c’est un autre sujet. L’ajout de la mention “personnes réelles” dans le refus de Steam envoyé à La Ruina semble donc être une justification de dernière minute. En empêchant la publication, la plateforme a peut-être, au hasard, voulu éviter que les polémiques (légitimes) entourant ce jeu à gros potentiel d’audience ne lui retombent dessus ?

Enfin, et c’est aussi un peu la conclusion de tout ça, le flou des décisions. La procédure d’acceptation Steam paraît totalement nébuleuse. Certes, on est là dans le cas le plus extrême, puisqu’avec un jeu problématique dès le départ, mais ça vaut pour tous. Un manque de visibilité sur les détails à régler, ce qui est accepté ou non et surtout par qui. Ce même manque de visibilité qui s’étend d’ailleurs à la boutique elle-même, puisque malgré des années d’existence et quelques améliorations, on navigue toujours aussi mal dessus. Et rien ne laisse croire que la politique de la plateforme et son manque de transparence évolueront dans un futur proche comme lointain.

Avatar
Veltar

Joueur de jeux vidéo qui aime la politique. Du coup j'écris surtout des trucs qui parlent des deux. Côté jeux : Stratégie, Metal Gear Solid et indés en pixel art. Consommateur régulier de séries TV et de films.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé