Patrice Désilets est énervé mais réveille un vieux rêve

Patrice Désilets s’est exprimé lors du Reboot Develop Red qui se déroule jusqu’à aujourd’hui dans la petite ville de Banff au Canada. Il a pu faire un post mortem du premier jeu de son studio Panache Digital Games, Ancestors : The Human Kind Odyssey. Post mortem qui lui a permis de s’énerver un peu contre quelques critiques reçues. Pendant sa conférence, un journaliste en a profité pour le lancer sur le prochain jeu du studio. C’est confirmé, Désilets fait resurgir des morts 1666 : Amsterdam.

Faire face aux critiques n’est jamais facile lorsqu’on est un créateur de jeux, de films ou même d’articles. Passer des années de sa vie à travailler sur un jeu, lui transmettre sa vision et créer son ADN de zéro entraîne évidemment un attachement fort à sa création. C’est ce qu’a surement vécu Patrice Désilets pendant tout le processus créatif de Ancestors : The Humankind Odyssey, le premier jeu de son petit studio. Evidemment, un titre dirigé par l’un des architectes de la série Assassin’s Creed suscitait beaucoup d’attente parmi le public. Et le jeu de Panache Digital Games a été reçu plutôt tièdement par les journalistes et les joueurs à sa sortie à la fin du mois d’août dernier. Sa note Metacritic s’élève à 64/100 ce qui n’est pas mauvais mais encore loin d’être excellent. Et ça, ça nous a énervé le bon Patrice et son équipe.

désilets

Mais au-delà de la note globale calculée sur 70 critiques, ce qui a fait sortir Désilets de ses gonds a été, selon lui, l’extrême mauvaise foi et le manque de professionnalisme de certains journalistes qui, toujours selon lui, n’ont tout simplement pas joué au jeu mais ont quand même écrit un article dessus. VG24/7 a pu rapporter ses propos.

« Cela fait partie de notre industrie, [les journalistes] ont un jeu à critiquer, et ils en ont 15 à critiquer en une semaine, et parfois, ils n’ont absolument pas le temps.

Je sais que certains ont inventé des éléments du jeu. Il n’y a pas de feu et on ne peut pas monter à cheval dans notre jeu, mais quelques journalistes ont dit « Ce n’était pas si incroyable quand on monte à cheval ». Mon équipe est très énervée. »

Comme il n’a pas souhaité révéler les rédactions qui auraient inventé des choses dans le jeu, il va falloir lui faire confiance sur ce point. Mais on peut tout de même regretter que Désilets soit à ce point énervé par la note globale d’Ancestors. Une note qui, toujours selon lui, est si peu élevée parce que les gens attendaient trop un titre à la Assassin’s Creed, qui l’a fait connaitre dans l’industrie. Cela semble un peu gros et de mauvaise foi.

1666 Patrice Désilets
1666 : Amsterdam sera donc le prochain jeu de Panache Digital Games

Mais sa petite conférence au Reboot Develop Red fut aussi l’occasion pour un journaliste d’Eurogamer d’essayer d’en savoir plus sur le prochain projet de Désilets et ses équipes. Ce sera donc 1666 : Amsterdam. Un jeu qu’il essaye de faire depuis ses années Ubisoft, passé en chemin par THQ Montréal avant que la firme ne soit fermée, puis racheté par Panache Digital Games. Un jeu, semble-t-il, qui lui tient très à cœur. « J’en ai presque perdu ma maison. Je ne rigole même pas ! » Mais il confirme bel et bien que le studio a commencé à travailler dessus.

« Ce qui est génial c’est que ce n’est plus le jeu après Assassin’s Creed : Brotherhood, c’est le jeu après Ancestors. Ce n’est plus le jeu fait avec THQ Montreal, c’est le jeu de Panache. Nous avons trouvé notre ADN un peu, notre signature[…]. 

Je suis de retour dessus. Je suis sur le point de poster quelque chose, ce sera sympa.[…]

Je suis très sérieux à propos de faire ce jeu. »

Eh bien c’est dit ! Il n’y a plus qu’à attendre de voir les nouvelles de ce jeu traitant du Diable dans les Pays-Bas du 17e siècle.

Benjamin
Benjamin "Noodles"

Faire des jeux de mots c’est mon dada. J'aime bien tous les jeux aussi. Sauf les mauvais ou ceux qui nous prennent pour des glands.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.