La construction de l’Obra Dinn en un timelapse ASMR

Amatrices et amateurs de maquettisme, de trois-mâts et de travail bien fait, ouvrez les yeux – ou fermez-les et sombrez dans un sommeil profond et agité à bord de l’Obra Dinn.

Pour les deux ans de la sortie du jeu, Lucas Pope, développeur de Return of the Obra Dinn, préparait un bien singulier cadeau. En 2015, alors en plein développement, il a mis au point un outil lui permettant d’enregistrer la progression de son travail sur le logiciel d’animation Maya. Une vue au long cours, sur un ouvrage qui a mis bien plus de 1649 jours à être bâti, soit environ trois ans d’enregistrement.

Entre le making of et l’ASMR, la vidéo s’apprécie moins comme une plongée technique que comme appréciation de la minutie à l’œuvre. Encore plus lorsqu’on a le résultat final à l’esprit, il faut supposer – et Pope d’avertir sur les allègres spoilers qu’on pourra y trouver. Le déroulé hypnotique est de temps à autre interrompu par quelques balises temporelles, qui ont rythmé le développement du jeu, comme la démo présentée à la PAX Australia 2016. Avec ses lignes claires et son fond bleu profond, comme un écho aux dessins d’architectes, le rendu du processus ajoute un vernis de raffinement à un jeu qui, en 1-bit, ne manquait déjà pas de cachet. Mais comment refuser un diorama morbide pour épris raffiné de tuerie déconstruite et sanglante ?

À noter que pour célébrer cet anniversaire, Return of the Obra Dinn se voit marqué de quelques réductions sur les différentes plateformes qui l’accueillent. Et pour celles et ceux que l’exercice fascine, Lucas Pope n’en est pas à son coup d’essai en matière de vidéos accélérées : sa chaîne YouTube en regroupe plusieurs autres, dont huit dédiées à Obra Dinn. Parmi elles, comme une respiration plus étrange encore d’un long développement, se trouve un enregistrement de son travail lors d’un Ludum Dare. Pour les fétichistes des fenêtres d’applications et des lignes de code.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé