La franchise NieR fête ses 10 ans avec deux annonces

Un NieR sur mobile, c’est toujours mieux que trois fois RieN.

On ne sait pas si les cadres de Square Enix en sont revenus depuis le temps mais nul doute qu’iels ont décidé de travailler au corps la franchise qu’est maintenant NieR. Quelques mois après la sortie et le triomphe de NieR Automata, la suite inattendue d’un premier épisode au succès d’estime sorti en 2010, les curieux notaient un appel aux recrutements sur le site de Square Enix afin de travailler sur au moins une nouvelle production marquée du sceau de la série. Deux ans et demi plus tard, l’éditeur a profité d’un stream dédié au dixième anniversaire de la sortie de NieR Replicant/Gestalt pour annoncer, en fin de compte, l’existence de deux projets.

Le premier contentera les fans de longue date tout en permettant de rallier les nombreux joueurs et joueuses qui auraient découvert NieR avec Automata – une sacrée base, le jeu s’étant écoulé à pas moins de 4.5 millions d’exemplaires, si l’on en croit Square Enix. L’épisode original, et plus spécifiquement la version Replicant jusque-là exclusive au Japon (on y incarnait un jeune homme parti au secours de sa petite sœur – chez nous, c’était un papa et sa fille), aura en effet droit à une ressortie sur PS4, One et PC sous le sobriquet de NieR Replicant ver.1.22474487139…, points de suspension inclus. La racine de 1.5, si vous voulez tout savoir. On est bien avancé, hein ?

Remaster ou remake, on n’en sait pas beaucoup plus pour l’instant sur ce que les communiqués désignent comme une « mise à jour », si ce n’est que les dialogues ont été réenregistrés, à l’instar de sa superbe OST, signée Keiichi Okabe, également enrichie de nouveaux morceaux. Pas d’informations non plus concernant un possible ajout de contenu ou une date de sortie, mais Yoko Taro et PlatinumGames seront présents aux côtés du développeur ToyLogic (a essentiellement filé des coups de main à Nintendo ou sur The Evil Within) pour, on le devine, tenter de rapporter l’expérience de jeu à celle d’Automata. Une bonne occasion de remettre en valeur ce jeu dont les ambitions de mise en scène et narratives arrivaient à dépasser certaines faiblesses de gameplay. Encore du temps passé à pleurer devant un jeu vidéo ça, shiftre alors.

Seconde annonce, celle de NieR Re[in]carnation, un jeu mobile prévu sur iOs et Android à une date encore non communiquée. Mystère et boule de pod entourent ce free-to-play développé par Applibot. À peine sait-on que CyDesignation sera chargée du character design après avoir réjoui les otakus du monde entier par leur travail sur Automata. On a d’ailleurs appris que ce dernier rejoindra les rangs du Xbox Game Pass le 2 avril prochain, car quel meilleur timing pour encourager ceux qui n’auraient pas cédé à l’appel des robots tristes à se lancer ? En attendant des nouvelles, qui sait, de Drakengard, la série dont NieR est à la base un spin-off, voici de quoi se réjouir – et de Kaïné de tristesse.

Seastrom
Seastrom

C'est la Loire qui coule dans les veines de Seastrom, mélangée aux subtilités de la vaporwave. Possibilité de l'amadouer en lui parlant Dreyer et Digimon.

Aucun commentaire

L'espace de commentaires est fermé